Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : JULIEN CHAMPAGNE
  • JULIEN CHAMPAGNE
  • : Site consacré à l'artiste français Julien Champagne (1877-1932), à sa vie et à ses oeuvres.
  • Contact

Profil

  • ARCHER
  • hermétiste
  • hermétiste


...consacré à l'artiste français Julien Champagne (1877-1932), à sa vie et à ses oeuvres.


Peintre et dessinateur, Julien Champagne est surtout connu de nos jours pour avoir illustré les ouvrages de Fulcanelli, un mystérieux alchimiste contemporain.

Et pourtant, il figure au Bénézit, la "Bible" internationale des créateurs. Et suivant son ami Eugène Canseliet, il fut bien un maître du pinceau et du crayon.

C'est à la découverte de cet artiste méconnu, mais profondément attachant, que je voudrais vous inviter. Je voudrais aussi vous demander de ne pas hésiter à enrichir mes articles de vos propres commentaires et de vos découvertes personnelles.

Bon voyage donc au pays légendaire de Julien Champagne.

Recherche

12 octobre 2008 7 12 /10 /octobre /2008 18:38




Ayant eu le bonheur d'assister le 1er octobre à la "conférence" marseillaise de Jean Artero sur le mystère Fulcanelli, j'ai pu aussi, en cette ville éternelle où la mer se mêle au soleil, et où vers 1915 Eugène Canseliet rencontra Fulcanelli et Julien Champagne, arpenter cette belle crypte de l'abbaye de Saint Victor que nous avons déjà évoqué plusieurs fois sur ce blog et dont la célèbre vierge noire fut dessinée par "Hubert":

http://www.archerjulienchampagne.com/article-2181595.html
http://www.archerjulienchampagne.com/article-2628203.html


Si cette vierge est reproduite dans le premier livre de Fulcanelli (Le Mystère des Cathédrales), c'est dans le second (Les Demeures Philosophales) que le Maître alchimiste dévolu au  XXème siècle résume de la façon suivante la légende qui s'y rapporte, légende dite des cierges verts:

"Voici cette naïve et précieuse tradition hermétique:

Une jeune fille de l'antique Massilia, nommée Marthe, simple petite ouvrière, et depuis longtemps orpheline, avait voué à la Vierge noire des Cryptes un culte particulier. Elle lui offrait toutes les fleurs qu'elle allait cueillir sur les coteaux, - thym, sauge, lavande, romarin, - et ne manquait jamais, quelque temps qu'il fît, d'assister à la messe quotidienne.

La veille de la Chandeleur, fête de la Purification, Marthe fut éveillée, au milieu de la nuit, par une voix secrète qui l'invitait à se rendre au cloître pour y entendre l'office matinal. Craignant d'avoir dormi plus qu'à l'ordinaire, elle se vêtit en hâte, sortit, et comme la neige, étendant son manteau sur le sol, réfléchissait une certaine clarté, crut l'aube prochaine.

Elle atteignit vite le seuil du monastère, dont la porte se trouvait ouverte. Là, rencontrant un clerc, elle le pria de bien vouloir dire une messe en son nom; mais, dépourvue d'argent, elle fit glisser de son doigt un modeste anneau d'or, - sa seule fortune, - et le plaça, en guise d'offrande, sous un chandelier d'autel.

Aussitôt la messe commencée, quelle ne fut pas la surprise de la jeune fille en voyant la cire blanche des cierges devenir verte, d'un vert céleste, inconnu, vert diaphane et plus éclatant que les plus belles émeraudes ou les plus rares malachites! Elle n'en pouvait croire ni détacher ses yeux...

Quand l'Ite missa est vint enfin l'arracher à l'extase du prodige, quand elle retrouva au dehors le sens des réalités familières, elle s'aperçut que la nuit n'était point achevée: la première heure du jour sonnait seulement au beffroi de Saint-Victor.

Ne sachant que penser de l'aventure, elle regagna sa demeure, mais revint de bon matin à l'abbaye; il y avait déjà, dans le saint lieu, un grand concours de peuple. Anxieuse et troublée, elle s'informa; on lui apprit qu'aucune messe n'avait été dite depuis la veille.

Marthe, au risque de passer pour visionnaire, raconta alors par le menu le miracle auquel elle venait d'assister quelques heures plus tôt et les fidèles, en foule, la suivirent jusqu'à la grotte. L'orpheline avait dit vrai; la bague se trouvait encore au même endroit, sous le chandelier, et les cierges brillaient toujours sur l'autel, de leur incomparable éclat vert."


Et Fulcanelli de se référer explicitement à propos de ce charmant conte ésotérique à "la petite pièce versifiée intitulée La Légende des Cierges verts, par Hippolyte Matabon. Marseille, J.Cayer, 1889."

De s'y référer, certes, mais sans le citer...Artero l'ayant lue en entier pendant son laius, je m'autorise à vous en infliger à mon tour les dernières strophes:

"Pour Marthe ainsi, -jour mémorable! -
La Vierge avait, dans sa bonté,
Fait luire le signe admirable,
Symbole d'immortalité!

Depuis lors, quand la Crypte sainte
Solennise la Chandeleur,
On voit brûler dans cette enceinte
Des cierges de verte couleur.

Et Marseille emporte, fidèle,
L'un de ces cierges merveilleux,
Bénits dans l'antique Chapelle,
Palladium de nos aïeux!"



Une anonyme Notice sur les cryptes de Saint Victor, publiée en 1864 et que Fulcanelli a par conséquent pu consulter sans en faire état, qualifie d'"immémorial" l'usage de ne distribuer et brûler dans la chapelle que des bougies vertes, pendant l'octave de la chandeleur.

On y trouve d'ailleurs une belle gravure de Notre Dame de confession, vulgairement appelée Vierge noire de Saint Victor.


L'érudit et pieux auteur de cet opuscule particulièrement documenté y fournit de plus une curieuse variante de la "légende des bougies vertes", qu'il tire d' une livraison de 1849 du périodique Le Spectateur du Midi, non sans ajouter à son propos:

"Nous la reproduisons d'autant plus volontiers que nous avons entendu nous même bien des fois raconter à nos grands parents cette vieille histoire qui faisait le charme de nos jeune années."

J'en trouve le début tout simplement spectaculaire:

"En ce temps là donc vivait une bonne jeune fille nommée Marie, bien dévote à la benoite Vierge."

Quant à la fin, et bien la voici:

"Mais Dieu voulut couronner Marie de la couronne de gloire et peu de temps après elle alla recevoir dans les cieux la récompense de sa constante piété.

Et depuis lors, pendant l'octave de la Chandeleur, on ne brûle dans ce sanctuaire que des bougies vertes et chaque fidèle emporte chez soi le cierge béni de la même couleur; car chacun est persuadé que c'est un préservatif contre bien des dangers, et Dieu qui voulut récompenser Marie de sa piété se plaît à protéger ceux qui conservent avec foi ce cierge béni."

L'article est signé des initiales A.C.



Dans sa riche plaquette sur La chandeleur à Saint Victor (Paroisse Saint Victor, Marseille, 1994, quatrième édition en 1998), le Père Jean-Pierre Ellul ne semble pas connaître la Notice citée plus haut, mais se réfère pour sa part au livre du prêtre marseillais François Marchetti, Explications des usages et Coutumes des Marseillais (1680).

Cet ouvrage réédité en 1980 par Jeanne Laffitte, à Marseille comme il se doit, lui permet d'attester de l'existence dès le XVIIème siècle de la coutume qui nous occupe en ce dimanche:

"Jugez quel était le zèle de nos ancêtres, qui nous ont appris par leur exemple à révéler le jour de cette fête par la splendeur de la lumière et par la mystérieuse couleur des cierges qu'on y distribue, la merveille d'une divine Maternité, avec le privilège d'une parfaite virginité."


Au cours de sa causerie marseillaise sur Fulcanelli, Artero a insisté sur le tout et le rien où gît ce dernier, bref sur Omne et Nemo, en mentionant certain alchimiste de sa connaissance.

Et bien figurez vous qu'un certain Captain Nemo vient de nous gratifier d'une nouvelle version italienne du classique "livre secret " d'Artephius, où il est forcément question de Fulcanelli, d'Eugène Canseliet et donc je suppose et j'espère de Julien Champagne:

http://www.lulu.com/browse/preview.php?fCID=4255348


Mais on ne quitte pas Marseille...Ou alors on la quitte sans la quitter vraiment. En voulez-vous une preuve d'évidence?

Dans sa belle brochure sur Saint-Victor, Ellul termine son incitation au pélerinage par un florilège bien senti sur la Vierge Marie.

Je ne résiste pas à la tentation de vous proposer ces lignes inspirées de Joseph Delteil, bien faites pour plaire à son admiratrice d'un temps Maryse Choisy, qui à mon sens figurent à juste titre parmi les poèmes finaux, non sans relever avec toute l'humilité et toute l'indulgence qui conviennent le fait qu'ici on a vraisemblablement confondu ou en tout cas voulu rapprocher Marseille et...Marceille:

"Pour moi ce qui compte ce sont les puissances du coeur. Quand j'étais très jeune, à côté de mon village de Pieusse (Aude), il y avait une vieille chapelle qui s'appelle Notre-Dame de Marseille.

Là, dans une niche, était une Vierge noire taillée dans un vieux bois et toute enguirlandée de richesse. Cette Vierge a la réputation de sourire à ceux et à toutes celles qui s'approchent d'elle avec le coeur pur. Eh bien! moi, j'ai l'impression qu'elle m'a toujours souri."


Dans le numéro 26 de la revue Liber Mirabilis (2002-2003) Myriam Philibert revient elle aussi sur la signification symbolique, hermétique et alchimique de la verdeur des cierges de "Marseille la mystérieuse":

"Il faut se rappeler qu'il s'agit de naissance, sur le plan végétal donc de printemps. En matière d'alchimie, deux interprétations sont possibles: les trois couleurs de l'OEuvre, le noir qui devient vert, le blanc et le rouge. Mais on peut aussi envisager les trois principes: soufre (rouge ou jaune), mercure (blanc), sel (vert)."

Enfin, à propos de fenou ou de feu nouveau, je vous propose, entre mistral et tramontane,  d'aller faire une jolie ballade dans les jardins bloggeurs de Denise, et ce n'est certes pas de ma part une quelconque galéjade:

http://roukyben.over-blog.com/article-20523790.html
http://roukyben.over-blog.com/article-20613168.html
http://roukyben.over-blog.com/article-20539029.html


"Opere finito sit laus et gloria Christo."

ARCHER

Partager cet article

Repost 0
Published by ARCHER - dans archer
commenter cet article

commentaires

DOUZET 08/11/2009 13:57


j'ai l'ouvrage en question... dédicacé à un des miens parents et coloré par l'auteur
AD 


ARCHER 13/11/2009 18:32



André Douzet, merci beaucoup pour ces précieuses indications. Peut-être vous êtes vous manifesté également auprès de Christian Lebrat, à l'adresse mail indiquée ci-dessus.

Pour notre part, nous sommes très curieux d'en savoir plus sur cette dédicace, et aussi sur ce qu'il faut entendre par "coloré par l'auteur."



Lebrat 24/02/2009 12:05

Merci Monsieur pour toutes ces indications.Si quelqu'un sur le blog possède en effet un exemplaire de l'original, je luis serais très reconnaisant de me contacter.cordialementChristian lebratc.lebrat@wanadoo.fr

ARCHER 24/02/2009 17:07


Appel lancé, donc: La charité, bonnes gens!


LEBRAT 23/02/2009 11:19

Bonjour Monsieur,je suis éditeur et nous préparons un coffret DVD avec un livre sur La Coquille et le Clergyman d'Artaud/Dulac.Dans son texte Alain Virmaux, historien du cinéma, évoque la personnalité d'Irène Hillel Erlanger et fait allusion à son livre Voyages en kaleidoscopie.ma question est très prosaïque:nous sommes à la recherche d'une bonne repoduction ( ou un bon scan) de la première édition du livre que vous affichez sur votre blog.Avez-vous ce livre ?Pouvez-vous nous aider ?merci à l'avance de votre réponse :Christian LebratEditions Paris Expérimental, Paris.http://www.paris-experimental.asso.fr

ARCHER 23/02/2009 18:19


Bonjour Christian Lebrat

Votre question est prosaïque mais difficile! Il est rare de rencontrer les Voyages d'Irène Hillel en édition originale et je ne peux malheureusement pas vous fournir ce que vous cherchez.

Mais peut-être qu'un lecteur du blog Julien Champagne le pourra, puisque vous avez indiqué votre site et qu'il comprend une rubrique contact (comme celui-ci).

J'ai quand même trouvé une annonce de vente, mais je ne sais si elle est sérieuse; en tout cas le prix est à mon avis trop élevé d'un bon tiers:

http://www.321bd.com/item.php?SESSION_ID=e6e59094e3c916b2f2a832719f59383a&id=79ee9aa7c006d156375217f7666d39ee


Je me souviens qu'il y a quelque temps un libraire parisien qui est aussi un expert distingué a vendu l'édition Georges Crès de 1919 que vous souhaitez consulter:

http://www.livresanciens.eu/alainmarchiset.php

Peut-être Alain Marchiset pourrait-il vous conseiller à ce sujet.

Quoiqu'il en soit, je vous souhaite beaucoup de succès dans votre entreprise, d'autant que par Germaine Dulac je pense qu'on pourrait en apprendre sur "Claude Lorrey", et aussi parce qu'Antonin
Artaud, dans son essai sur Le théatre et son double, notamment, s'est approché de l'alchimie.


Denise 07/11/2008 11:13

Bonjour, Archer !RABELAIS fut effectivement un grand initié ! Je me suis amusée , vur que le vert avec les cierges était le sujet ,à évoquer son utilisation de la langue VERTE !MONTPELLIER fut un grand CREUSET ! En 1529, Michel de Nostre Dame s'inscrivit aussi à la faculté de médecine !Impossible d'ignorer Arnaud de Villeneuve dont l'un des plus grands hopitaux de Montpellier porte le nom !Aprés l'écusson, nous avons eu la visite de la faculté de médecine ! Beaucoup à dire encore !Beaucoup de travail , perso en perspective ! d'autant que mes articles sont ls synthése de mes lectures livresques !je lis les articles sur le net qu'APRES , avoir écrit et publié les miens sur le sujet ! CordialementDenise

ARCHER 09/11/2008 16:04


Chère Denise,

Vous avez bien raison de pointer du doigt Nostradamus, dont à la suite des travaux de Serge Hutin, Guy Béatrice et Camille Bartoli notamment il est permis de se demander si le talent prophétique
dont il fait preuve n'est pas quelque part d'origine hermétique, voire alchimique.

Les Centuries mises à part, je me permets d'ailleurs de vous renvoyer sur ce point à son très curieux Traité des confitures.

Comme vous l'avez très bien relevé, les hommes inspirent certains lieux, et réciproquement bien sûr.

Aussi s'agissant de notre belle Provence en particulier je souhaiterais pour ma part que vous puissiez prolonger pour notre plus grand plaisir à tous (et toutes) vos récents articles sur la cité
arlésienne, dont d'ailleurs Michel de Nostredame fut longtemps si le familier.

Voilà pourquoi je me permets de vous renvoyer à quelques uns de mes courriers "julienchampagnesques", qui pourront peut-être vous éclairer un tantinet sur l'intérêt particulier que je porte à la
bonne ville des Aliscans, également chantée par Paul-Jean Toulet:

http://www.archerjulienchampagne.com/article-4401020.html
http://www.archerjulienchampagne.com/article-3416192.html
http://www.archerjulienchampagne.com/article-2779308.html


Denise 05/11/2008 18:25

Bonsoir, Archer !je reçois votre commentaire alors que je biens de poster un dernier article sur Montpellier où j'évoque la présence de Jacques COEUR ,dans cette ville juste avant son emprisonnement, avec l'intention de consacrer un article à cet homme méconnu !Montpellier où RABELAIS qui écrivait si bien la langue VERTE fit ses universités !Oui, les petits poucets nous ont largement semés des cailloux afin de les suivre ou de les retrouver .Cordialement ( de circonstrance avec jacques COEUR !!!!!) Denise

ARCHER 05/11/2008 21:32


Coïncidence, hasard, synchronicité, intersignes...chère Denise, tout ceci est décidemment bien alchimique.

Pour Fulcanelli, dont Julien Champagne reste l'illustrateur des oeuvres, François Rabelais fut à tout le moins un "grand initié".

Vous avez raison de souligner ceci que le père de Gargantua étudia à Montpellier, qui est une des plus vieilles universités de France et d'Europe, et dont la faculté de médecine en particulier a
été des plus renommées.

D'autres alchimistes y ont fait leur chemin, comme on dit, tel ce grand provencal que fut Arnaud de Villeneuve. Arnaud qui d'ailleurs figure en bonne place parmi les "philosophes" élus du tableau
de 1910 de Julien Champagne intitulé Le Vaisseau du Grand OEuvre.

Quant à Jacques Coeur, il y fit commerce mais y fit aussi construire un "logis" ou demeure philosophale dont il nous reste beaucoup à apprendre.

Voici pourquoi en saluant votre intention de lui consacrer un futur poème en prose de votre cru, je voudrais de nouveau appeler l'attention générale sur cet homme hors du commun qui - en ces temps
de crise financière ce n'est certes pas anodin - fut argentier du roi de France, au travers d'un autre de mes articulets:

http://www.archerjulienchampagne.com/article-2645783.html

et bien sûr du votre:

http://roukyben.over-blog.com/article-24448485.html