Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : JULIEN CHAMPAGNE
  • JULIEN CHAMPAGNE
  • : Site consacré à l'artiste français Julien Champagne (1877-1932), à sa vie et à ses oeuvres.
  • Contact

Profil

  • ARCHER
  • hermétiste
  • hermétiste


...consacré à l'artiste français Julien Champagne (1877-1932), à sa vie et à ses oeuvres.


Peintre et dessinateur, Julien Champagne est surtout connu de nos jours pour avoir illustré les ouvrages de Fulcanelli, un mystérieux alchimiste contemporain.

Et pourtant, il figure au Bénézit, la "Bible" internationale des créateurs. Et suivant son ami Eugène Canseliet, il fut bien un maître du pinceau et du crayon.

C'est à la découverte de cet artiste méconnu, mais profondément attachant, que je voudrais vous inviter. Je voudrais aussi vous demander de ne pas hésiter à enrichir mes articles de vos propres commentaires et de vos découvertes personnelles.

Bon voyage donc au pays légendaire de Julien Champagne.

Recherche

20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 19:08

mannuarqa.champagne

 

Les années 2009 et 2010 resteront décidémment des années fastes pour la mémoire vivante d'Eugène Canseliet puisqu'après la conférence organisée en Atlantis par Jacques Grimault, après l'entretien accordé à Baglis TV par Jean Artero, et aussi (ne l'oublions pas) après la parution grâce à Sylvaine Canseliet d'un nouveau recueil des articles du "maître de Savignies", voici qu'est éditée en Arqa une version profondément remaniée du mémoire universitaire de Cédric Mannu sur ce philosophe hermétique:

 

http://www.editions-arqa.com/editions-arqa/spip.php?article368

 

Dans ce fort volume paru en novembre dernier, qui constitue en fait la première biographie de Canseliet, Mannu nous fait d'ailleurs l'amitié de citer ce blog, ce dont nous nous empressons de le remercier, car les bonnes manières doivent être saluées si on ne veut qu'elles se perdent. Il dit aussi avoir comme nous apprécié le premier livre de Jean Artero (Présence de Fulcanelli).

 

Voici donc enfin posé le cadre public d'une étude sérieuse de la vie et de l'oeuvre de celui qu'Artero a qualifié récemment (après d'autres) de plus grand alchimiste du XXème siècle.

 

cm.champagne

 

On ne pourra donc ici que s'en réjouir, en recommandant la lecture de ce travail particulièrement fouillé, qui fait honneur à son auteur - et d'ailleurs à son éditeur.

 

De l'émouvante préface de Béatrix Canseliet (fille d'Eugène et mère de Sylvaine) on pourra par exemple retenir ainsi ces mots si vrais et tellement porteurs de sens:

 

"Très Sainte Philosophie!" Combien de fois aurais-je entendu cette affirmation énoncée, tel un constat à l'endroit de cette Philosophie très sainte et très pure. Cet état de conscience dont parlait mon père, cette pureté de l'esprit, du corps et de l'âme, cette élévation, cette assomption vers le Créateur, cette communion entre Amour et Connaissance, qui conduit à la perfection de l'être, fut la voie constante de l'unique disciple de Fulcanelli."

 

chartrescavalier.champagne

 

Le livre de Cédric présente par lui-même, au demeurant, une unité certaine, qui à notre sens peut être trouvée dans l'approche "philosophique" justement qui nous semble être la sienne, et qui le conduit à mettre simultanément en exergue et la sociabilité, et le secret tous deux si présents chez Canseliet.

 

Comme relevé par Artero à Baglis, on y trouvera en outre de précieux détails sur les conditions matérielles de l'édification de l'oeuvre d'Eugène, notamment sur ce mécénat qui explique en partie (en partie seulement à mon avis) que Canseliet, sans qu'il se soit jamais enrichi, ait du moins pu pourvoir à ses besoins et à ceux de ses proches.

 

Enfin, Cédric Mannu nous pardonnera peut-être d'ajouter que cette "bio" contient in fine un petit traité d'alchimie d'un certain C.M.

 

trojani.champagne

 

Et Julien Champagne me direz-vous? Et bien il n'est pas au coeur du sujet de Mannu, mais son livre recèle tout de même le concernant bien des notations intéressantes, telles que celle-ci, sur laquelle on souhaiterait des développements:

 

"C'est sans doute Gaboriau qui a mis Champagne en contact avec Dujols, de même que plus tard Dujols mettra Champagne en contact avec les de Lesseps et les de Lesseps avec Fulcanelli."

 

Ou encore: "Canseliet subit des vols pendant son infarctus. On lui déroba des traités anciens, des carnets de laboratoire, un tableau du Grand Lunaire, dessiné par Jean-Julien Champagne, qui représentait un baphomet, et des notes." A propos de notes, Cédric reproduit finalement une série de feuillets annotés, "la plupart de la main d'Eugène Canseliet lui-même", qui rappelle fortement celle d'un fichier, comme en ont confectionné et Canseliet, et Champagne, et Fulcanelli.

 

ft.champagne

 

Quant à Thierry Garnier, des éditions Arqa, il vient de faire coup double puisque il nous proposait déjà, en octobre 2010, un traité anonyme contemporain, dont le titre paraît inspiré de Louis Grassot, Le Grand OEuvre dévoilé:

 

http://www.editions-arqa.com/editions-arqa/spip.php?article366

 

Constitué de lettres extraites d'une correspondance, ce traité émane d'un alchimiste dont dans sa présentation François Trojani, qui semble l'avoir bien connu, remarque qu'"il affirmait que les ouvrages de Fulcanelli entrouvraient, sans contestation possible, la porte de l'art d'Hermès, en ajoutant qu'ils bouclaient aussi définitivement le cycle et tout le passé du Parergon de cet art."

 

On y trouvera au demeurant bien des remarques substantielles, qu'il s'agisse de l'art en question, ou de Fulcanelli et Champagne, ou de Canseliet, comme celle-ci: "Beaucoup ont mis en doute ce que nous a laissé à réfléchir Eugène Canseliet, lorsqu'il nous compte son "voyage en Espagne" pour y rencontrer l'incontournable Fulcanelli. La chose est certainement vraie à la lettre, sauf que, on s'en doute, il n'a eu nul besoin de se rendre en Espagne pour que la rencontre ait lieu, pour le revoir et se voir formuler les limites de sa mission par l'Adepte."

 

chartreschevalier.champagne

 

Pour clore cette "brève" mensuelle d'une actualité si riche, je m'en voudrais de ne pas signaler (et recommander si besoin est) le coffret de DVD du Voyage alchimique proposé par Patrick Burensteinas:

 

http://www.voyage-alchimique.com/

 

Y figure entre autres une belle étude de la correspondance entre les bas-reliefs et les vitraux de Notre Dame de Paris, et s'agissant des bas-reliefs de Chartres (j'en reproduis deux ci-dessus) une démonstration - le mot n'est pas trop fort - de leur similitude de conception et de sens avec ceux de Paris et Amiens (sujet déjà abordé en Atlantis par Artero).

 

Patrick qui au demeurant participera finalement avec Jean au prochain colloque Fulcanelli du Pradet (Var) en mai 2011, en lieu et place de Walter Grosse, retenu au Portugal comme d'ailleurs déjà signalé, ce colloque étant à notre sens unique, notamment dans la mesure où il constitue une première mondiale.

 

UCAchampagne

pcc ARCHER

Partager cet article

Repost 0
Published by ARCHER - dans archer
commenter cet article

commentaires

richard khaitzine 11/03/2013 16:59


Bonjour Archer,


Oui. Quant au médecin accoucheur de la fille de Breton, le Docteur Mabille, il fut membre de la fameuse loge Thebah où nous retouvons du beau monde de l'époque...

ARCHER 12/03/2013 13:10



Bonjour, Richard.


Effectivement la loge Thebah apparaît dans l'entourage d'André Breton:


http://www.histoires-litteraires.fr/les%20articles/artlassalle.htm


http://davidnadeau.blogspot.fr/2010/07/larche-utopique.html



richard khaitzine 10/03/2013 17:50


Autre info et non des moindres, Poicaré avocat dans un premier temps avait comme client... Jules Verne...

ARCHER 11/03/2013 16:29



Le Bacon et les alchimistes de Janet Pierre est effectivement de 1889.



richard khaitzine 10/03/2013 17:48


Suite à ton commentaire trouvé sur le flux, voici quelques lignes extraites de mon travail sur Roussel ( 3e tome de la langue des oiseaux, en avant-première. C'est un peu long mais je pense que
cela t'intéressera compte tenu de ce que tu souligne concernant Janet.


  Hormis les ouvrages, relatifs à la psychologie, qu’il publia, Pierre
Janet en écrivit deux, passés sous silence ou non commentés, qui méritent quelques développement. Alors qu’il n’était âgé que de trente ans, il fit éditer Bacon et les alchimistes. [1]
En 1916, il consacra une notice à Alfred Fouillée. [2]


   Or, durant 28 ans, au sein
des villes universitaires, une chape de plomb pesa sur la vie privée de Fouillée. Pour comprendre ce silence, il faut évoquer la personnalité d’Augustine Guyau, née Tuillerie (1833, à Laval –
1923, à Menton) et dite – en littérature G. Bruno. [3]
Elle fut, notamment, l’auteur d’un ouvrage, considéré comme pédagogique, Le Tour de la France par deux enfants(1877), longtemps utilisé comme livre destiné à l’apprentissage de la lecture. Bien que mariée, elle entretint une liaison avec le philosophe Alfred Fouillée
qu'elle épousa, une fois votée la loi sur le divorce. De son premier mariage, elle avait eu un fils qui ne fut autre que Jean-Marie Guyau dont la pensée devait influencer Pierre Janet. Quant au
best-seller de Madame Fouillée,[4]
il devait beaucoup à la pensée de Jean Macé. Ce dernier, fils d’ouvriers, avait reçu une excellente éducation au collège Stanislas de
Paris et travailla, notamment, pour le journal La République. Enseignant, il avait eu l’idée d’écrire, à destination  des enfants, des
ouvrages de vulgarisation scientifique. Macé œuvra pour l’instruction des « masses » en fondant… Le Magasin d'éducation et de récréation, en 1864, avec l'éditeur de Jules Verne, Pierre-Jules Hetzel, puis en créant la Ligue de l'enseignement en 1866, qui lutta pour l’instauration d’une école
gratuite, obligatoire et laïque. C'est à cette époque qu'il se lia d'amitié avec l'officier Louis-Nathaniel Rossel (futur délégué à la guerre de la Commune de Paris), partisan de l'éducation des
classes ouvrières, puis avec Maurice Berteaux, député de Seine-et-Oise et membre du Grand Orient, tout comme Macé. Depuis sa création, le collège Stanislas a été une pépinière de futures
célébrités. Pour la période qui nous intéresse, on relève, parmi les élèves les noms de Jean-Albert Gauthier-Villars, fondateur des éditions du même nom, l’héritier des Gauthier-Villars, Willy –
admirateur inconditionnel de Roussel - Edmond Rostand – lui aussi admirateur de la première heure - Louis Pierre Ludovic Gratiolet, le physiologiste qui mit en lumière les similitudes entre le
cerveau humain et celui des primates, [5]
le cinéaste Marcel L'Herbier qui fit tourner Georgette Leblanc – sœur de Maurice – et qui adapta les  « Rouletabille », et… Pierre-Jules Hetzel, co-fondateur avec Macé du Magasin d'éducation et de
récréation, et éditeur de Jules Verne, auteur vénéré par Roussel. Le collège Stanislas compta des professeurs célèbres, dont Jacques Rivière – ami puis beau-frère, rappelons-le,
d’Alain-Fournier, mais surtout François-Vincent Raspail – un temps, avant qu’il ne soit chassé de l’enseignement en raison de ses idées républicaines – et qui avait adhéré aux Carbonari. Quand on
lit le traité « pédagogique » de Madame Bruno/Fouillée, on ne peut qu’être frappé de l’insistance mise sur la « forêt ». Or, la Charbonnerie fut issue – toute ou
partie – de la franc-maçonnerie opérative, dite également maçonnerie forestière.


   Après ce qui vient
d’être dit, comment croire, encore, que les relations de Pierre Janet avec Raymond Roussel se limitèrent à l’étude d’un cas clinique ?


 


 


 

ARCHER 11/03/2013 16:28



Pierre Janet (1859-1947) fut un médecin traitant de "Nadja", maîtresse d'André Breton à laquelle ce dernier consacra un écrit publié en 1928.



ARCHER 10/03/2013 16:34


"Poincaré, Janet et  Curie furent nommés en parallèle chargés de cours de physique à la faculté des sciences de Paris".


Intéressant, d'autant qu'il y peut-être aussi une relation entre Pierre Janet et André Breton.

richard khaitzine 09/03/2013 16:54


 Cher Archer,


Bernard Renaud, m'a encore, dernièrement, dit qu'il pensait que Charles de Lesseps avait joué un rôle dans cette affaire, mais sans pouvoir étayer ce sentiment.


La lettre me semble authentique en raison de la pérsence du nom de Vincent Campagna, ce dernier figure dans le carnet d'adresses de Roussel et je n'avais pas divulgué cette info.


Une autre question se pose et qui va t'intéresser. Frondaie dès 1920/21 dans l'adaptation de Locus compare l'hippocampe à un cheval de fiacre et à une crevette. Or cette crevette ne deviendra le
logo d'Air-France que plus de dix ans plus tard. Bon! le cheval de fiacre c'est le logo d'Hermès (qui existait déjà) et les sacs comportaient un petit cadenas afin d'évoquer la fermeture
"hermétique". Sur la crevette, les explications des historiens sont laborieuses. Cet cheval ou hippocampe ailé - je maintiens mon très fort sentiment - est un rébus et "Vole quand ailé". Reste
que je me ssuis demandé quelles ont pu être les complicités. Il fallait qu'elles soient haut- placées. A l'époque, c'était Pierre Cot qui était ministre de l'air, un protégé de Raymond Poincaré.
Lucien Poincaré frère du précédent avait eu pour camarades de promotion: Paul Painlevé et Paul Janet, cousin de Pierre Janet l'analyste de Roussel. Poincaré, JAnet et Pierre Curie furent nommés
en parallèle chargés de cours de physique à la fac des sciences. Or le gouvernement de RAymon Poincaré esrt indissociable de Paul Painlevé et de Réné Viviani. Paul Painlevé fut celui qui
développa l'aviation. Son fils Jean photographia un hippocampe aux "sels d'argent" (détail amusant) lors de la sortie des Fulcanelli, et réalisa un documentaire sur les hippocampes. Enfin il est
un autre politique indissociable de ceux cités. Georges Clémenceau, lequel était un ami intime de Madame Roussel mère et un habitué des salons, notamment celui de Mme Arman CAillavet, maîtresse
et égérie de France. Le "Tigre" habita durant 35 ans la garçonnière de Robert de Montesquiou parent par alliance des Roussel et admirateur de Raymond. Tout ceci fait beaucouo de convergences à la
lumière des confessions - pas toujours précises d'Eugène Canseliet, à travers le filtre Jean-Julien Champagne.


Avec mon amitié et merci pour ta réponse...

ARCHER 10/03/2013 15:59



Cher Richard,


Il ma semble certain que Bernard Renaud a été bien informé, et détient sans doute sur "l'affaire Fulcanelli" des informations et peut-être des documents, notamment venant de son père. Sur les
Lesseps, pour répondre à ton hypothèse sur l'origine du logo d'Air France, je crois qu'il ne faut pas oublier que certains des fils de Ferdinand furent des pionniers de l'aviation.


Amitiés,