Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : JULIEN CHAMPAGNE
  • JULIEN CHAMPAGNE
  • : Site consacré à l'artiste français Julien Champagne (1877-1932), à sa vie et à ses oeuvres.
  • Contact

Profil

  • ARCHER
  • hermétiste
  • hermétiste


...consacré à l'artiste français Julien Champagne (1877-1932), à sa vie et à ses oeuvres.


Peintre et dessinateur, Julien Champagne est surtout connu de nos jours pour avoir illustré les ouvrages de Fulcanelli, un mystérieux alchimiste contemporain.

Et pourtant, il figure au Bénézit, la "Bible" internationale des créateurs. Et suivant son ami Eugène Canseliet, il fut bien un maître du pinceau et du crayon.

C'est à la découverte de cet artiste méconnu, mais profondément attachant, que je voudrais vous inviter. Je voudrais aussi vous demander de ne pas hésiter à enrichir mes articles de vos propres commentaires et de vos découvertes personnelles.

Bon voyage donc au pays légendaire de Julien Champagne.

Recherche

5 février 2006 7 05 /02 /février /2006 14:58


Toujours dans son Alchimie expliquée (Pauvert, 1972), Eugène Canseliet reproduit, à nouveau en
planche hors texte, cette gravure qu'il intitule en index "médaillon de Viollet-le-Duc (encore lui) à
Notre-Dame de Paris."

Voici ce qu'il en écrit également, cette fois au dos de la planche: "L'éternelle alchimie est immuable sur son trône et reçoit, contre sa poitrine, l'échelle du Livre muet, au long de laquelle montent et descendent les messagers, dans leur désir de s'abreuver aux ondes supérieures et célestes."

Cette gravure n'est pas signée, du moins dans cette version, par Julien Champagne, mais elle est
bien de lui, puisque Canseliet dans le texte de son ouvrage la présente ainsi:

"Au sentiment de l'Adepte Fulcanelli, c'est l'alchimie, elle-même, qui reçoit l'investigateur, sous le porche central, dit encore du Jugement, à Notre Dame de Paris. Bien dégagée, en ronde bosse, d'un cercle pris sur le pilier trumeau, elle est assise et sa tête touche aux ondes du ciel.

On la peut admirer, dans l'édition de Jean-Jacques Pauvert, grâce au parfait cliché photographique de Pierre Jahan, ainsi que dans les deux premiers tirages de 1926 et 1956, avec le saisissant dessin de Julien Champagne, que nous avons repris en illustration de notre propos."

Quelques lignes plus loin, il rend d'ailleurs à ce dernier cet hommage émouvant: "Au reste ce serait, de notre part, une très grande ingratitude, que nous ne dissions pas combien nous devons au dessinateur du Maître, pour le maniement du crayon et du pinceau qui, il est vrai, nous furent tant familiers dès notre prime jeunesse."

Le livre de Fulcanelli dont il s'agit ici est bien entendu Le Mystère des Cathédrales, réédité par Pauvert en 1964, et réimprimé en 1970.

Voici donc finalement ce qu' y explique, au chapitre Paris,  Fulcanelli lui-même, à propos du même bas-relief: "Le pilier trumeau, qui partage en deux la baie d'entrée, offre une série de représentations allégoriques des sciences médiévales.

Face au parvis, -et à la place d'honneur, - l'alchimie y est figurée par une femme dont le front touche les nues.

Assise sur un trône, elle tient de la main gauche un sceptre, -insigne de souveraineté, - tandis que la droite supporte deux livres, l'un fermé (ésotérisme), l'autre ouvert (exotérisme).

Maintenue entre ses genoux et appuyée contre sa poitrine se dresse l'échelle aux neufs degrés, - scala philosophorum, - hiéroglyphe de la patience que doivent posséder ses fidèles, au cours des neuf opérations successives du labeur hermétique.

"La patience est l'eschelle des Philosophes, nous dit Valois, et l'humilité est la porte de leur jardin; car quiconque persévèrera sans orgueil et sans envie, Dieu lui fera miséricorde." Amen.


http://maxjulienchampagne.over-blog.it/article-32325508.html



ARCHER


Partager cet article

Repost 0
Published by ARCHER - dans archer
commenter cet article

commentaires

semias 16/03/2010 14:39


ce savoir c'est fait transmettre par d'autre code,cette science gaie,cette langue des oiseaux,reservée aux initiés

j'ai un peu cherché des livres cités dans les livres de Fulcanelli,il est vrai qu'on en trouve encore des réeditions,oui je suis encore en train de relire ses livres,j'ai du mal a m'en
passer,hihihi

Pour ma part je suis certain qu'il reste des alchimistes,et en grande humilité il ne dise rien,et vivre avec leur joie et leur savoir

pourquoi l'interet contesté de l'oeuvre de Fulcanelli et ses amis?


ARCHER 19/03/2010 19:06


Votre question Semias est importante et difficile. L'alchimie est contestée de l'extérieur, par le conformisme d'une science officielle qui pourtant échoue toujours à expliquer de façon synthétique
la réalité du monde.

C'est du moins mon avis, et je pense aussi qu'hélas pour elle et surtout pour eux l'alchimie traditionnelle dont Fulcanelli et son école sont les meilleurs, voire les seuls représentants, est
contestée de l'intérieur par certains alchimistes.

Quand ils échouent leur ego leur fait dire que ce ne peut être de leur fait, donc c'est forcément parce que Fulcanelli, Champagne et Canseliet se trompent ou les trompent.

Heureusement cela n'empêche en rien l'alchimie de rayonner, si ésotérique qu'elle soit, en particulier au travers des ouvrages fulcanelliens, et ce au niveau mondial.


semias 15/03/2010 14:06


Bonjour

merci pour ce lien,j'y regarderai ce qui est ecrit

mais ce qui me vient a l'esprit,en pensant au livre a l'imprimerie,c'est que Fulcanelli dit que François 1er en interdit la mise en service...

et vous monsieur,qu'est ce qui vous passionne dans cette aventure?

cordialement


ARCHER 15/03/2010 17:07


Fulcanelli estime que François 1er en restreignant l'écrit a involontairement permis un retour à l'art monumental pour la transmission du savoir hermétique.

Et pour répondre à votre excellente question, ce qui m'attire dans cette quête c'est notamment...la quête elle même, le rayonnement de l'alchimie, l'intérêt parfois contesté ou tu de l'oeuvre de
Fulcanelli et de celles de Julien Champagne et de son ami Eugène Canseliet.


semias 14/03/2010 20:33


Bonsoir

il est incroyable quand de savoir que cet homme ai pu avoir une telle bibliotheque,avec toutes les années qui se separent et ces livres si anciens,quand on y fait attention beaucoup ont deux cent
ans de vecu,si on fait attention a la "date" de naissance de Fulcanelli,et ce n'est pas si simple de pouvoir acquerir de tel livre en faire si bonne lecture,j'ai pu trouvé le mystere des rue de
paris,de Eugene Fournier,en bonne état,mais les quantités se font rare,j'imagine surtout avec deux cent ans,ou bien ces livres se sont passés de mains e n mains,mais cette histoire me passionne,il
faut bien le dire

cordialement


ARCHER 15/03/2010 09:17


Oui Semias ceci dit gardons en mémoire qu'autrefois le livre imprimé ou manuscrit était avec l'art monumental notamment un des modes privilégiés d'accès au savoir.

Il y a en ligne une bibliographie des sources du Mystère des Cathédrales, hélas incomplète et rien à ma connaissance sur les Demeures Philosophales:

http://elkorg-projects.blogspot.com/2005/09/bibliographie-de-louvrage-de.html


semias 14/03/2010 01:53


Bonsoir

Unlivre magique que celui du mystere des Cathedrales,on ne s'en lasse pas de relire et d'apprendre,incroyable toute cette connaissance,et tous ces livres qu'ils sont cités,bien des epoques les
separes,pourtant il semble que ce monsieur Fulcanelli,les a tous lu...


ARCHER 14/03/2010 10:04


Semias merci de votre commentaire. Vous avez bien raison, Le Mystère des Cathédrales est littéralement un livre magique, il fascine et attire, il dégage un magnétisme que n'explique pas totalement
l'impressionnante érudition de son concepteur.

Sur la magie des livres, voyez Canseliet et Artero. Sur les relations entre alchimie et magie, je me permets également de vous renvoyer encore à Canseliet. L'alchimie est rationnelle, mais elle va
au-delà...

Quant au fait que Fulcanelli ait lu tous les livres qu'il cite, et qui font de ses oeuvres un véritable compendium de l'alchimie traditionnelle, livresque comme architecturale, entre autres, je
crois que c'est fort probable si l'on en croit ce qu'a écrit son disciple Canseliet (toujours lui) de sa "riche bibliothèque".

Et il ajoutait naguère que certains de ces ouvrages doivent toujours se trouver auprès de
Fulcanelli.


Carl Lavoie 09/12/2009 02:59



Oui, en effet. Mais je crois, ici, que la question n’est pas tellement de savoir si Fulcanelli cite Boetius, mais de considérer l’influence que sa
“Consolation de la philosophie” a eu sur la pensée médiévale, et incidemment, dans le programme de décoration de la cathédrale de Paris.



ARCHER 10/12/2009 22:04


Voici bien pourquoi les lectures de Boèce par les alchimistes Jehan de Meung (ou Mehun, 1240-1305) et Jean Bourré (1424-1506) peuvent sembler exemplaires.