Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : JULIEN CHAMPAGNE
  • JULIEN CHAMPAGNE
  • : Site consacré à l'artiste français Julien Champagne (1877-1932), à sa vie et à ses oeuvres.
  • Contact

Profil

  • ARCHER
  • hermétiste
  • hermétiste


...consacré à l'artiste français Julien Champagne (1877-1932), à sa vie et à ses oeuvres.


Peintre et dessinateur, Julien Champagne est surtout connu de nos jours pour avoir illustré les ouvrages de Fulcanelli, un mystérieux alchimiste contemporain.

Et pourtant, il figure au Bénézit, la "Bible" internationale des créateurs. Et suivant son ami Eugène Canseliet, il fut bien un maître du pinceau et du crayon.

C'est à la découverte de cet artiste méconnu, mais profondément attachant, que je voudrais vous inviter. Je voudrais aussi vous demander de ne pas hésiter à enrichir mes articles de vos propres commentaires et de vos découvertes personnelles.

Bon voyage donc au pays légendaire de Julien Champagne.

Recherche

8 avril 2007 7 08 /04 /avril /2007 16:45


Voici sans doute un tournant de ce blog: Julien Champagne est de nouveau retrouvé dans ses oeuvres, et donc reconnu en tant qu'artiste.

Merci encore une fois à notre petit cousin acadien, grâce à qui nous l'avons repéré cette fois, dans un musée parisien.

Et quel musée, ma foi! Un musée qui lui convient finalement très bien, où il a sa place avec d'autres, le musée historique de Paris, bref le musée Carnavalet, qui entre autres singularités présente celle d'être gratuit.

Car il y est en bonne compagnie! Celle de l'Amazone Natalie Clifford Barney, notamment, qu'il a dû côtoyer:

http://www.archerjulienchampagne.com/article-4849361.html

Mais aussi pour remonter dans le temps celle de Sainte Geneviève, sainte parisienne, et de cette peinture hermétique en dépot de l'église Saint-Merry, qu'Eugène Canseliet, ami de Champagne, décrivit dans la revue Atlantis (N°223, 1964), et finalement celle des Saints-Innocents, chers à Nicolas Flamel, dont une représentation de l'enclos médiéval est clichée dans les Trois anciens traités d'alchimie du même Canseliet (Pauvert, 1975).

Ainsi donc la Réunion des musées nationaux (RMN) a eu l'heureuse idée de rendre disponible sur son site deux "nouveaux" dessins de Jean Julien, ainsi qu'elle l'appelle:

http://www.photo.rmn.fr/cf/htm/CSearchT.aspx?V=CSearchT&SID=22S39UWP1R24O&E=S_22S39UWP1R24O&NoR=500&New=T
http://www.photo.rmn.fr/cf/htm/CSearchZ.aspx?o=&Total=2&FP=65472107&E=22S39UWP1R24O&SID=22S39UWP1R24O&New=
T&Pic=2&SubE=2C6NU0GE0ID0
http://www.photo.rmn.fr/cf/htm/CSearchZ.aspx?o=&Total=2&FP=65472107&E=22S39UWP1R24O&SID=22S39UWP1R24O&New=
T&Pic=1&SubE=2C6NU0GEP8YG


L'attribution à Julien Champagne de ces oeuvrettes, qui n'ajoutent guère à sa gloire, mais laissent augurer d'autres découvertes, ne fait pas de doute dans l'esprit des experts de la RMN:

Il s'agit bien dans les deux cas de Jean Julien Champagne (1877-1932). De ce point de vue, toute homonymie semble exclue. Mais ce Julien est-il bien le notre?

Si c'est bien le cas, ce sont là sans doute oeuvres de jeunesse ou de commande, sinon alimentaires, puisqu'elles sont toutes deux répertoriées comme estampes lithographiques du XIXème siècle.

A mon avis, l'attribution à Champagne est certainement plausible. Même si je ne peux vous offrir pour l'instant de reproduction de meilleure qualité, la signature habituelle: J. Champagne est bien visible au bas des deux travaux.

Il semble que ces deux gravures fassent partie d'une série consacrée aux "soirées parisiennes", ce qui permet encore une fois d'espérer d'autres exhumations. C'est du moins l'impression, si j'ose m'exprimer ainsi, que nous laisse leur numérotation.

J'observerai enfin qu'il peut paraître symbolique qu'"Hubert" ait eu ainsi la faveur de passer des "fêtes de banlieue" aux soirées mondaines, telles que ce "concert à la chaussée d'Antin".

Le dit concert est au demeurant proposé ailleurs sur la "toile":

http://www.scholarsresource.com/browse/work/2144593323
http://imagecache2.allposters.com/images/BRGPOD/18870.jpg
Suivant la RMN, Julien Champagne aurait ici dessiné d'après Henri de Montaut (1825-1890/1897).
Mais qui est ce Montaut?

Vous aurez noté comme moi l'incertitude très fulcanellienne qui plane sur son année de décès...On le dit aussi parfois né "vers" 1825, voire en 1829 ou 1840.

Le Dictionnaire des illustrateurs le nommerait ainsi: Henri de Montaut (ou De Hem ou Monta ou Hy) et ajouterait qu'il aurait oeuvré entre 1860 et 1905, cette dernière année pouvant également être celle de sa mort....

L'ordre de la légion d'honneur fait mention quoiqu'il en soit d'un Henri Antoine Victor de Montaut, né en 1829 à Paris.

Ce qu'il y a d'un peu plus certain, c'est qu'en bon Parisien, Montaut s'intéressa de près à la vie de la capitale, qu'elle fût tragique, comme au moment de la Commune de 1870-1871, ou frivole: cette curieuse illustration pour La vie parisienne est de 1879 - ou 1882!

http://www.artandarchitecture.org.uk/fourpaintings/manet/paris/corsetrie.html
Un deuxième point concerne son attrait pour les rives...de la Méditerranée, qu'elles soient françaises (Voyage au pays enchanté, 1880), ou grecques, ou encore égyptiennes.

Mais il doit surtout sa célébrité à son travail d'illustration des livres de Jules Verne, et ce dès les années 1865, en particulier De la terre à la lune:

http://jv.gilead.org.il/rpaul/
http://jv.gilead.org.il/evans/illustr/
http://jv.gilead.org.il/zydorczak/zzie03.htm

Et puisque je vous parlais d'entrée de jeu de tournant pour ce blog, permettez-moi de conclure là dessus, en bon ouroboros.

Ce blog continue, mais voici sans doute mon dernier courriel régulier. Oh j'ai encore dans ma manche plusieurs articles déjà pensés, qui je l'espère paraîtront tôt ou tard. Mais je suis appelé à d'autres tâches que celle-ci, et je ne reviendrai vous entretenir de Julien Champagne dans les prochaines semaines et les prochains mois qu'en cas de fait nouveau.

Celui de ce jour en est un, et pas anodin. Il en annonce d'autres, et pourquoi pas une reparution des Fulcanelli illustrés par Champagne? Parallèlement, je compte bien continuer de me tenir à votre écoute, et améliorer un peu les courriels déjà en ligne, ce que j'ai déjà commencé à faire, qu'ils soient anciens (Allainguillaume par exemple) ou récents (par exemple Hillel-Erlanger).

Mais la bonne nouvelle est là, et c'est l'essentiel: L'oeuvre de Julien est revenue au grand jour, et puisque ce 8 avril est celui de Pâques, réjouissons nous surtout qu'un autre J.C. soit ressuscité.

http://www.ocarm.org/news/esp0800.htm
A très bientôt, et Joyeuses Pâques!

ARCHER

Partager cet article

Repost 0
Published by ARCHER - dans archer
commenter cet article

commentaires

RAUX 03/08/2009 16:43

On nous a montré récemment, un fort beau document de Henry de Montant, lettre autographe signée, relatant en avril 1865 en rade de Constantinoble l'incendie de l'amirauté britannique avec un desssin au dos de la correspondance représentant cet incendie.Pour information...

ARCHER 03/08/2009 17:26


Merci RAUX de cette information. En l'état actuel de nos recherches cependant, il semble bien que Montaut ait été lié, non à Julien Champagne, mais à Jules Champagne, que les deux Champagne en
question fussent ou non apparentés.

Voyez sur ce point mon article "Quand J. Champagne n'est pas Julien."

Parmi les documents que nous cherchons toujours, et pour lesquels votre expertise reconnue pourrait s'avérer précieuse, je citerai volontiers, un peu en vrac, des autographes et portraits de Claude
Sosthène Grasset d'Orcet, René Billa alias Richard Burgsthal, Mariano Ancon, Elmiro Celli...

Cette liste n'est évidemment pas limitative. En tout cas pour moi, il est clair désormais que l'auteur des Soirées parisiennes n'est pas Julien Champagne, comme allégué par la Réunion des musées
nationaux, mais son presque homonyme Jules Champagne.


Walter Grosse 23/04/2007 19:20

Selon les recherches, ne s'a pas trouvé aucune acte de décès à Paris 9ème, entre 1926 et 1931, par le nom de Jean Champagne.

ARCHER 24/04/2007 18:25

Je pense pour l'instant que ce Jean Champagne n'est autre que Julien Champagne (more to follow).

Walter Grosse 23/04/2007 02:19

Toutefois, si Jean Champagne chimiste a signé le dédicace à ses amis Viard et la dédicace adressé à René Schwaller, sous le pseudonyme d' A.H.S. - Fulcanelli, je pense  qu'il a écrit aussi la lettre adressé à Louis Allainguillaume, de 17 août 1932, et, par conséquent, il n'était pas mort avant 1932...
La lettre est de Paris 9ème, mais le chimiste n'apparaît pas dans les registres de 1931 et 1932 du 59bis, rue de Rochechouart, seulement 'notre' Julien Champagne...
Le registre que j'ai du Jean Champagne chimiste, né en 1876 dans la Somme, à demeurer en compagnie d'Eugène Canseliet, date de 5 ans avant, presque la date que ce dernier donne de la disparition de Fulcanelli...
Ainsi, c'est possible que le chimiste ait disparu de Paris, au lieu d'avoir décédé... 
D'autre part, dans le faire-part de décès de Julien Champagne nous pouvons lire : "Et de toute la famille"...peut inclure aussi le Jean Champagne chimiste...!!!
Cependant, la Somme c'est très grande et c'est très difficile de chercher l'acte de naissance de Jean Champagne pour confirmer le parenté avec Julien Champagne...

Walter Grosse 22/04/2007 19:21

J'ai une prouve (un document) de que Jean Champagne chimiste (né en 1876 en Somme) a déméuré en compagnie d'Eugène Canseliet et je pense qu'il n'apparaisse pas dans le faire-part de décès de Julien Champagne parce que, par exemple, a décédé avant le début de 1930...
De fait, nous avons Eugène Canseliet, Jean Champagne chimiste et Julien Champagne

ARCHER 22/04/2007 22:00

De mieux en mieux. Voici ce que je vous propose: Si vous me produisez ce document, je m'engage à le publier dans ce blog, avec des commentaires dont je vous ferai part avant.Dans la mesure où le Jean Champagne en question est né en 1876, de plus dans la Somme, il n'est pas par définition "notre" Julien Champagne.En outre, "Hubert" ne peut être valablement qualifié de chimiste. La surprise véritable est qu'il y aurait si je vous suis bien un autre Champagne dans l'entourage d'Eugène Canseliet.Votre explication d'un décès de Jean Champagne avant 1932 est plausible, s'agissant du faire-part de celui de Julien. Mais quid de la parenté entre les deux Champagne?A.

Walter Grrosse 22/04/2007 02:52

Je suis 100% convaincu de que le Julien Champagne des soirées parisiennes c'est le même Julien Champagne né le 23 janvier 1877 à Levallois-Perret, le dessinateur...
Toutefois, les dédicaces, signées J.Champagne ou A.H.S. - Fulcanelli, n'ont pas été écrites par le dessinateur Jean (Julien) Champagne, mais par le chimiste Jean Champagne...
Je pense que le chimiste Jean Champagne était un frère du dessinateur Julien Champagne, du employé de commerce Félix Champagne et de la instituteure Reine-Marie Champagne, que le labratoire de Villiers-le-Bel (vers 1893) a été monté pour lui de la part de sa mère, etc.
Cependant, je suis à l'attente d'une une meilleure confirmation sur ce sujet. Ce que m'intrigue est le fait de Canseliet jamais nous avoir parlé de l'existence de cet homme, quand il a vécu entre lui... C'est ultra-étrange!!!!

ARCHER 22/04/2007 17:19

Je partageais votre conviction sur l'identité entre "notre" Julien Champagne et le J. Champagne des "soirées parisiennes" jusqu'à ce que je me rende compte que malgré l'avis des experts de la réunion des musées nationaux nous n'avons pas de preuve matérielle.Qui plus est, j'ai l'impression qu'il peut avoir existé un J. Champagne qui serait éventuellement différent de Julien et aurait exercé ses talents avant la naissance d'"Hubert". Et puis il y a le style de ces gravures, qui fait davantage penser aux années 1850 qu'à celles 1900...Tout ceci me paraît donc demander une étude complémentaire, dont je ferai part des résultats en son temps.En ce qui concerne le chimiste Jean Champagne dont vous faites état, et comme je vous l'ai fait remarquer à propos de mon article "Genèse de Champagne":http://www.archerjulienchampagne.com/article-5977594.htmlil semble curieux que ce "frère caché" n'apparaisse pas dans le faire-part de décès de Julien Champagne.Pourrait-il s'agir d'un demi-frère? Là encore, mon impression est que nous devons attendre d'en savoir plus pour savoir si nous n'avons pas affaire à un simple homonyme, ce qui n'enlève rien à l'intérêt de votre trouvaille, bien au contraire.