Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : JULIEN CHAMPAGNE
  • JULIEN CHAMPAGNE
  • : Site consacré à l'artiste français Julien Champagne (1877-1932), à sa vie et à ses oeuvres.
  • Contact

Profil

  • ARCHER
  • hermétiste
  • hermétiste


...consacré à l'artiste français Julien Champagne (1877-1932), à sa vie et à ses oeuvres.


Peintre et dessinateur, Julien Champagne est surtout connu de nos jours pour avoir illustré les ouvrages de Fulcanelli, un mystérieux alchimiste contemporain.

Et pourtant, il figure au Bénézit, la "Bible" internationale des créateurs. Et suivant son ami Eugène Canseliet, il fut bien un maître du pinceau et du crayon.

C'est à la découverte de cet artiste méconnu, mais profondément attachant, que je voudrais vous inviter. Je voudrais aussi vous demander de ne pas hésiter à enrichir mes articles de vos propres commentaires et de vos découvertes personnelles.

Bon voyage donc au pays légendaire de Julien Champagne.

Recherche

18 février 2006 6 18 /02 /février /2006 16:13



Voici sans doute la partie de l'oeuvre de Julien Champagne qui à ce jour a fait couler le plus d'encre; c'est paradoxal, mais c'est ainsi.

Il s'agit du dernier dessin de l'artiste à la fin du Mystère des Cathédrales de Fulcanelli. Pour
Robert Ambelain, toujours en 1962 dans Les Cahiers de La Tour Saint-Jacques, il est clair que
ce cul-de-lampe montre que "Champagne a signé, lui-même, son premier ouvrage, le Mystère
des Cathédrales."

Il estime que ces armes sont presque parlantes: "de gueules, au champagne d'or, à un hippocampe d'argent, posé en pal et brochant...".

Et il ajoute: "Sous l'écu, la banderole ou listel héraldique porte la devise du signataire: "Uber Campa Agna", qui doit se lire, affirme-t-il, Hubert Champagne.

Canseliet dans sa réponse conteste bien sûr, arguant qu'"il est inexact que Champagne recût
ce troisème prénom, correspondant cabalistique du latin uber."

Et bien, pour une fois, il se peut qu'il n'ait pas entièrement raison, si l'on en croit l'avis de décès de Jean-Julien, reproduit par Dubois et Ségaud. Et on comprend mal sur ce point la rétractation ultérieure d'Ambelain.

Mais il est vrai aussi que l'acte de naissance de Champagne, connu de mêmes sources, ne mentionne que le prénom Jean-Julien.

Donc tout n'est pas limpide, mais rappelons-nous que de même que le "prénom d'artiste" de
Champagne était Julien, son prénom d'usage dans sa famille était bien Hubert.

Ambelain quoiqu'il en soit maintient dans l'ensemble son interprétation, et conclut triomphalement:
"On pourrait soutenir que l'écu "de gueules au  champagne d'or" qui clôt le premier livre de Fulcanelli, avec sa devise  "Uber Campa Agna", n'ont pas de rapport avec l'auteur, mais simplement avec l'illustrateur...Il n'en est rien. Celui-là a voulu montrer qu'il s'identifiait avec le second. Car l'anagramme de Fulcanelli donne "l'écu final."

Je ne suis pas convaincu par cette conclusion; d'abord, cette interprétation...n'est qu'une interprétation. Ensuite, je note que l'anagramme n'est pas parfaite; comme dirait Grasset d'Orcet, une L manque. Ou plutôt : Ce que je vois c'est que manque une L.

Enfin, ce blason a fait l'objet d'interprétations divergentes: Dans son Fulcanelli, une identité révélée
(Claire Vigne, 1996) Frédéric Courjeaud termine sa propre investigation en identifiant, sur la même
base, Camille Flammarion.

Et finalement, sur son excellent site partiellement consacré à l'alchimie (http://hdelboy.club.fr/index.html), Hervé Delboy reproduit le blason ci-dessous et pointe du doigt Pierre de Lesseps, en citant à ce propos l'opinion de l'hermétiste Serge Hutin, auteur, notamment, d'un célèbre petit volume de la collection Que Sais-Je?, des PUF, sur l'alchimie.

Opinion que rapporte également, toujours d'après Serge Hutin, Patrick Rivière, autre hermétiste, dans son Fulcanelli, qui suis-je?, paru en 2004 chez Pardès:

"Le symbolique cheval marin était à l'honneur chez les Lesseps." Et il précise que sans doute il servait, avenue Montaigne, d'"écusson d'agrément."




Ces armes parlantes pourraient-elles être celles des Frères Chevaliers d'Héliopolis? On n'a peut-être pas assez remarqué à ce jour, quoiqu'il en soit, que la tradition que je suis tenté de dire être celle de l'écu final a été reprise, à commencer par le disciple de Fulcanelli et ami de Julien Champagne, Eugène Canseliet.


C'est ainsi qu'à la fin de son volume Alchimie, études diverses (Pauvert, 1964 et 1978), Canseliet a fait apposer son propre blason ésotérique.

Et afin que nul n'ignore que ce sont ses propres armes qui sont ainsi représentées, il les a fait accompagner de sa devise hermétique personnelle, en forme de jeu de mots cabalistique:

"Quand Sel y est."

Quant à la table des hors-texte qui suit immédiatement, elle nous précise qu'il sagit là du "blason du Grand OEuvre par voie sèche."


Adepte de la même voie, et lui-même disciple d'Eugène Canseliet, Jean Laplace a, lui,  fait représenter ses armes d'élection à la fin de son article non signé intitulé Aperçu vitriolique et paru en 1988 dans le numéro 31 de la revue La tourbe des philosophes.

http://maxjulienchampagne.over-blog.it/article-32327479.html


"L'or y vit."

ARCHER

Partager cet article

Repost 0
Published by ARCHER - dans archer
commenter cet article

commentaires

richard khaitzine 30/07/2013 20:55


Bonsoir Ami,


Je suis en train de mettre la dernière main au tome 3 de la langue des OIseaux et, naturellement, comme à chaque fois qu'il s'agit d'avoir des précisions relatives à Champagne, je me rends sur
ton site. Cela m'évite non seulement de perdre du temps mais également d'avoir à me "farcir" les âneries qui se colportent depuis des dizaines d'années. En l'occurrence, je souhaitais vérifier
sur la photo de Champagne au labo dédicacée à Dujols comportait une date. Ce n'est pas le cas.Si Champagne fut effectivement l'élève de Dujols, ce ne put être qu'après 1906 puisque que dans
sa lettre de 1906 à Raymond Roussel, Dujols ne semble pas être un familier du peintre. Cela n'emporte pas que la photo du labo n'ait pas été très antérieure à la dédicace. En relisant ton blog,
et en reprenant connaissance des déclarations de Canseliet, je n'ai pu que m'étonner de sa volonté manifeste d'assimiler ce labo à celui des de Lesseps alors qu'il savait que c'était faux. Je ne
sais si je te l'avais signalé en une autre occasion, mais le lieu est aisément reconnaissable grâce à la cheminée noire et blanche et au poêle. Ces deux éléments sont identiques sur 2 des 3
clichés montrant Alphonse, Pierre, Hyppolyte Dousson dit le Docteur Jobert... qui travailla aux USA pour... Ferdinand de Lesseps. Il s'agit de l'appartement de Jobert et Canseliet ayant cité le
je Sais tout du 15.9. 1905 ne pouvait ignorer la photo montrant son intérieur....

ARCHER 31/07/2013 19:27



Cher Richard,


Merci de ces remarques. Elles sont d'autant plus éclairantes qu'en 1906 Champagne connaissait déjà Fulcanelli.


De plus son ex-libris "hermeticis" est de cette année-là. Nous attendons avec intérêt le tome troisième de la Langue des Oiseaux.


Amitiés,



Artgauth 19/12/2010 21:44



La connaissance de certains mots sanscrits par le milieu hermétique du début du 20ème siècle ne serait pas étonnante si l'on considère que le sanscrit était étudié et employé par la Société
Théosophique, et que les biographes de René Guénon lui-même prétendent qu'il a étudié le sanskrit avec Sylvain Lévy, au Collège de France (a vérifier).



ARCHER 16/12/2010 18:58



Gauthier Pierozak, webmestre de l'excellent site Travaux d'ésotérisme: http://www.regnabit.com/artgauth/


nous signale qu'en sanscrit hippocampe peut s'écrire et se prononcer "kamp-anâ."


 



ec 14/07/2006 16:00

sur l'anagramme de fulcanelli il est plus interessant d'y lire:
le cul final,
le cul ayant le sens de cul de lampe final.
Le cul désigne aussi le fond de certains objets, ce qu'il faut chercher au fin fond.

ARCHER 16/07/2006 20:44

En dépit des apparences, cher ec (ou chère ec: quelles initiales!), votre commentaire est des plus intéressants.Les apparences, je veux dire le caractère tardif, la brièveté, un côté witkowskien...Mais vous expliquez fort bien que l'anagramme pourrait en fait être parfait (le cul final=fulcanelli).En tout cas, l'argument est solide, ce motif pouvant sans doute être qualifié de cul-de-lampe.Et puis, il y a le fond des choses, par vous évoqué, qui est passionnant, et sur lequel des précisions seraient les bienvenues.

cosy ray 18/02/2006 20:57

êtes-vous sûr des couleurs de l'écu final alchimicalement

ARCHER 18/02/2006 21:23

Cosy ray, il y a un axiome bien connu en alchimie: ne vous en rapportez pas trop à la couleur.Il est particuièrement vrai en matière de blason, si on "creuse" l'histoire du sinople. Je ne veux pas cependant me dérober à votre question.Je ne peux oublier cet épisode quasi onirique qui me porte à avoir vu "l'écu final" surun exemplaire de l'édition originale du Mystère, mais colorié en vert. Je ne me fonderai certes pas sur le blason colorié du bas de mon post, qui sort tout droit du site de H.Delboy, comme indiqué.Ainsi que vous le savez, les blasons noir et blanc ont un code de couleurs. C'est donc l'écu final du haut qui importe.Je reviens donc à l'étude dudit par Canseliet, dans la revue Atlantis N°283 (pardon, je ne l'ai pas sous la main, je cite d'après Courjeaud et Rivière):" Sur champ de gueules, cette céréale (un épi de blé) surmontant l'hippocampe, tous deux d'or et issant au champagne de même."Dans La tourbe des philosophes N°28, Jean Laplace interprète cette céréale de la façon suivante: "Sans être encore adoubé ni avoir eu l'éperon scellé, l'artiste a cependant reçu son blason rouge d'où son cri or j'ai; car il se pourrait bien que la céréale en question soit un épi d'orge."Et vous, qu'en savez vous, qu'en pensez vous? Bien herméticalement,A.