Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : JULIEN CHAMPAGNE
  • JULIEN CHAMPAGNE
  • : Site consacré à l'artiste français Julien Champagne (1877-1932), à sa vie et à ses oeuvres.
  • Contact

Profil

  • ARCHER
  • hermétiste
  • hermétiste


...consacré à l'artiste français Julien Champagne (1877-1932), à sa vie et à ses oeuvres.


Peintre et dessinateur, Julien Champagne est surtout connu de nos jours pour avoir illustré les ouvrages de Fulcanelli, un mystérieux alchimiste contemporain.

Et pourtant, il figure au Bénézit, la "Bible" internationale des créateurs. Et suivant son ami Eugène Canseliet, il fut bien un maître du pinceau et du crayon.

C'est à la découverte de cet artiste méconnu, mais profondément attachant, que je voudrais vous inviter. Je voudrais aussi vous demander de ne pas hésiter à enrichir mes articles de vos propres commentaires et de vos découvertes personnelles.

Bon voyage donc au pays légendaire de Julien Champagne.

Recherche

2 mars 2008 7 02 /03 /mars /2008 19:38

undefined

Albert Poisson (1868-1894) est un de ces alchimistes mal connus du grand public, comme d'autres décédé prématurément, et dont pourtant l'oeuvre reste considérable.

Non seulement il me semble avoir marqué l'alchimie française et européenne du XIXème siècle, mais son influence me paraît devoir encore perdurer de nos jours:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Albert_Poisson

undefined
Dans son ouvrage sur Fulcanelli, Geneviève Dubois en fait un familier parmi d'autres du cordonnier-concierge parisien Rémi Pierret, voire son disciple

Pour elle il fut un intime de Stanislas de Guaïta. Très tôt passionné d'alchimie, il gagnait sa vie comme laborantin à la faculté de médecine de Paris. 

En 1889, il rejoint ainsi le groupe indépendant d'études ésotériques de Papus et consorts, Papus qui venait de créer la revue L'Initiation, dont est extraite la photo ci-dessus, et revue qui rendit à Poisson en 1894 un hommage appuyé.

Notons également que Victor-Emile Michelet le rangera au nombre de ses Compagnons de la Hiérophanie (Dorbon, 1937 et Bélisane, 1977), confrérie sans doute informelle dont les initiales rappellent fort celles de l'assemblée des frères Chevaliers d'Héliopolis.

Dès 1890, Albert Poisson publie chez Chacornac ses Cinq traités d'alchimie, sur lesquels nous allons revenir.

undefined
L'année suivante, toujours chez Chacornac, il fait paraître le livre qui reste sans doute sa contribution majeure à l'alchimie, et qu'après Canseliet on peut de nos jours encore conseiller à tout étudiant ès-hermétisme: Théories et symboles des alchimistes.

Ce livre a d'ailleurs fait l'objet de nombreuses rééditions, tant en France qu'à l'étranger (par exemple en Italie).

Enfin paraît son oeuvre la plus célèbre, consacrée à Nicolas Flamel, dont il prend la défense en tant qu'alchimiste, et qui sera citée favorablement, quoique avec réserves, aussi bien par Fulcanelli que par Eugène Canseliet, disciple de ce dernier.


undefined
D'après Dubois, il serait décédé prématurément d'une tuberculose contractée à l'armée. Pour d'autres, il se serait tout bonnement épuisé à la tâche:

http://www.alchymie.net/alchimistes/albert_poisson.htm

En tout cas, Geneviève Dubois nous livre une information utile dans le cadre de cet article: "Il légua sa bibliothèque à Papus et à Marc Haven."

Canseliet précise d'ailleurs dans son édition du Mutus Liber que Marc Haven (Emmanuel Lalande) tenait son exemplaire de ce livre d'Albert Poisson.

Notons également le fait que Jollivet-Castelot le considérait visiblement comme un maître, ce qui n'est pas rien, et qu'il affirme qu'il fut un ami de Paul Sédir, relation évidente de Julien Champagne. Eugène Canseliet pour sa part décerne à Albert Poisson un qualificatif finalement assez rare sous sa plume: Pour lui, Poisson est tout simplement "admirable."

undefined
Poisson et Champagne se connurent-ils? La réponse me semble incertaine, et dans l'état actuel des choses il peut paraître raisonnable de conclure à l'improbabilité.

La vraie vérité est sans doute dans cette sacrée  "dive bouteille" chère à Rabelais, que cerne le triangle mercure-sel-soufre, au centre même de la pierre cubique.

Elle figure sur bien des ouvrages de Poisson, et a d'ailleurs justement attiré l'attention de l'hermétiste écossais Adam McLean, qui l'a agréablement colorisée:

http://www.alchemywebsite.com/images/amcl256.jpg


undefined
Dubois nous explique également que Poisson, sous le pseudonyme de Philophotes, que je suis tenté de traduire par "l'ami de la lumière", rédigea plusieurs articles pour la revue Le Voile d'Isis.

C'est en tout cas celle de L'Initiation qui fit en 1900 paraître d'Albert un émouvant échange de correspondances avec un alchimiste anonyme de Saint-Dizier, laquelle apparemment ne fut interrompue que par la mort de Poisson. J'ai lu qu'on y trouve mentionnée une "Société Hermétique" que Poisson aurait brièvement animée de mars 1893 à son décès, intervenu la même année.

Mais Champagne dans tout ça, allez-vous me rétorquer? Et bien mais nous y voici, grâce à Vérax.


undefined
Grâce à Vérax, à qui je dois la plupart des clichés ci-dessous, il devient évident que Julien Champagne posséda et lut, dans leurs éditions originales, certains des ouvrages de Poisson.

Ce fut le cas du Flamel, qu'il n'aurait pas annoté, mais aussi des Cinq traités, dont son exemplaire porte diverses mentions manuscrites et imprimées, comme ce premier ex-libris.

Il est analogue à celui décrit par Dubois, à la couleur près, verte chez elle, ici violette.

undefined
Une explication possible de cette différence, raison triviale quoique ne pouvant être exclue, tiendrait ici à la qualité du tempon encreur.

Notons également qu'à ce stade Champagne se considère lui-même plus comme spagyriste que comme alchimiste, et que par conséquent sa première lecture de ce Poisson là a pu être passablement précoce.

Nous sommes ici vraisemblablement avant 1900, et Julien n'a sans doute pas encore rencontré Fulcanelli.

undefined
Ce livre a-t-il été lu et relu par Julien? Ou a-t-il eu tout bonnement plusieurs détenteurs? Ou les deux?

En tout cas le commentaire joint, porté à l'encre rouge, me rappelle fortement l'écriture de Champagne. Il est d'orientation nettement bibliographique:

"Le même traité théorique, avec les mêmes tournures de style et la même division en chapitres, est traduit sous le titre: Le Miroir d'Alquimie de Jean de Mehun, Philosophe très excellent, Paris, Claude Sevestre, rue St Jacques,1613.

Auquel de ces auteurs en revient la paternité?"

undefined
Un peu plus avant, "Hubert" insiste:

"Reproduction quasi textuelle de La quintessence des métaux de Jean de Mehun (Meung) en son Miroir d'alchimie."

Mais cette fois, il ajoute une notation sur le fond: "Il est à remarquer que dans ces deux ouvrages d'auteurs différents il n'est pas fait mention de mercure."

undefined
Après avoir relevé le fait que par bonheur certains textes de Poisson sont désormais disponibles en ligne, dont celui des Cinq traités:

http://www.viamenta.com/textesesoteriques/cinqtraitesalchimie.htm

remarquons qu'en réalité, et ceci a déjà été relevé par d'autres, les cinq traités en question en comportent bien un sixième, et non des moindres, puisqu'il s'agit ni plus ni moins que de la Table d'émeraude d'Hermès, patron des alchimistes.

undefined
Mais, illusion ou pas, non seulement l'encre utilisée pour le commentaire est cette fois différente, mais l'écriture pourrait bien l'être aussi, et incline à considérer que ce livre a eu au moins deux, voire trois lecteurs:

Il est d'abord écrit, à l'encre noire: "Figure symbolique des Douze clefs de Philosophie de Basile Valentin." Puis, comme au crayon et peut-être d'un autre scripteur, cette remarque importante: "Inversée."

undefined
Quoiqu'il en soit, Jean-Julien Champagne tenait tellement à ce volume qu'il l'a fait précéder d'un autre de ses ex-libris, cette fois bien plus solennel, et dont je vous laisse apprécier le détail de la symbolique:

"Ex libris hermeticis".

Ce motif n'est d'ailleurs pas sans nous rappeler celui du frontispice du Mystère des cathédrales de Fulcanelli, frontispice qui, souvenons-nous en, fut dès 1912 publié par Chacornac.


undefined
Et pour couronner le tout, jouxtant le motif précédent, le même chef-d'oeuvre d'Albert Poisson permet à son heureux propriétaire actuel de contempler un cliché jusqu'alors inédit d'un Julien Champagne à la fleur de son âge.

Sans doute sommes-nous ici quelque part entre 1895 et 1905, au moment même où Champagne s'apprête à rencontrer Fulcanelli.

Merci Vérax, et merci aussi à Philophotes...

undefined

apsignure.champagne

 

...ou Albert Poisson, à qui il me semble juste de laisser finalement la parole:

"Voici en peu de mots ce que c'est que l'Alchimie: "C'est, dit Pernety, l'art de travailler avec la nature sur les corps pour les perfectionner."

Le but principal de cette science est la préparation d'un composé: la Pierre philosophale, ayant la propriété de transmuer les métaux fondus en or ou en argent. 

La matière première de la Pierre philosophale est le Mercure des philosophes. On lui donne la propriété de transmuer en lui faisant subir diverses opérations, pendant lesquelles il change trois fois de couleur.

De noir il devient blanc, puis rouge. Blanc, il constitue l'Elixir blanc ou petite Pierre, qui change les métaux en argent. 

Rouge, il constitue la médecine ou Elixir rouge ou grande Pierre, qui change les métaux en or."

 


Philophotes
pcc ARCHER

Partager cet article

Repost 0
Published by ARCHER - dans archer
commenter cet article

commentaires

la fève du jardin de Diane 24/02/2011 20:17



Cher Archer,

Pourriez-vous nous apporter plus de précisions sur le laboratoire dans lequel nous voyons Julien Champagne ?
Cette photo m’intrigue car il s’agit visiblement du même laboratoire que celui présenté ici (même table, même cornue avec son chauffe-ballon (cf. frontispice du MC et ex-libris de JJC), même tuyau sur le fourneau, même absence de trace d’usure ou d’utilisation ;
labo qui parait toujours aussi bien impropre à un travail régulier, comme le remarque l’auteur du site. Quel Tohu-bohu ! Il  y a en revanche tout ce qu’il fallait au parfait chimiste et on
s’en sortirait encore très bien aujourd’hui avec tout ce matériel qui représente une petite fortune.

Cette photo est peut-être connue des passionnés, mais comme je vous l’ai expliqué ailleurs, j’ai ignoré pendant quelques années les enquêtes sensationnelles sur le sujet.

Bref, s’agit-il d’une mise en scène, si s’en est une, et où ? Dans le laboratoire de qui ? Ou fourni par qui ? « Un » de Lesseps ? On dirait d’avantage un magasin ou une réserve de
matériel, non ? Il est vrai qu’en alchimie il faut savoir prendre son temps, mais vraiment, je ne trouve pas ce laboratoire fonctionnel !


Fabien.



it 25/02/2011 18:20



Merci, Carl Lavoie et Artghaut. Fabien, sur le labo de Champagne, voyez également cet autre article:


http://www.archerjulienchampagne.com/article-1915348.html


Quand on compare les photos d'Albert Poisson et de Julien, on peut leur trouver une certaine similitude, par exemple dans la tenue de nos alchimistes, qui de toute
évidence on pris la pose, comme cela se faisait à l'époque.


Pour Champagne, je suppose qu'on pourrait effectivement se trouver ici à ses débuts au laboratoire fourni par les Lesseps, donc autour de 1907. Cela expliquerait en particulier l'état de son
labo.






Artgauth 10/01/2011 03:52



Quel article remarquable, cher Archer. Ces photos de Champagne, en pleine santé, sont absolument extraordinaires...


J'en reste bouche bée...



Carl Lavoie 13/05/2010 02:26



.


Je veux dire qu’en effet, le traité de ‘Roger Bacon’ ne liste seulement que
six métaux ; la seule mention du mercure est celle du principe (d’où les italiques au message précédent).


Et relever que la traduction d’A. Poisson a l’avantage sur la version
anglaise de traduire correctement Stanuum par ‘étain’ (et non par ‘acier’). Les trois liens postés (j’ai oublié les interlignes) permettent de
comparer les extraits dans les versions de Poisson (1890), et du Theatrum de Zetzner, 1659, vol.II, page 378.


Je reposte le lien du texte anglais (voir la page 3).


http://books.google.ca/books?id=iEiNkj1yuy8C&printsec=frontcover&dq=bacon+roger+mirror&cd=5#v=onepage&q&f=false


 



Carl Lavoie 12/05/2010 21:51



.


Bonjour,


a) N'y a-t-il pas une mention, sur le portrait de Champagne, du studio qui prit cette photographie (au verso)?


b) Je n'arrive pas très bien à distinguer l'arrière-plan sur l'ex-libris en médaillon de Champagne. Une scène rustique, au soleil couchant, avec une rivière? Un paysage à la Splendor
Solis?...


c) Champagne note (dans la marge) l'absence du mercure dans la liste des métaux. Il y est, en principe. Le Soufre et le Mercure ("Argent-vive", dans le texte anglais) y sont détaillés
pour chacun selon leur fixité, leur couleur, leur siccité, etc.


Ce qui est surprenant, c'est que la 'traduction' anglaise ait préconisé le terme 'Steel' (Acier) pour le Stannum (étain). Poisson a donc été cette fois, plus fidèle que la version
anglaise de 1597.


http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k813209.image.f66.pagination.langFR



http://books.google.ca/books?id=iEiNkj1yuy8C&printsec=frontcover&dq=mirror+bacon&hl=fr&ei=kQDrS-jDE4X7lwfl5rScBA&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=1&ved=0CDcQ6AEwAA#v=onepage&q=steel&f=false


http://books.google.com/books?hl=fr&id=yy4PAAAAQAAJ&q=speculum#v=onepage&q=Stanni&f=false


.



ARCHER 13/05/2010 00:06



Bonsoir ou bonjour.


Pour le portrait de Champagne, je ne sais pas, je vais m'informer et ce portrait était jusqu'alors considéré comme perdu par une partie au moins de sa famille. Votre appel est lancé, quoiqu'il en
soit.


Sur l'ex-libris, vous avez raison. Je joins un cliché encore meilleur:


http://ddata.over-blog.com/0/23/43/31/EXLIBRISJC1908.jpg


J'ai un peu de mal avec votre interrogation sur le mercure: Peut-être suffit-il de distinguer entre le mercure principe et le métal mercure.



Marc Antoine Salat 11/02/2009 12:40

Je découvre seulement aujourd'hui cette "nouvelle" photo de J.J. Champagne.Mais s'est-on avisé que le laboratoire dans lequel il est photographié est le même que celui dans lequel fut également photographié ...Alphonse Jobert! On reconnait parfaitement le coude du tuyau de l'athanor ainsi que la cheminée au manteau noir qui se trouve derrière.Vous allez tout de même développer cette info dans votre blog, non?

14/02/2009 18:08


Marc Antoine Salat, merci de votre intervention. Si vous pensez à cette image d'Alphonse Jobert dans son laboratoire:

http://accel21.mettre-put-idata.over-blog.com/0/30/38/90/img102.jpg

je reconnais tout à fait avec vous qu'elle présente des similitudes certaines avec celle du laboratoire de Julien Champagne, ce qui à ma connaissance n'a pas encore été relevé de façon aussi
précise:

http://www.archerjulienchampagne.com/article-1915348.html

Le rapprochement que vous faites est donc des plus intéressants et s'il est possible d'aller au-delà, ce dont je ne suis pas encore totalement persuadé, je ne manquerai pas de revenir sur ce point
dans mon blog.

Je reste par conséquent à votre écoute, notamment pour le cas où vous disposeriez d'autres clichés, ou d'arguments complémentaires permettant de conclure à l'identité entre les labos de Jobert et
Campagne.