Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : JULIEN CHAMPAGNE
  • JULIEN CHAMPAGNE
  • : Site consacré à l'artiste français Julien Champagne (1877-1932), à sa vie et à ses oeuvres.
  • Contact

Profil

  • ARCHER
  • hermétiste
  • hermétiste


...consacré à l'artiste français Julien Champagne (1877-1932), à sa vie et à ses oeuvres.


Peintre et dessinateur, Julien Champagne est surtout connu de nos jours pour avoir illustré les ouvrages de Fulcanelli, un mystérieux alchimiste contemporain.

Et pourtant, il figure au Bénézit, la "Bible" internationale des créateurs. Et suivant son ami Eugène Canseliet, il fut bien un maître du pinceau et du crayon.

C'est à la découverte de cet artiste méconnu, mais profondément attachant, que je voudrais vous inviter. Je voudrais aussi vous demander de ne pas hésiter à enrichir mes articles de vos propres commentaires et de vos découvertes personnelles.

Bon voyage donc au pays légendaire de Julien Champagne.

Recherche

11 février 2006 6 11 /02 /février /2006 16:38


Après avoir évoqué l'oeuvre d'Eugène Canseliet, le moment me semble venu de dépeindre son amitié avec Julien Champagne.

Une amitié de près de quatre lustres, débutée alors que Canseliet était, comme sur le premier cliché proposé, un tout jeune homme, et qui ne se démentira pas jusqu'à la mort de Julien , et au-delà, jusqu'au décès d'Eugène, également photographié ici  dans la dernière année de sa vie.

Champagne était déjà entré en alchimie avant de rencontrer Canseliet,  puisque selon Ambelain et Dubois, il  avait dès 1893 installé son premier laboratoire chez ses parents à Villiers-le-Bel, tant il se passionnait pour les textes alchimiques anciens.

En 1907, un second suivra, rue Vernier à Paris, grâce aux subsides de Ferdinand  de Lesseps, toujours selon Ambelain. En 1910, Champagne devient le dessinateur de Fulcanelli.

Canseliet entre en scène quelques années plus tard, en 1915 ou 1916 suivant les sources,  respectivement  Dubois d'un côté, et Ambelain et Atorène (Le laboratoire alchimique, Trédaniel, 1981) de l'autre. Canseliet connaissait Fulcanelli depuis peu lorsque ce dernier lui présenta Champagne:

"C'est à Marseille que j'ai rencontré auprès de Fulcanelli Jean-Julien Champagne" dira-t-il plus tard à Robert Amadou (Le feu du soleil, Pauvert, 1978).

Dès lors, l'amitié s'installe entre les deux hommes, nourrie par leur attrait commun pour l'alchimie et leur commun attachement à Fulcanelli.

Canseliet dès 1916 rendra régulièrement visite à Champagne dans son laboratoire de la rue
Vernier, "jusqu'au déménagement de l'année suivante" (La Tour Saint-Jacques).

Cette amitié se fonde également sur leur passion égale pour la peinture. Canseliet accompagne fréquemment Champagne au domicile de sa mère à Arnouville-les-Gonesse; durant leurs rencontres ils peignent de concert un certain nombre de tableaux (Dubois).

En 1922, Champagne emménage au 59 bis rue Rochechouart à Paris (Ambelain). La même année, il assiste à Sarcelles à une transmutation opérée par Canseliet, sur laquelle nous reviendrons bientôt.

En 1925, Canseliet vient s'installer dans le même immeuble que son ami, et au même étage.
Preuve de la proximité des deux hommes. Canseliet n'en déménagera qu'après la mort de
Champagne, pour le 10 du quai des Célestins, en 1933.

Rappelons que c'est à cette époque que parurent les éditions originales des deux livres de Fulcanelli (1926 et 1930), préfacés par Canseliet et illustrés par Champagne.

Mais dès cette dernière année, Champagne tombe malade; il est rongé par une artérite. Dans
la Tourbe des Philosophes N°15-16, Canseliet se souviendra encore en 1981:

"Le progrès du mal avait été inexorablement lent et douloureux, depuis son début presque soudain, en cette belle journée de juillet 1930, où, à Sarcelles, il revint péniblement à la maison pour le souper.

Tous deux ensemble, nous étions allés nous promener vers le pont de Copin; endroit charmant, resté indemne jusque là, qu'il fixa dans une aquarelle, sa dernière probablement.

Je possède toujours cette image en couleurs, par bonheur, ou plutôt grâce à Dieu."

Canseliet considérait donc bien Champagne comme son "ami", comme le reconnaît Ambelain qui
pourtant veut qu'il ait été son "maître", et identifie Champagne à Fulcanelli. En 1979 encore,
dans ses Deux Logis Alchimiques, Canseliet l'appelera affectueusement "notre vieux camarade."

Champagne a été aussi un maître de dessin de Canseliet, comme ce dernier l'a reconnu lui-même : "Il était maître en effet, dans l'art du crayon et du pinceau, voire dans celui du violon."
(La Tour Saint-Jacques). En alchimie,  le maître commun des deux artistes a été le toujours mystérieux Fulcanelli.

Dans le même numéro de La Tourbe, Canseliet évoque à nouveau la mémoire de Champagne, se
rappelant mélancoliquement:

"De nombreux  souvenirs m'attachaient à Julien Champagne, principalement ceux de l'ancien temps de ma jeunesse heureuse, ceux aussi de l'avenue Montaigne, et des fameux Voyages en
Kaléidoscope.

"...Quel beau paysage cérébral, dit mon
Maître. Viens, Gilly, rentrons. Je voudrais
travailler.

Alors il a repris mon bras
et nous sommes revenus
ensemble."

canselietjeuneagrandi.champagne.jpg
http://maxjulienchampagne.over-blog.it/article-32325541.html

 

ECsignure.champagne

ARCHER

Partager cet article

Repost 0
Published by ARCHER - dans archer
commenter cet article

commentaires