Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : JULIEN CHAMPAGNE
  • JULIEN CHAMPAGNE
  • : Site consacré à l'artiste français Julien Champagne (1877-1932), à sa vie et à ses oeuvres.
  • Contact

Profil

  • ARCHER
  • hermétiste
  • hermétiste


...consacré à l'artiste français Julien Champagne (1877-1932), à sa vie et à ses oeuvres.


Peintre et dessinateur, Julien Champagne est surtout connu de nos jours pour avoir illustré les ouvrages de Fulcanelli, un mystérieux alchimiste contemporain.

Et pourtant, il figure au Bénézit, la "Bible" internationale des créateurs. Et suivant son ami Eugène Canseliet, il fut bien un maître du pinceau et du crayon.

C'est à la découverte de cet artiste méconnu, mais profondément attachant, que je voudrais vous inviter. Je voudrais aussi vous demander de ne pas hésiter à enrichir mes articles de vos propres commentaires et de vos découvertes personnelles.

Bon voyage donc au pays légendaire de Julien Champagne.

Recherche

1 juin 2008 7 01 /06 /juin /2008 11:24


Mon Dieu, qu'il est difficile de présenter le livre d'un ami, que dis-je un jumeau! Dans son ouvrage sur Fulcanelli, paru ce mois de mai 2008 aux éditions Arqa, Jean Artero fait référence à ce blog, et reconnaît explicitement y avoir participé d'emblée.

Le blog d'Archer sur Julien Champagne apparaît ainsi au grand jour pour ce qu'il est depuis pratiquement le début, autrement dit une oeuvre collective...

Ceci dit, reste à synthétiser ce gros bouquin de quelque 380 pages, et qui plus est à le critiquer dans tous les sens du terme.

Pour résumer, je dirais que cet essai que l'auteur reconnaît lui-même être imparfait a pour principal mérite de prendre appui sur les travaux de ses devanciers, sans jeter d'anathème sur aucun, ce qui finalement est assez rare, tout en présentant une vue certes partielle et donc partiale si on veut sur Fulcanelli et ses ouvrages.


Si j'avais à schématiser la thèse d'Artero, je serais tenté de la ramener à un seul point, qui est peut-être tout: On ne peut étudier Homère si dans le même temps on ne traite pas de l'Iliade et de l'Odyssée. De même pour Jean il est sans doute vain de traiter de Fulcanelli si dans le même temps on n'analyse pas au moins Le mystère des cathédrales et Les demeures philosophales.

Ce qui jusqu'alors n'était pas évident pour le plus grand nombre...Jean Artero me paraît également apporter un éclairage nouveau sur la troisième oeuvre, non parue actuellement, de Fulcanelli à savoir le fameux Finis Gloriae Mundi.

Mais je ne voudrais pas vous priver à l'avance du plaisir de découvrir ce bouquin, qui me semble par ailleurs assez bien écrit, aussi je me bornerai dans cet article à en souligner quelques qualités patentes, mais aussi selon moi quelques défauts non moins évidents.

Une qualité réelle du livre de Jean est donc par exemple qu'il contribue à resituer l'opus fulcanellien dans son contexte historique, scientifique et philosophique. C'est ainsi notamment qu'il n'hésite pas à considérer ce jeton ou méreau de 1700 de la Sainte Chapelle de Paris comme une demeure philosophale.


Méreau dont il existe des exemplaires de cuivre et d'argent au moins, dont le féminin est parfois dit mérelle, et qui paraît-il est réputé avoir été utilisé par d'aucuns comme signe de reconnaissance.

Toujours pour approuver et appuyer ce travail que je trouve pour ma part loin d'être négligeable, je continuerais en insistant sur le fait qu'Artero apporte des éléments nouveaux - du moins en terme de publication - sur Fulcanelli et son entourage.

C'est ainsi - et naturellement nous en arrivons à Julien Champagne- qu'il produit sans doute pour la première fois des informations inédites sur un ami d'Eugène Canseliet, dont ce dernier considéra qu'il lui fut en fait envoyé par Fulcanelli pour le consoler entre autres de la perte de son ami "Hubert", décédé en 1932.

Là encore je préfère vous laisser découvrir "dans le texte" de quelles informations il s'agit, tout en reproduisant ce portrait publié par Jean du diplomate et général turc, ou si vous préférez ottoman, Mahmoud Mohtar Pacha, qui fut aussi un grand musulman, philosophe soufi et alchimiste.

 

MMP1.champagne



Nous le voyons ici également en compagnie de sa femme Nimet, en 1934, soit peu avant son décès intervenu en mer quelque temps plus tard, alors qu'il envisageait de commencer avec "le bon maître de Savignies" une coopération mutuellement fructueuse au laboratoire.

Je voudrais maintenant en arriver à quelques réserves que je voudrais émettre ici sur cet énorme travail d'une année environ, si j'ai bien compris, sans remettre pour autant en question la qualité d'ensemble de la recherche effectuée par Jean Artero.

Comme en fait il l'écrit lui-même, nous demeurons en désaccord sur certains "détails de l'histoire", à commencer par le rôle dévolu à Julien Champagne dans le corpus fulcanellien.

Je l'estime essentiel en tant qu'Archer, alors que Jean, tout en reconnaissant l'importance des illustrations de l'artiste, n'en rejette pas moins "JC" du cercle des proches de Fulcanelli, et de ce fait est porté à lui consacrer surtout une annnexe de son livre, ce qui ne peut totalement me satisfaire.

 

MMP2.champagne

MMP3.champagne

 

MMP.champagne

 

Ceci étant posé, je reconnais bien volontiers que son ouvrage est déjà salué par plusieurs fulcanellistes de haut vol, que je ne mentionnerai pas pour ne pas le faire encore une fois rougir de plaisir.

Il a aussi cependant  reçu dès à présent quelques critiques bien senties, dont celles fort passionnées du talentueux hermétiste et spagyriste Patrick Rivière, auteur comme nous savons de nombreux ouvrages de qualité, notamment sur l'alchimie et spécialement celle de Fulcanelli et Canseliet.

C'est ainsi que Rivière conteste avoir considéré la transmutation de Canseliet, opérée en 1922 en présence de Fulcanelli et Champagne, comme résultant de la mise en oeuvre d'un procédé particulier:
http://www.archerjulienchampagne.com/article-1851159.html

Pour Artero il a raison, et cette mention erronée devra faire l'objet d'un rectificatif de la part de l'éditeur. Selon moi, il convient à l'inverse de prendre en compte les avis opposés en la matière de Geneviève Dubois et de Rubellus Petrinus, alchimiste angolais d'origine, comme chacun sait, et qui vit et travaille actuellement au Portugal.


Quoiqu'il en soit, je saisis l'occasion qui m'est offerte de vous recommander la lecture d'une des dernières publications de Patrick Rivière: Fulcanelli, qui suis-je? parue en 2004 aux éditions Pardès. Succédant à son Fulcanelli, sa véritable identité révélée (Vecchi, 2001), sans le reproduire tout à fait, cette somme compacte me semble en effet passionnante et curieuse à plus d'un titre, ou si vous préférez à maints égards.

Mais pour en revenir à Artero, et en dépit de mes observations, dont je veux espérer qu'il ne prendra pas trop ombrage, je ne peux que le louer à nouveau des novations dont son Présence de Fulcanelli est incontestablement porteur.

En témoigne par exemple cette nouvelle photographie d'un Julien Champagne vraisemblablement "tirée" vers 1914, sans doute alors qu'il s'occupait avec les Lesseps de la mise au point de leur "traîneau à hélice":

http://www.archerjulienchampagne.com/article-16268763.html


Pour ne pas conclure, ainsi que le recommandait Gustave Flaubert, je voudrais souligner le fait que le Présence de Fulcanelli de Jean Artero fait actuellement l'objet d'une édition originale de 300 exemplaires numérotés (exactement comme en 1926 Le mystère des cathédrales de Fulcanelli). Je me suis laissé dire qu'environ 50 exemplaires sont "partis" en moins d'un mois...

On peut le commander directement à l'éditeur:
http://thot-arqa.org/boutique/boutique.html
Si j'ai bien appris ma leçon, dans ce cas là le prix du port est compris.

Il est également disponible en ligne par ailleurs:
http://www.atelier-empreinte.fr/presencedefulcanelli-p-2084.html
http://www.eklectic-librairie.com/ListeLivreDetail.asp?Detail=ARQA17&TypeRecherche=Detail
http://www.massanne.com/

Enfin, le seul article non commercial sur cet ouvrage qui a précédé le mien est à ma connaissance le suivant:

http://touscesgens.hautetfort.com/archive/2008/05/02/fulcanelli-les-inities-inconnus-gouvernent-seuls.html

Celui-là est à mon humble avis sans prix. Ainsi d'ailleurs que le suivant:

http://fulgrosse.over-blog.com/article-20673987.html





ARCHER

Partager cet article

Published by ARCHER - dans archer
commenter cet article

commentaires

Fabien 14/12/2010 16:59



Cher Archer,


Il me semble donc que vous utiliseriez la même première matière que moi. Très drôle, la précision que vous apportez.


Personnellement, je préfèrerais pourtant l'exécuter dans un vase de verre bien orienté. Enfin, c'est selon. C'est surtout "par devoir" comme dit Ci.


Mais il est vrai que lorsqu'on a la « manière » et qu'on utilise « le moyen, ou instrument, expressément figuré par le brassard d'acier » sculpté à Dampierre, il n'y a plus
qu'à s'armer de patience pour observer le bouleversant phénomène se dérouler devant nous yeux !




p { margin-bottom: 0.21cm; }


ARCHER 14/12/2010 23:19



Cher Fabien, votre cabale nous parle, mais..


Nous tangentons ici plusieurs mystères, semble-t-il. Il y a celui de la matière, ou des matières, et celui du vase, ou des vases. Et puis ou en même temps de la voie, des voies...


Sur le premier, Canseliet nous précise, comme rappelé par Artero à Baglis TV, que c'est à chacun de faire le chemin.


Sur l'autre ou les autres, outre la même référence, je voudrais profiter de votre interrvention pour renvoyer à mon article ad hoc:


http://www.archerjulienchampagne.com/article-4007792.html


et surtout à ce qu'ajoute Fulcanelli dans le passage des Demeures auquel vous vous référez:


"Nous pourrions faire une intéressante remarque à ce sujet, sur ce brassard d'acier dont est muni le bras céleste; mais nous estimons qu'il convient de ne point tout dire, et préférons laisser à
qui voudra s'en donner la peine le soin de déchiffrer cet hiéroglyphe.


La science alchimique ne s'enseigne pas; chacun doit l'apprendre soi-même."


 


 



Fabien 14/12/2010 14:53



Bonjour Archer,


 


En traînant sur cet article, je repensais à un passage du chapitre « L'avis de Pacha » dans « Présence de Fulcanelli » de Jean Artero.


J'ai lu des commentaires (de souffleurs, d'après moi) sur le coup de marteau très sec devant lequel Mouktar fut ébloui autant que sidéré.


Je suis toujours étonné que personne ne se rappelle que Canseliet s'efforce d'écrire à la manière de ses prédécesseurs. Il prend pourtant d'en avertir le lecteur au début de son Alchimie
expliquée.


Je voulais juste partager une pensée, comme ça, en passant.




p { margin-bottom: 0.21cm; }


ARCHER 14/12/2010 16:00



Fabien je pense qu'ici nous sommes d'accord (et je dirais même que je pense ici que nous sommes d'accord).


Ebloui est bien, s'agissant de la séparation de la lumière et des ténèbres, quant à la sidération, elle est (non moins) topique.



Sylvie 21/04/2009 01:56

Bonsoir ARCHER,"les vingt-sept lettres de l'alphabet..." Oui et aussi, page 27:MATTHIEU 13.57"Un prophète n'est méprisé que dans sa patrie et dans sa maison."

ARCHER 21/04/2009 21:31


Bonsoir Sylvie,

Voici vraiment un commentaire des plus intuitifs, totalement en relation avec le moment actuel, puisqu'au beau pays des lumières certain(e) tenant ou tenante de l'obscurantisme ambiant s'essaie
bien maladroitement ces jours-ci à effacer de la "toile" telle référence au Présence de Fulcanelli comme un des ouvrages de référence sur l'Adepte.

Evidemment en pure perte, et sans doute ce geste ne lui portera pas chance: Il y a une justice.

Mais venons en à votre remarque proprement dite. Oui, page 27 du livre de Jean Artero, il est effectivement écrit:

"C'est un fait, sans doute encore méconnu dans la patrie même de Fulcanelli, que les travaux sur cet auteur n'ont pas débuté en France: "Nul n'est prophète en son pays."

Pour Saint Mathieu, commenté par Eugène Canseliet, Jésus dit en fait qu'un prophète n'est sans honneur que dans son pays et dans sa famille.

L'étude en anglais de Rayner Johnson a été publiée dès 1980 et dès 1986 l'Espagnol Martinez Otero a à son tour fait paraître la sienne. Le premier ouvrage sur "le volcan du soleil" de Geneviève
Dubois ne paraîtra en France qu'en 1992."

J'ai retrouvé une phrase de Canseliet qui justifie possiblement cette glose d'Artero, dans la première préface du Mystère des Cathédrales:

"Nul n'est prophète en son pays. Ce vieil adage donne peut-être la raison occulte du bouleversement que provoque dans la vie studieuse et solitaire du philosophe l'étincelle de la Révélation."

Curieusement ni l'Index Fulcanelli ni l'Index Canseliet ne m'ont paru y faire référence. Quant à Mathieu 13.57, permettez-moi de vous en livrer une version étrangère, en accord avec ce qui précède
et au cas particulier anglo-saxonne:

"But Jesus said to them: "Only in his home town and in his own house is a prophet without honour.

And he did not do many miracles there because of their lack of faith."


Sylvie 15/04/2009 21:53

Bonsoir ARCHER,Je tiens à signaler que le "marque-page" des éditions, qui porte la couverture de l'ouvrage, a le Nombre 27.http://www.lemuseedumarquepage.fr/Editions/Arqa1.htmAmitié

ARCHER 17/04/2009 21:09


Chère Sylvie,

Merci de ton commentaire. Evidemement notre collectionneur du moment serait sans doute bien inspiré de s'adresser aux éditions Arqa et de commander l'édition originale du Présence de Fulcanelli de
Jean Artero avant qu'elle ne soit épuisée.

Ceci étant dit, je ne peux que rebondir puisque tu m'y invites sur ce chiffre de vingt-sept. Deux et sept, bon sang, mais c'est bien sûr, mais cela fait neuf.

Alors au gui l'an (deux mille) neuf!

Un peu plus loin, naturellement, nous trouvons les vingt-sept lettres de l'alphabet...nature humaine, selon certains, et dans le même temps nature divine, lumière incréée.


Denise 08/07/2008 10:14

Bonjour, Archer !Vous avez tout à fait raison de distinguer l'oeuvre de l'ouvrage !Mais les livres de FULCANELLI ne sont ils pas aussi des oeuvres !Dans le sens compagnonique du  moyen age   !N'étaient -ils pas de oeuvriers ceux qui travaillérent de leurs mains à édifier les cathédrales !Trés bonne journéeCordialementDenise

ARCHER 09/07/2008 21:36


Bonjour Denise.

Je dirais pour ma part de Fulcanelli qu'il est moins un compagnon qu'un maître d'oeuvre ou d'ouvrage.

Mais c'est vrai que la tradition compagnonique est comme vous le soulignez en prise directe sur la construction de certaines demeures philosophales, dont un certain nombre de cathédrales.

A ce sujet je vous renvoie, d'une part aux relations entre Canseliet et Vergez, ou Carny, d'autre part à l'influence que ce mouvement a pu avoir sur Champagne: Voyez sur ce dernier point mon
article sur la pendulette de Julien.

Enfin, je profite de l'occasion que vous m'offrez de recommander ici l'excellent site de Jean-Michel Mathonière sur les compagnons:

http://www.compagnonnage.info/

Bien à vous,