Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : JULIEN CHAMPAGNE
  • JULIEN CHAMPAGNE
  • : Site consacré à l'artiste français Julien Champagne (1877-1932), à sa vie et à ses oeuvres.
  • Contact

Profil

  • ARCHER
  • hermétiste
  • hermétiste


...consacré à l'artiste français Julien Champagne (1877-1932), à sa vie et à ses oeuvres.


Peintre et dessinateur, Julien Champagne est surtout connu de nos jours pour avoir illustré les ouvrages de Fulcanelli, un mystérieux alchimiste contemporain.

Et pourtant, il figure au Bénézit, la "Bible" internationale des créateurs. Et suivant son ami Eugène Canseliet, il fut bien un maître du pinceau et du crayon.

C'est à la découverte de cet artiste méconnu, mais profondément attachant, que je voudrais vous inviter. Je voudrais aussi vous demander de ne pas hésiter à enrichir mes articles de vos propres commentaires et de vos découvertes personnelles.

Bon voyage donc au pays légendaire de Julien Champagne.

Recherche

11 mars 2007 7 11 /03 /mars /2007 21:32

elsdg.champagne

 

Dans mon pensum d'il y a quelques semaines sur Guaïta:

http://www.archerjulienchampagne.com/article-5348400.html

je n'avais pas pu aller aussi loin que je le souhaitais dans mes commentaires sur l'exemplaire récemment vendu par la librairie parisienne L'Intersigne de l'ouvrage La Clef de la Genèse, ouvrage provenant de la bibliothèque de Jules Boucher et annoté par Julien Champagne.

Me voici désormais muni de l'autorisation d'aller cette fois un tantinet plus avant, et donc en mesure de vous communiquer certaines des informations que j'avais pu recueillir en consultant ce livre avant que n'intervienne sa vente.

Voici d'abord, et les gourmets appelleront peut-être cela une mise en bouche, un des ex-libris de Jules Boucher qui s'y trouve, et qui serait l'oeuvre de Julien Champagne:

http://www.archerjulienchampagne.com/article-4567408.html
http://www.archerjulienchampagne.com/article-3715710.html

Bien que de qualité moyenne sur ce cliché, cette oeuvrette m'a paru digne de reproduction tant elle ressemble à celle décrite auparavant (mon article ci-dessus indiqué du 2 septembre 2006) et est donc publiée ici pour la première fois à ma connaissance.



Les deux autres extraits que j'ai l'honneur et le plaisir de vous proposer maintenant sont en fait deux annotations de Julien Champagne qui figurent en marge de ce livre. Je les ai retenues parce que dans les deux cas Julien n'a pas hésité, de nouveau, à les signer Fulcanelli, pour une raison ou une autre.

Il y a sur ce point plusieurs explications possibles, sachant que je récuse de plus en plus l'idée de l'identité Fulcanelli-Champagne.

On pourrait aussi penser à un faux postérieur, par exemple de Jules Boucher. Enfin, je mentionnerai l'hypothèse d'une affabulation de Champagne, sans toutefois écarter la thèse d'une citation de Fulcanelli par "Hubert", après tout le livre de Guaïta est paru en 1920.

Mais trêve de suppositions pour l'instant, faisons place aux faits. Voici d'abord une première assertion de Guaïta:

"Au laboratoire, et dans leur acception la plus large, le Mercure est une fumée blanche, le Soufre une graisse agglutinante, et le Sel un acide.

L'Azoth des Sages, synthèse des trois, consiste en un menstrue, l'Alchaëst ou dissolvant des métaux, qui ramène ceux-ci à leur première substance et met leur sperme androgynique en liberté."




Et Champagne-Fulcanelli, soulignant  "l'Azoth" et "l'Alchaëst ou dissolvant des métaux" s'exclame:

"Erreur! L'alcaest n'est pas l'Azoth. Il y a entre eux la différence du mercure vulgaire au mercure philosophique. Il suffit de cuire l'azoth pour obtenir la pierre, tandis que l'alcaest est seulement le premier dissolvant.

Par l'action de l'alcaest sur le métal on obtient l'humide radical qui fournira ensuite l'azoth."

Deuxième passage de Guaïta:

"Cependant, sous l'influence combinée de la chaleur et du temps, une série de phénomènes parfaitement déterminés se manifeste dans l'oeuf.

Les phases de volatilisation partielle, de fixation et de déliquescence de la matière alternent comme il convient, tandis que cette matière affecte successivement des teintes caractéristiques, dont l'apparition dans l'ordre voulu atteste à l'adepte qu'il n'a pas dévié du droit chemin.

Les couleurs principales se succèdent dans l'ordre suivant: le noir (corruption, tête de corbeau), le blanc (ablution, terre blanche feuillée, petit Elixir), et le rouge (grand Elixir ou pierre philosophale),etc."



Marquant tout ce passage,  Fulcanelli-Champagne apprécie ainsi:

"L'auteur n'a pas pénétré le grand secret de la coction. Ce n'est pas ainsi qu'elle s'opère et au surplus, l'artiste ne voit jamais les couleurs décrites.

Personne n'a jamais révélé cette connaissance et peu de philosophes l'ont sue. Une seule couleur apparaît: le noir. Les autres n'existent qu'à l'état de symboles et non d'apparences physiques."


Auteur entre autres d'un ouvrage sur Paracelse (CAL, 1970), Guy Bechtel, aujourd'hui âgé de 76 ans, est un fin connaisseur de l'occulte et notamment de l'alchimie. Il nous a en particulier gratifié en 1974 d'un entretien avec Eugène Canseliet sur Fulcanelli qui hélas est resté en partie confidentiel (en partie seulement, puisque son résultat figure partiellement au chapitre Fulcanelli de ses Grands livres mystérieux, CAL, 1974).

Passionné aussi par "maître Stanislas", comme il l'appelle, Bechtel nous a concocté voici quelques années un essai bourré d'érudition et d'humour sur la bibliothèque de Guaïta, qu'il qualifie de façon très intéressante à mon sens de "pérégrine."

Guaïta en effet, non seulement voyageait avec certains de ses livres, mais encore avait pris soin de disperser sa bibliothèque de son vivant, entre Paris et sa Lorraine natale en particulier. Sage prudence d'ésotériste? Nous sommes ainsi de toute façon d'emblée éclairés sur le pluriel apposé par notre écrivain  à la fin de l'intitulé de son étude au mot bibliothèques.

Et en tout cas, les "notules" de Bechtel, comme il les a bien modestement intitulées, raviront selon moi tous les curieux ou studieux de l'arcane, et au-delà tous les bibliophiles avertis.  A condition qu'ils se hâtent, car de ce petit monument de savoir, courageusement édité en 1998 par Alain Marchiset, qui ne se contente pas d'être un fameux libraire, il ne subsiste plus à ma connaissance que quelques exemplaires neufs.


C'est de ce tirage "strictement limité" qu'est extraite la photo ci-dessus, celle qui ouvre notre article de ce jour provenant d'un catalogue Chacornac de 1912 que vous avez sans doute gardé en mémoire:

http://www.archerjulienchampagne.com/article-3308771.html

Et puisque cette soirée de la sainte Rosine est décidémment placée sous le...signe des coïncidences qui n'en sont pas, j'espère que vous goûterez comme moi cette citation d'une partie de la conclusion de Bechtel parvenu au terme de son labeur, et philosophant sur la théorie des signatures chère à un certain Hohenheim:

"Même si ta quête est vaine, tu seras, toi, payé au centuple de ta peine: il n'est point d'objectif plus grand dans une vie que de régler les rapports des signes entre eux.


Certains appellent cela Musique, d'autres Poésie..." Et nous, cher Guy Bechtel, Alchimie.



In cauda venenum,

(HA)RCHER

Partager cet article

Repost 0
Published by ARCHER - dans archer
commenter cet article

commentaires

Marco Travaglini 14/01/2009 18:39

Sono il nipote di Alberto Spadolini (Ancona 1907 - Parigi 1972). Solo recentemente ho scoperto che mio zio è stato allievo di Jules Boucher ed ha fatto parte dei ROSA CROCE di Marsiglia con il segreto nome di MAGNO ALBERT.Sto scrivendo un libro e sono alla ricerca di informazioni su Jules Boucher. Potete aiutarmi?Cordiali saluti.Marco Travaglini

ARCHER 14/01/2009 21:47


Cher Marco Travaglini,

Merci de ce commentaire. Je comprends surtout que vous écrivez un livre sur Jules Boucher et que vous êtes preneur de toute nouvelle information le concernant.

Nous aussi! En particulier s'agissant de ses relations avec Julien Champagne, de celles avec Eugène Canseliet, de ses activités au sein du Grand Lunaire, de l'AROT...Je ne suis pas surpris au
demeurant de voir qu'il pourrait bien avoir utilisé, à ce que vous dites, un pseudonyme comme celui du Grand Albert.

J.B. était, comme d'autres avant lui, et peut-être après lui, un véritable "fou" de cette pratique de pseudonymie.

Quoiqu'il en soit, je me tiens à votre écoute, s'agissant des résultats de vos recherches, et dans l'attente je me permets de vous signaler un certain nombre des articles de ce blog qui tous, peu
ou prou, ont un rapport avec Jules Boucher:

http://www.archerjulienchampagne.com/article-1868575.html
http://www.archerjulienchampagne.com/article-4567408.html
http://www.archerjulienchampagne.com/article-11948348.html
http://www.archerjulienchampagne.com/article-4044089.html
http://www.archerjulienchampagne.com/article-4966723.html

Grazie mille!


Walter Grosse 22/04/2007 02:13

J'ai fait une découverte extraordinaire : a existé un Jean Champagne chimiste, plus vieux que Julien Champagne, entre l'entourage Canseliet & Julien Champagne. Je pense que c'est la découvert du siècle. C'est J.Champagne n'était pas dessinateur, mais un chimiste. Curieusement, J.Champagne a été l'homme qui s'est fait passer par Fulcanelli... et tous pensaient que le J.Champagne chimiste était le dessinateur Jen (Julien) Champagne. Enfin...
Les signatures des dédicaces sont de Jean Champagne chimiste...
Fulcanelli fut l'hétéronyme du Jean Champagne chimiste? Devant ces nouvelles évidences, c'est une possibilité...

ARCHER 22/04/2007 17:05

Je ne suis qu'à moitié surpris de l'existence possible d'un J. Champagne autre que Julien. Si elle se confirme, il faudra à mon avis établir dans quelle mesure ce...Champagne nouveau a fréquenté ou non le cercle Canseliet-Julien Champagne-Fulcanelli.Le fait qu'il serait chimiste accroit éventuellement l'intérêt de votre information. Mais j'en dirais pratiquement autant s'il était dessinateur ou peintre.Je note qu'il n'y avait apparemment pas de Jean Champagne dans la famille proche de Julien lors de son décès:http://www.archerjulienchampagne.com/article-2357896.htmlA l'inverse, je me souviens qu'"Hubert" aurait eu une cousine chimiste chez Poulenc, cousine dont nous ignorons le nom actuellement.

Walter Grosse 20/04/2007 12:06

Cher ami,
S'il vous plaît, j'aimais de savoir, très exactement, votre avis personnel sur les deux dédicaces exposées dans le livre de Geneviève Dubois, "Fulcanelli Dévoilé", ' Jean-Julien Champagne et René Schwaller de Lubicz ', p.131, la dédicace d'un J.Champagne á ses amis Viard et une autre dédicace de Fulcanelli à Schwaller.
De fait, Mme Dubois a noté la similitude entre les écritures de ces deux dédicaces...
Il y a des certitudes à 100% de que J.Champagne est, de fait, le peintre Julien Champagne ? Ou un autre homme avec le même nom, tel comme un parent de lui, etc.
Selon Patrick Rivière, Champagne se fait passer pour Fulcanelli...alors l'inverse aussi est possible!
Pour Mme Dubois, celle-ci est la preuve de que Fulcanelli est J.Champagne et, par conséquent, Fulcanelli serait l'hétéronyme de Champagne ?

ARCHER 21/04/2007 21:40

Il est incontestable que Julien Champagne s'est fait passer pour Fulcanelli, notamment auprès de René Schwaller et Jules Boucher.Quant à ses amies Viard, on ne sait hélas rien d'elles actuellement, mais je note comme vous que l'écriture des annotations du livre de Guaïta et surtout celle des mentions soulignées du nom de Fulcanelli paraît être la même que celle des dédicaces ci-dessus mentionnées.Je vous suis bien, rien n'est définitivement établi pour l'instant sur l'identité entre Julien Champagne et le J. Champagne des "soirées parisiennes".Y a-t-il eu au XIXème siècle un J. Champagne dessinateur qui ne serait pas né en 1877, mais plus tôt que Julien Champagne?

Captain NEMO 16/03/2007 00:13

Hello Mr. Archer...
Your Quest is always a delight to be read...
Regarding the two hand-written 'notules' by Champagne, I personally agree with you: Champagne must have 'heard' them chez-Fulcanelli...they are quite straight to the point, and it must be assumed that the author was more than well-learned in Alchemy...we are talking of someone who had a direct experience of this matters...Being this a 1920's text, we could ask ourselves since when Champagne had started studying and/or working in Alchemy...unless these notules might have been written later...
Also, the "style" and the "wording" is quite Fulcanelli-an !!
Best regards
Captain NEMO

ARCHER 18/03/2007 11:34

Hi Captain,This quest is not only mine, you know...Avec votre permission, je repasse maintenant au français.A mon tour d'être d'accord avec vous, votre commentaire me semble tout à fait pertinent. Par exemple rien ne prouve que ces annotations sont de 1920. Mais elles sont très probablement antérieures à 1932 ou de cette année.Champagne qui est né en 1877 a commencé tôt en alchimie, et a eu sans doute un premier laboratoire alors qu'il n'avait pas vingt ans.Nous sommes donc avant 1897. Vers 1895 probablement, qui est curieusement l'époque à laquelle Fulcanelli commence lui aussi à oeuvrer, si on suit Canseliet et si j'ai bonne mémoire.Champagne, qui rencontrera Fulcanelli en 1905, Schwaller en 1913 et Canseliet vers 1915, est donc lui aussi dès 1920 un alchimiste instruit, et même, pour employer un terme cher à son ami Eugène, "savant".

Walter Grosse 12/03/2007 07:03

Avez-vous découvert quelque chose de nouveau sur Gaston Sauvage?
De ma côté, est en train d'être fait une recherche à quelques archives pour découvrir qui fut-il...
Je pense que de cette fois je vais réussir savoir quelque chose sur cet chimiste méconnu par l'Histoire de France.
S'il vous plaît, si vous savez quelque chose que puisse aider et accélérer la recherche serait magnifique pour que la vérité soit, enfin, connue par tous...
Merci, Fulgrosse

ARCHER 13/03/2007 11:01

Cher Fulgrosse,Oui, mais pas assez pour l'instant pour écrire un nouvel article à propos de Gaston Sauvage.Comme vous savez sans doute, il est question de lui à propos de l'exemplaire de l'oeuvre de GuaÏta dont il s'agit ici.Voici d'ailleurs le texte de la fiche rédigée par le vendeur il y a quelque temps de cet exemplaire, Alain Marchiset de la librairie parisienne L'Intersigne:
"Exemplaire annoté par l‘alchimiste FulcanelliGUAITA (Stanislas de). Essais de Sciences maudites: - II Le serpent de la Genèse, seconde septaine (livre II), La Clef de la magie noire. P., Durville, 1920, in 8°, de 847pp., nbr. illustr. h.t. la plupart par O. Wirth, demi-basane marron très frottée, coupes usées. Exemplaire entièrement annoté par l'alchimiste Fulcanelli au chapitre "magie des transmutations", avec de très nombreuses observations techniques sur la pratique du Grand Oeuvre. L'exemplaire provient de la bibliothèque de Jules Boucher, dont il porte en 2 endroits l'ex-libris dessiné par J.J. Champagne, ainsi qu'une mention en tête de la main de J. Boucher "notes autographes ... par Fulcanelli", et une autre note sur un bristol de la main de Gaston Sauvage "Exemplaire provenant de la bibliothèque de J.B., ami et collaborateur de Fulcanelli". L'exemplaire semble en fait être annoté par Jean Julien Champagne, car l'écriture est celle reproduite par R. Ambelain (dédicace de Fulcanelli à Boucher) dans le "Dossier Fulcanelli" publié dans les Cahiers de la Tour Saint Jacques n°IX de 1962. Par ailleurs on sait que Champagne et Boucher furent amis (l'ex-libris de Boucher a été dessiné par Champagne), et la note de G. Sauvage est à interpréter dans ce sens. Cet intéressant exemplaire annoté semblerait donc confirmer l'hypothèse développée par R. Ambelain, à savoir que l'alchimiste Fulcanelli et le peintre J.J. Champagne ne seraient qu'une seule et même personne. C'est donc aussi un document d'un grand intérêt de ce point de vue là."