Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : JULIEN CHAMPAGNE
  • : Site consacré à l'artiste français Julien Champagne (1877-1932), à sa vie et à ses oeuvres.
  • Contact

Profil

  • ARCHER
  • hermétiste
  • hermétiste


...consacré à l'artiste français Julien Champagne (1877-1932), à sa vie et à ses oeuvres.


Peintre et dessinateur, Julien Champagne est surtout connu de nos jours pour avoir illustré les ouvrages de Fulcanelli, un mystérieux alchimiste contemporain.

Et pourtant, il figure au Bénézit, la "Bible" internationale des créateurs. Et suivant son ami Eugène Canseliet, il fut bien un maître du pinceau et du crayon.

C'est à la découverte de cet artiste méconnu, mais profondément attachant, que je voudrais vous inviter. Je voudrais aussi vous demander de ne pas hésiter à enrichir mes articles de vos propres commentaires et de vos découvertes personnelles.

Bon voyage donc au pays légendaire de Julien Champagne.

Recherche

13 août 2006 7 13 /08 /août /2006 19:27

pl-12.champagne


La planche XII de l'édition originale du Mystère des Cathédrales de Fulcanelli, illustré par Julien Champagne, est de nouveau consacrée à deux médaillons du porche central de la cathédrale Notre Dame de Paris.

Dans l'édition Pauvert, les dessins d'"Hubert" ont été remplacés par deux clichés séparés, qui portent respectivement les numéros XX et XXI.

Les intitulés de photos et dessins restent quant à eux identiques dans les deux versions du livre; le bas-relief de gauche étant celui de La Connaissance des Poids, celui de droite est dans les deux cas dénommé La Reine terrasse le Mercure, Servus Fugitivus.

Notons en passant que là encore les dénominations moralisantes de cathéchistes en mal d'enseignement exotérique restent sans doute plus simples, mais ne laissent pas de laisser songeur.

Pour un spectateur non averti, en effet, je veux bien admettre que le terme de "dureté" puisse presque instinctivement s'appliquer au médaillon de droite; mais pour voir dans son pendant de gauche une représentation de la "luxure", il faut comme dit l'autre se lever tôt.

luxure.champagne


Hervé Delboy y est parvenu, et j'en profite pour resignaler son site, excellent à tous points de vue et qui constitue pour le chercheur une mine quasi inépuisable:

http://hdelboy.club.fr/gobineau.html

S'agissant de ce premier bas-relief, le commentaire de Fulcanelli est le suivant: "Voici maintenant l'allégorie du poids de nature: l'alchimiste retire le voile qui enveloppait la balance."

Vous admettrez que cette explication semble s'imposer avec plus d'évidence que la précédente. Comme quoi le dit alchimiste n'est pas forcément le doux rêveur que l'on a parfois pu dépeindre.

Hélas, les choses se compliquent aussitôt, car les secrets des poids sont parmi les mieux gardés de la science alchimique.

"Le mercure philosophique, précise cependant Fulcanelli, résulte de l'absorption d'une certaine partie de soufre par une quantité déterminée de mercure; il est donc indispensable de connaître exactement les proportions réciproques des composants."

J'ai dit les secrets des poids, car il y a le poids de nature et les poids de l'art, nettement distingués les uns des autres par Fulcanelli dans ses Demeures Philosophales, au chapitre consacré à
la cathédrale de Nantes (Les gardes du corps de François II).

Pour en rester au poids de nature, Fulcanelli y estime qu'il se réfère aux proportions relatives des composants d'un corps donné:

"S'il est question de valeurs quantitatives au sein d'une combinaison synthétique et radicale, - comme celle du soufre et du mercure principe unis dans le mercure philosophique, - c'est le poids de nature qui est alors considéré...

Le poids de nature est toujours ignoré, même des plus grands maîtres. C'est là un mystère qui relève de Dieu seul et dont l'intelligence demeure inacessible à l'homme.

L'OEuvre débute et s'achève par les poids de l'art...Mais, entre ces extrémités, l'artiste n'a point à se servir de la balance, le poids de nature intervenant seul..."

Autrement dit, le poids de nature est essentiellement variable, et est soumis, ajoute Fulcanelli, aux qualités, naturelles ou acquises, de l'agent comme du sujet initial. Le voile représenté sur ce médaillon ne pourra donc être ôté que par la pratique et par l'opérateur lui-même.

 

durete.champagne

Une fois n'est pas coutume, Fulcanelli semble établir un lien entre les deux médaillons présentés ici. Malheureusement, aux secrets des poids succèdent immédiatement ceux des mercures. Voici la description par notre auteur du second bas-relief:

"Une reine, assise sur un trône, renverse d'un coup de pied le valet qui, une coupe à la main, vient lui offrir ses services." Là encore, la scène représentée paraît scrupuleusement évoquée.

Mais voilà, le courroux de la reine est justifié par le fait que son valet de pied lui présente un breuvage qui n'est pas celui qu'elle souhaite. Notons que le supérieur va terrasser l'inférieur.

Il y a plusieurs mercures, et le mercure initial, celui des philosophes, n'est sans doute pas le mercure commun.

"Le disciple, développe Fulcanelli au chapitre Le grimoire du chateau de Dampierre des Demeures, représente le premier mercure, de qualité froide et passive, que certains dénomment fidèle et loyal serviteur, et d'autres, eu égard à sa volatilité, servus fugitivus, l'esclave fugitif."

Le maître, ou la reine, est le soufre actif du métal dissous, estime-t-il. Et le valet ou mercure de la dissolution, me direz-vous?

Revenons au Mystère:

"Le servus fugitivus dont nous avons besoin est une eau minérale et métallique, solide, cassante, ayant l'aspect d'une pierre et de liquéfaction très aisée.

C'est cette eau coagulée sous forme de masse pierreuse qui est l'Alkaest et le Dissolvant universel."

Et grâce au Forum de la Librairie du Merveilleux, et tout spécialement à Ibrahim:

http://forum.aceboard.net/50340-2498-11107-1-CHAMPAGNE.htm#vb

admirons ensemble pour terminer le vitrail correspondant à ce motif du servus fugitivus:

 

servusib.champagne

 

http://maxjulienchampagne.over-blog.it/article-julien-champagne-et-le-servus-fugitivus-121287358.html

 

ARCHER

Partager cet article

Repost0
12 août 2006 6 12 /08 /août /2006 14:38

dina.champagne

Si j'avais à résumer le post qui va suivre, je le ferais de la manière suivante: il est très probable que Julien Champagne ait connu Assan Farid Dina (1871-1928), explorateur, astronome et alchimiste, célèbre après la première guerre mondiale, et actuellement presque tombé dans l'oubli.

Il l'a connu selon moi avant-guerre, à la librairie Chacornac, où il a pu également rencontrer Fulcanelli, comme bien d'autres passionnés d'ésotérisme.

Ce post est donc une sorte de suite à mes précédents "digests" liés aux Chacornac: Champagne au pays Chacornac, 3 juin 2006, Champagne en 1912, 17 juillet 2006, et D'Henri Chacornac à Champagne, 26 juillet 2006.

Comme Dina fut aussi un mari de Mary Wallace Shillito (1876-1938), au moins indirectement liée à Gaston Sauvage et directement à Alexandre Rouhier, on pourra utilement se reporter également à mes articulets consacrés au Grand Lunaire, groupe occultiste fréquenté par Julien Champagne (Champagne et Jules Boucher, 13 février 2006, Champagne au Grand Lunaire, 25 juin 2006, Champagne: sur les traces de Gaston Sauvage, 8 juillet 2006).


astre.champagne

Finalement, les faits sont simples: Mary et Assan se sont connus à la librairie Chacornac, et il me paraît évident qu'ils aient été des relations de Paul Chacornac, qui pourrait bien les avoir présentés l'un à l'autre, suivant les moeurs du temps.

Ils se sont épousés en 1913. Je rappelle que le fameux catalogue bibliographique Chacornac au frontispice de Champagne est, lui, de 1912. Je reviendrai tout à l'heure sur Wallace Shillito, faisons d'abord (pardon mesdames) un petit tour en Dina.

Petit-fils d'un maharadjah de Lahore, fils d'ingénieur, natif de l'île Maurice, alors comme l'Inde colonie britannique, il commence sa vie en parcourant le monde, des Afriques à la Chine. C'est en rentrant de Chine qu'il revient séjourner à Paris, et se marie.

Dans un des très rares ouvrages qui lui soit consacrés : Assan F. Dina ou le sphinx des Avenières, Pascal Haüsermann ( Yva Peyret, Suisse, 1994) se montre très vague sur la formation professionnelle de son héros, la qualifiant simplement de "solide".

Solide, elle devait l'être puisque dès 1916 Dina publie son premier ouvrage, La Science philosophique, peut-être sous le pseudonyme d'AMA, puis en 1917, sous le nom de ADINA, L'astre-Dieu, que ne mentionne pas Haüsermann.

amascience.champagne

Il est probable qu'il ait été à ce moment et pour un temps proche de René Schwaller. En effet, il semble qu'il ait collaboré avec lui pour une de ses plaquettes ésotériques, intitulée Nécessité.


Erik Sablé dans son livre sur Schwaller (Dervy, 2003) écrit que cette brochure fut signée Ahor Mahmut Alliah (AMA). Aor deviendra plus tard le nomen mysticum de Schwaller.

afdinadestin--e.champagne

Dina rédige parallèlement, dès 1917, un troisième livre, La Destinée, La mort et ses hypothèses, qui ne paraîtra qu'en 1927.


assan.champagne

Si on ouvre L'astre-Dieu, éloquemment sous-titré La chair tangible de l'infini, on se trouve face à une pensée complexe, celle d'un "astronome spiritualiste".

Passionné d'assyriologie, Dina n'a pas oublié ses origines hindoues, et manifestement chez lui astronomie et astrologie ne sont pas contradictoires.

Deux citations, simplement, pour s'en convaincre, au ton d'ailleurs assez fulcanellien ou, si vous préférez, malgré l'anachronisme, teilhardien:

"Il est maintenant démontré que le Soleil n'est pas seulement notre noyau, mais que son être est constitué par tout son Univers avec les planètes, et tous les espaces contenus en lui...

Ainsi que nous le voyons, le Soleil, âme immense, nous contient en ses flancs comme une goutte de rosée dans le calice d'une fleur. Par lui toutes les vies existent et sont agissantes; par sa il nous soutient dans l'Infini "comme une rangée de perles", dit la Bhagavad Gita."

Et l'esprit de l'alchimie, qu'il mentionne à plusieurs reprises, n'est pas loin non plus de  cet extrait:

"Il ne faut pas désespérer de rencontrer un jour un Pygmalion pour animer cette matière. Car la vie est, comme toute chose, un mystère de notre ignorance, et sa création n'est pas un privilège réservé à Dieu; ni un sacrilège, ainsi qu'on se complaît à nous en effrayer avec l'image du géant Prométhée.

Ce qui nous manque encore, c'est la formule pour faire l'oeuvre du Créateur."

Sur Dina, je vous engage à visiter à l'occasion l'excellent site La rue de l'alchimie:

http://hermetism.free.fr/Avenieres/avenieres%2084.htm

 

4276.champagne


Venons-en maintenant à Mary. Après avoir battifolé en sapphique compagnie, ainsi que sa soeur Violette, prématurément décédée, cette héritière d'une riche famille américaine de Cincinnati, descendant peut-être d'Oliver Cromwell, choisit visiblement de "faire une fin" en épousant Dina.

Notons tout de même, messieurs, que si cette compagnie était sapphique, elle n'en était pas moins charmante et distinguée, puisque dans l'entourage des deux soeurs, nous trouvons notamment au début des années 1900 la poétesse Renée Vivien, ainsi que l'inévitable Nathalie Clifford Barney.

Quand on lit Haüsermann, on est tout de même frappé par la complexité des relations entre le mari et la femme.

Ayant hérité à Cruseilles, près d'Annecy, en Haute Savoie d'un chateau, Les Avenières, Mary s'y installe avec Assan, mais lui vit presque en permanence dans son cabinet, se consacrant à ses chères études, et elle continue à vivre entourée de dames, de la région ou de passage, bien entendu en tout bien, tout honneur.

Parmi les amies de Mary, je crois qu'il faut citer Marcelle Sénard, bien connue dans les milieux astrologiques pour son étude du Zodiaque (1948, réédité en 2004).

 

MS.champagne

 

MSzodiaque.champagne

 

N'exagérons pas tout de même, le couple est bien implanté dans la région, son train de vie fait qu'il rayonne naturellement, Madame a ses oeuvres, Monsieur...

Et bien Monsieur ne fait pas que passer à la loupe ses tablettes assyriennes, il s'active aussi à l'extérieur de son cabinet, de deux façons.

D'abord, il projette d'installer dans la région un télescope géant, qu'il financerait. Pour en reconnaître l'emplacement, il sillonne les airs avec son bi-plan Farman, et puis, parce qu'il est sérieux, il réussit à intéresser à son projet les autorités nationales. Après tout, il ne s'agit ni plus ni moins que de construire le plus grand téléscope mondial.

ingenieur-dina.champagne

Le général Gustave Ferrié (1868-1932), pionnier de la télégraphie sans fil, qui était originaire de la région, est en relation suivie avec Dina. Le projet connaît un retentissement mondial (Time Magazine, 10 décembre 1923).

Finalement, le montage capotera, mais partiellement seulement. En fait, il sera reporté et déplacé, et Dina reste à l'origine de l'installation de l'observatoire...de Haute Provence:

http://www.obs-hp.fr/www/preprints/pp156/pp156.pdf

Et puis, et peut-être surtout, en accord avec Mary - car ces deux là ont bien trouvé un accord - Assan transforme Les Avenières.


h.champagne

Je ne suis pas encore allé dans ce chateau, aujourd'hui reconverti en hotel restaurant de luxe, mais je le ferai sûrement à la première occasion, car si j'ai bien lu, Dina en a fait une sorte de demeure philosophale.

On pourrait croire qu'il n'a fait qu'en transformer l'intérieur, mais non, le parc lui-même, un peu comme à Dampierre sur Boutonne, a été aménagé pour traduire les préoccupations hermétiques des occupants de cette maison.

Pour Haüsermann, par exemple, les prés, devant l'ancienne ferme, sont agrandis pour qu'ils forment, vus depuis Cruseilles, un papillon dont la tête est le château. Des bouquets d'arbres sont plantés pour former la tache des ailes...

Même le jardin à la française a été construit de manière à permettre des manifestations particulières aux solstices.

Mais il  semble bien que le coeur battant des Avenières se situe dans ses murs, dans l'oratoire ou chapelle, achevé en 1917, et qui n'est pas d'une certaine façon sans rappeler celui de l'hotel Lallemant de Bourges.

Dina a signé cette oeuvre: A. Dina, et l'a fait sous cette maxime que ne renieraient pas bien des alchimistes: "L'Univers est un Oeuf - L'Oeuf est un Univers."

 

g.champagne

Pour Haüsermann, cette chapelle est un grand livre ouvert de la connaissance traditionnelle. J'ajouterai qu'à mon avis le syncrétisme de Dina y est manifeste.

Rama y cotoie Hermès...Je reconnais humblement que mes compétences limitées en matière d'hindouisme me conduisent naturellement à m'intéresser surtout à la vision d'Hermès de Dina.

Contrairement à la représentation unique de Rama, celle d'Hermès se prolonge d'ailleurs au travers des vingt-deux arcanes majeurs du Tarot, représentés sur les murs de la nef, dont voici quelques
échantillons:

http://www.chateau-des-avenieres.com/uk/histoire.htm

Naturellement Dina a marqué son Tarot de quelques particularités; par exemple il a orné l'oreille de la sagesse de la carte de l'Amoureux d'une boucle en forme de rose-croix...

Voyez aussi la lame de l'Etoile, arcane 17, cher à André Breton: "Dieu termina au 7ème jour tout l'ouvrage qu'il avait fait." Et observez certains détails comme cet oiseau sur un arbre perché, il a sûrement beaucoup à nous dire, certes dans sa langue.

A propos de message, voici un autre ouvrage, celui là spécialement consacré à la chapelle, que je vous signale à toutes fins utiles:

http://alain.bocher.free.fr/message.jpg

Il est du tarologue et peintre contemporain Alain Bocher.

 

chateau-de-avenieres.champagne


La fin de l'histoire des Dina, car hélas toute histoire a une fin, mais cette fin lui permet aussi de se transformer en une autre histoire, est comme il se doit des plus étranges.

En 1928, Assan et Mary reviennent de Ceylan où est enterrée la mère de Dina. Ils fêtent leurs quinze ans de mariage sur le paquebot, à quelques heures de Suez...Dina décède dans des conditions mystérieuses, semble-t-il. Il sera enterré au Caire.

Rentrée seule en France, Wallace Shillito se lie avec le philosophe René Guénon, rencontré en 1929 à ...c'est cela, vous avez deviné. Paul Chacornac traite d'ailleurs de cet épisode dans son livre La vie simple de René Guénon.

Et voilà que Mary et René partent ensemble pour l'Egypte en 1930. René Guénon y restera, vivant et converti à un certain islam, disons ésotérique, pour ne pas dire soufi.

Mary se remariera dès 1930  avec le musicien belge Ernest Britt, qui semble avoir sérieusement écorné sa fortune. Les Avenières sont vendues en 1936, un divorce intervient en 1937, elle meurt à Genève en 1938, apparemment dans un accident.

 

cygne.champagne

D'après Marie-France James, dans son livre Esoterisme et christianisme autour de René Guénon (NEL, 1981), Mary et René s'étaient entendus dès 1929 sur la création de la librairie Véga, qui serait chargée de publier le corpus guénonien.

Britt, le nouveau mari de Shillito, était comme il va de soi hostile aux idées de Guénon. C'est ainsi que "madame Britt" dut céder la librairie à son directeur commercial, le docteur Antoine Rouhier. Nous connaissons la suite.

Dans le même ouvrage, James appelle l'Egypte "la terre du Sphinx". Curieux destin tout de même que celui de Mary, qui dut laisser en terre d'Egypte et Assan, et René.

Notons aussi comme notre liste égyptienne s'allonge: Schemit, Schwaller...pour ne pas réévoquer bien sûr le sphinx du Mystère des Cathédrales de Fulcanelli, illustré par Julien Champagne.

Dina est appelé par Haüsermann le sphinx des Avenières. A part lui, y en a-t-il d'autres? Il y en a au moins un, reproduit dans son essai.

Assan était un zoroastrien convaincu, et il n'ignorait pas que les adeptes de ce culte étaient aussi des disciples du feu. Sur ce sphinx là, on retrouve une maxime proche de celle qui clôt le
premier livre de Fulcanelli: pouvoir.

 

sperandum.champagne

Maxime proche, donc,  de l'"oser" du Mystère. Devise volontariste qui d'une certaine façon est équilibrée par, trouve son pendant dans le Sperandum Est qu'on peut également admirer dans le
même chateau.

Signe d'attente, si l'on veut, mais alors d'attente active, et avec un peu de chance, cygne d'espérance. La mort n'est qu'une étape vers une autre vie.


http://maxjulienchampagne.over-blog.it/article-sphinx-de-champagne-121287289.html
sphinxaveni-res.champagne

ARCHER

Partager cet article

Repost0
11 août 2006 5 11 /08 /août /2006 11:51

p52c.champagne

Voici maintenant, extraits de l'édition italienne du livre de Geneviève Dubois, Fulcanelli dévoilé, deux dessins de Julien Champagne.

Celui de droite est signé, et porte la date du 31 mai 1898. Si on suit Dubois, Champagne était alors étudiant à l'Ecole des Beaux Arts de Paris, sous la houlette de Léon  Gérome, Ecole dont
il sortit en 1900  ( voir à ce sujet mes posts du 1er février 2006: Champagne et Léon Gérome et du 19 février 2006:  les condisciples de Julien Champagne) ou pour Walter Grosse en
1901.

Nous avons donc affaire ici quoiqu'il en soit à un autre modèle de Julien Champagne, qui fut probablement une jeune femme de son entourage de l'époque, qu'il fût artistique ou familial, voire
personnel.

Pour ma part je trouve ce portrait d'une inconnue plus qu'émouvant, il est d'une sobriété presque classique et en même temps, il nous permet de nous remémorer toute une époque, que l'on dit 
belle: 1898, mais c'est une année où Renoir  a son bras droit paralysé par l'arthrose,  et continuera pourtant à peindre, où Degas reconnu comme un maître par Pissaro peint danseuses et nus...

dessin1.champagne

Nous sommes en pleine affaire Dreyfus, et en pleine affaire Fachoda, Lewis Carroll, Stéphane Mallarmé et Pierre Puvis de Chavannes, Gustave Moreau, Charles Garnier nous quittent, Herbert George
Wells publie La guerre des mondes, Pierre et Marie Curie découvrent polonium et radium,
Louis Renault construit une nouvelle boite de vitesses, Eugène Ducretet fait une démonstration de transmission sans fil (TSF) entre la tour Eiffel et le Panthéon de Paris...

Malheureusement dans son ouvrage pourtant si riche en informations de toutes sortes, Dubois ne donne aucun autre détail sur ces dessins, qu'il s'agisse de leur provenance ou du modèle de Julien
Champagne.

Nous restons donc à leur sujet un peu sur notre faim, qui est grande d'en savoir plus. Comme je crois l'avoir déjà indiqué, Geneviève précise cependant aussi, ce qui ne peut qu'accroître notre
frustration:

"De cette période reste un excellent tableau représentant l'évêque de Bordeaux". Mais elle n'en dit pas plus,  et ne reproduit pas non plus le tableau en question, que Walter Grosse croit
pouvoir être un portrait de l'évèque gnostique Léonce Eugène Joseph Fabre des Essarts, dit Tau Synésius:

http://www.fulgrosse.com/article-4753485.html

A la décharge de Dubois, le sujet de son livre étant Fulcanelli, et les dessins ou le tableau épiscopal  n'ayant en principe rien à voir ni avec cet alchimiste, ni avec l'alchimie, cet
auteur a pu légitimement considérer que ces oeuvres de Champagne ne présentaient qu'un intérêt anecdotique.

Tel n'est certainement pas notre point de vue, et en attendant d'en savoir et donc de pouvoir en dire davantage, je concluerai en remarquant que décidémment Julien Champagne, en tant qu'artiste,
ne fut pas "que" l'illustrateur des oeuvres de Fulcanelli.

dessin2.champagne

http://maxjulienchampagne.over-blog.it/article-disegni-di-julien-champagne-121286633.html

 

jcdessinscadre.champagne

ARCHER

Partager cet article

Repost0
10 août 2006 4 10 /08 /août /2006 13:34

stgeorges.champagne

Depuis mon post du 17 juillet 2006: Champagne en 1912, il ne fait guère de doute dans mon esprit que Julien Champagne et Paul Sédir aient fréquenté ensemble la librairie Chacornac, et qu'ils s'y soient connus.

Je reproduis à nouveau ci-dessus le dessin qui jouxte le frontispice du Mystère des Cathédrales de Fulcanelli, dans la bibliographie Chacornac parue deux ans après la réalisation de ce "symbole alchimique de J. Champagne".

Lui aussi pourrait être de Julien en théorie, mais finalement j'en doute (voir Julien Champagne et Saint Marcel, 27 avril 2006). Voici en tout cas son intitulé, peu lisible sur mon cliché:

"Le portail droit de Notre-Dame Symbole alchimique sculpté dans la pierre ( Ancien lieu de rendez-vous des Alchimistes des siècles passés)."

A propos d'illustrations, je noterai également que la "bibliographie alphabétique et critique" de 1912 diffère sensiblement des autres catalogues Chacornac que je connais. Elle est bien plus richement illustrée.

Dans les années 1900, ces catalogues sont ornés de quelques dessins, généralement signés OW ( Oswald Wirth, à mon avis). Ceux des années 1930 en sont totalement dépourvus. Il semble donc que nous ayons affaire à un document particulier, et rare.

Pour en revenir à cette bibliographie introduite par Papus, elle est préfacée et fait l'objet de notices explicatives de Sédir; autant dire qu'il en est l'auteur principal, sinon unique. Le dernier portrait de lui ici présenté est d'ailleurs de 1912.

 

sed2-gf.champagne


Nous avons déjà rencontré Paul Sédir en évoquant Lucien Chamuel (Champagne et l'archange,  25 mai 2006).

Compte tenu de sa tonitruante entrée en occultisme, à dix-neuf ans, il n'est pas étonnant qu'Yvon Le Loup (1871-1926) se soit octroyé ou se soit vu attribuer un nom de plume rappelant "l'homme de désir" de Louis-Claude de Saint-Martin dans son Crocodile.

Sa vie professionnelle semble avoir été particulièrement terne, à l'inverse; employé à la Banque de France à compter de 1892, il y resta jusqu'à la fin de son existence.

L'année précédente, il avait commencé à écrire pour L'Initiation ses premiers articles, signés de son pseudonyme.

Outre Chamuel et Papus, comme déjà dit, il fut un proche de Stanislas de Guaïta et sa rencontre ultérieure avec Maître Philippe incita celui qu'on appelait "le théosophe d'Amboise" à évoluer vers un mysticisme qui le conduisit à fonder en 1920 son propre mouvement, les Amitiés Spirituelles, toujours actif aux dernières nouvelles.

Ne quittons pas l'homme Le Loup sans mentionner sa dévotion pour sa femme Alice, épousée en 1889 et décédée en 1909, que Maître Philippe guérit d'un mal apparemment incurable en 1905, avec sur cette âme sensible ô combien un effet que chacun peut imaginer, du moins je l'espère.

Un peu d'humanité dans ce monde de brutes, cela fait du bien; il est vrai que j'ai vu sur une de ses photos, que je ne donne pas cette fois, que Sédir a fumé la pipe; c'est une de mes maximes préférées, savez-vous, "un homme qui fume la pipe ne peut pas être totalement mauvais".

Plus pessimiste que moi peut-être, Paul aurait écrit: "Il est très rare qu'on veuille délibérément être mauvais, mais il est très fréquent qu'on ne veuille pas être meilleur."

 

photo279.champagne

Mais l'oeuvre, me direz-vous? Elle est abondante et diverse, et je partage personnellement l'idée de ceux qui trouvent que l'essentiel s'en trouve peut-être dans les études de Sédir sur le rosicrucianisme.

Gnostique, membre de l'Hermetic Brotherhood of Luxor, il appartint également à l'ordre kabbalistique de la Rose-Croix de Guaïta.

Je citerai donc en premier lieu son Histoire des Rose-Croix (Librairie du XXe siècle, 1910), suivie d'une Histoire et doctrine des Rose-Croix, (Bibliothèque des Amitiés Spirituelles, 1932), devenue plus tard Les Rose-Croix (Amitiés Spirituelles, 1953, 1964...).

Ces ouvrages ne sont pas trop difficiles à trouver soit en librairie, soit en ligne, en français comme dans d'autres langues:

http://pros.orange.fr/jean-paul.barriere/divers2/lesrose.htm
http://www.moup.org/Files/Sedir-History_and_Doctrine_of_the_Rose-Croix.pdf

On y trouvera en particulier de précieuses indications sur l'esprit du rosicrucianisme et celui de...l'alchimie, qui nous rapprochent bien sûr de Julien Champagne.

 

clipboard01sedir.champagne

Parmi les autres ouvrages d'Yvon Le Loup,  citons son étude sur Jacob Boehme (Chamuel, 1897), Boehme dont il traduira le De Signatura Rerum (Chacornac, 1908) et dont il préfacera De l'Election de la Grâce (Chacornac, 1928).

Ce qui nous conduit tout naturellement à évoquer d'autres préfaces et traductions de ses inspirateurs, traduction de la Theosophia Practica de Johann Georg Gichtel (Chamuel, 1898), préfaces à l'Histoire philosophique du genre humain, d'Antoine  Fabre d'Olivet (Chacornac, 1910) et bien entendu aux Nombres de Saint-Martin (Chacornac, 1913).

Sédir relatera également sous forme de fiction sa rencontre avec Maître Philippe, dans le volume Initiations qui en 1924 en était déjà à sa troisième édition aux Amitiés Spirituelles.

Enfin, comment ne pas revenir un instant sur le mystique que fut Le Loup, un mystique que je serai tenté de qualifier de christique, le meilleur livre de lui à conseiller sur ce plan étant peut-être Les guérisons du Christ, toujours disponible actuellement.

Toute bibliographie étant partielle et partiale, en voici une autre de Sédir, dont je me suis d'ailleurs inspiré:

http://www.livres-mystiques.com/partietextes/Besson/Biobesson/biblio.htm

 

8f-1-sbl.champagne


De la guérison à la médecine, universelle ou non, il n'y a qu'un pas, si l'on veut être optimiste, pas que je vais maintenant et allègrement franchir avec vous.

Parmi les ouvrages traduits par Sédir, figure dès 1897 le livre de Saturnus (Theodor Krauss), Iatrochimie et Electro-Homéopathie (Chacornac).

Voulez-vous une oeuvre de Le Loup en personne? Voici La Médecine occulte, revue de toutes les thérapeutiques, alchimique, magnétique, astrale, religieuse, théurgique, La Maison d'Art (1900), puis Beaudelot, 1910.

Et puis, parce qu'il nous faut maintenant y arriver, en 1896 déjà, Sédir avait préfacé L'Hylozoïsme, L'Alchimie, Les Chimistes unitaires (Chamuel), d'un certain Jollivet-Castelot.

François Jollivet-Castelot (1868-1937), qui dès 1897 publiera chez Chamuel Comment on devient alchimiste, qui la même année fondera avec Jean Delassus et Edouard d'Hooghe la Société Alchimique de France...

Coïncidence, engouement passager d'un touche-à-tout, d'un curieux perpétuel? Pas du tout.

 

sedir.champagne


Le martiniste Jollivet-Castelot, en qui certains, à tort sans doute, ont cru reconnaître Fulcanelli, a aussi fondé plusieurs revues: L'Hyperchimie (et les éditions du même nom), mais aussi Rose-Croix...

Dans son livre Fulcanelli dévoilé, Geneviève Dubois situe en 1896 la fondation de L'Hyperchimie, "revue mensuelle d'alchimie, d'hermétisme et de médecine spagyrique". Elle ajoute que cette revue parut une dizaine d'années.

Le directeur en était Jollivet, et le rédacteur en chef...Paul Sédir. Dans son livre, Les religions inconnues (NRF, 1928), E.Gascoin nous le confirme si besoin était:

"L'alchimiste, écrivait Sédir, rédacteur en chef de l'Hyperchimie, est guidé par la loi des analogies, c'est-à-dire, suivant l'opération qu'il entreprend, par la méthode de correspondance, par celle des signatures..."

 

hyperchimie.champagne



Jollivet-Castelot comme Sédir, Phaneg, auteur d'un traité d'alchimie, Papus...ont tous,enfin, fréquenté les cours de l'Ecole Hermétique, ex Groupe Indépendant d'Etudes Esotériques, nous rappelle également Dubois.

Dans un article sur Paul Sédir, "ésotériste chrétien", publié en 1948 dans le numéro IX de la revue Initiation & Science, Robert Caborgne, secrétaire de l'association pour la rénovation de l'occultisme traditionnel (AROT), affirme:

"C'est à Paris que Paul Sédir eut son laboratoire alchimique. Là se retrouvaient Albert Poisson, Abel Haatan, Marc Haven et le docteur Bourcart, ancien élève de Polytechnique qui, sous le pseudonyme de Jacob, écrivit l'Esquisse hermétique du grand Tout universel, suivie de l'étude analytique d'un athanor alchimique."

gruppohaven.champagne

 

Finalement, quand on regarde un cliché comme celui de ce groupe d'amis, on peut se demander qui ne s'y est pas occupé d'alchimie. Le Maître Philippe, peut-être. Je ne connaissais pas Rosabis, dont le "nom de guerre" me semblait cependant suffisamment parlant, jusqu'à ce que je lise sous la plume de Marie-Sophie André et Christophe Beaufils (Papus, biographie, Berg, 1995) qu'il s'agit en fait d'un ingénieur dénommé Pierre Bardy.

 

Marc Haven (Emmanuel Lalande), gendre de Philippe, a produit une thèse de médecine sur Arnaud de Villeneuve et préfacé comme Pierre Dujols le Mutus Liber, livre muet de l'alchimie.

Pour en savoir encore un peu plus sur Sédir, voici sa biographie, je devrais dire son éloge par Emile Besson, des Amitiés Spirituelles, en 1971:

http://www.livres-mystiques.com/partietextes/Besson/Biobesson/biosedir.html

Il y a eu aussi dès 1926 un numéro spécial Paul Sédir, du Voile d'Isis, revue à laquelle il avait également prêté sa plume.

En 1971, les Amitiés Spirituelles ont publié un Sédir, l'homme et l'oeuvre. Et pour conclure, comment ne pas vous signaler à propos d'Yvon l'excellent site de Roland Soyer:

http://www.livres-mystiques.com/homepage/presenta.html

Cliquez sur Sédir...et sachez que Roland Soyer est aussi l'auteur d'un article que je trouve particulièrement attachant, où il relate ses années de formation:

http://www.livres-mystiques.com/Temoignage/formation/formatio.html

Son premier maître? Eugène Canseliet.

http://maxjulienchampagne.over-blog.it/article-champagne-et-l-homme-de-desir-120342334.html

 

Roland Soyer.champagne 

 

dedicacesedir.champagne

amicorum.champagne

ARCHER

Partager cet article

Repost0
8 août 2006 2 08 /08 /août /2006 11:11

cavalierd-sar-onn-honnecourt.champagne

La planche XI de l'édition originale du Mystère des Cathédrales de Fulcanelli, illustré par Julien Champagne, comporte deux motifs en médaillon, figurant tous deux au porche central de Notre-Dame
de Paris.

Celui de gauche s'intitule La Cohobation, et celui de droite Origine et Résultat de la Pierre. Dans l'édition Pauvert du même ouvrage, les clichés correspondants, sans doute dûs à Pierre Jahan, portent respectivement les numéros XVIII et XIX.

Que nous en dit Fulcanelli dans son livre?


pl-11.champagne

"Auprès du contrefort qui sépare le porche central du portail nord, le premier motif nous présente un cavalier désarçonné se cramponnant à la crinière d'un cheval fougueux.

Cette allégorie a trait à l'extraction des parties fixes, centrales et pures, par les volatiles ou éthérées dans la Dissolution philosophique. C'est proprement la rectification de l'esprit obtenu et la cohobation de cet esprit sur la matière grave.

Le coursier, symbole de rapidité et de légèreté, marque la substance spirituelle; son cavalier indique la pondérabilité du corps métallique grossier. A chaque cohobation, le cheval jette bas son cavalier, le volatil quitte le fixe; mais l'écuyer reprend aussitôt ses droits, et cela tant que l'animal exténué, vaincu et soumis, consente à porter ce fardeau obstiné et ne puisse plus s'en dégager.

L'absorption du fixe par le volatil s'effectue lentement et avec peine. Pour y réussir, il faut employer beaucoup de patience et de persévérance et réitérer souvent l'affusion de l'eau sur la terre, de l'esprit sur le corps.

Et c'est seulement par cette technique, - longue et fastidieuse, en vérité, - que l'on parvient à extraire le sel occulte du Lion rouge avec le secours de l'esprit du Lion vert..."

Fulcanelli revient un peu plus avant dans son texte sur le même motif, pour souligner qu'en dépit des outrages du temps et des déprédations de toutes sortes dont elle a été victime, Notre-Dame conserve en elle-même le coloris orginal des figures de son grand porche.

"Guillaume de Paris, dont nous devons bénir la perspicacité, sut prévoir le préjudice considérable que le temps porterait à son oeuvre.

En maître avisé, il fit reproduire minutieusement les motifs des médaillons sur les vitraux de la rose centrale. Le verre vient ainsi compléter la pierre et, grâce au secours de la matière fragile, l'ésotérisme reconquiert sa pureté primitive.

On découvrira là l'intelligence des points douteux de la pratique. Le vitrail, par exemple, dans l'allégorie de la Cohobation (premier médaillon), nous présente, non un vulgaire cavalier, mais un prince couronné d'or, à veste blanche et bas rouges."

Combien voudrions-nous pouvoir admirer ces vitraux avec vous, et, au moment où l'on constate les ravages sur nos verrières médiévales de la pollution industrielle, combien il nous faut souhaiter que les trésors de nos basiliques, parisiennes et autres, ne soient pas abandonnés à l'indifférence d'édiles surtout intéressés par leur notoriété immédiate, ni à celle d'un clergé ô combien séculier!

 

clipboard01.11.champagne

 

cohobation.champagne


"Au second médaillon, poursuit Fulcanelli, l'Initiateur nous présente d'une main un miroir, tandis que de l'autre il élève la corne d'Amalthée; à ses côtés se voit l'Arbre de Vie.

Le miroir symbolise le début de l'ouvrage, l'Arbre de Vie en marque la fin, et la corne d'abondance le résultat.

Alchimiquement, la matière première, celle que l'artiste doit élire pour commencer l'OEuvre, est dénommée Miroir de l'Art...

Ce sujet, si vulgaire et si méprisé, devient par la suite l'Arbre de Vie, Elixir ou Pierre philosophale, chef-d'oeuvre de la nature aidée par l'industrie humaine, le pur et riche joyau alchimique.

Synthèse métallique absolue, elle assure à l'heureux possesseur de ce trésor le triple apanage du savoir, de la fortune et de la santé.

C'est la corne d'abondance, source intarissable des félicités matérielles de notre monde terrestre..."

 

clipboard02.11.champagne

Dans ses Deux Logis Alchimiques (Schemit, 1945, Pauvert, 1979, et Bailly, 1998), Eugène Canseliet insistera à nouveau sur ce thème, à propos de la sirène noire et enceinte, peinte au plafond de la salle des gardes du château du Plessis-Bourré, dans le Maine-et-Loire:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2teau_du_Plessis-Bourr%C3%A9

"Je suis noire mais belle - Nigra sum sed formosa - déclare, au premier chapitre du Cantique des Cantiques, la Grande Dame, qui est épouse excellement, tandis qu'au château du Plessis-Bourré, elle contemple son obscure beauté dans le miroir de l'art qui est issu d'elle-même.

Au-dessous de l'objet pesant, une corne d'abondance paraît en souligner la réfléchissante vertu..."


sirene.champagne

Oui, réfléchir, méditer, et puis voir, contempler la Merveille. En bas près des porches, comme en haut, sur les rosaces et même parmi les gargouilles de la galerie haute. La Grande Dame, Notre-Dame continue d'y veiller sur son, sur ses alchimistes.

 

vdalchemista.champagne
http://maxjulienchampagne.over-blog.it/article-cohobation-de-julien-champagne-120342281.html
cattiauxviergenoire.champagne

ARCHER

Partager cet article

Repost0
7 août 2006 1 07 /08 /août /2006 13:45





C'est à Axel Brücker que revient le mérite d'avoir, dans son Fulcanelli et le mystère de la croix d'Hendaye (Séguier, 2005), attiré l'attention sur Pierre Jahan et son oeuvre.

Personnellement, je ne considère pas que ce photographe de renom ait dépossédé Julien Champagne de l'illustration des livres de Fulcanelli, à partir des éditions Pauvert, mais plutôt qu'il en a prolongé le travail.

En attendant, peut-être, une prochaine publication de ces livres, qui rende à nouveau justice au talent d'Hubert...

Mais la photographie, comme la peinture, ou le dessin, entre autres, est elle aussi un art et ce désormais depuis plusieurs siècles.

Avec Pierre Jahan (1909-2003), nous nous trouvons donc en bonne compagnie. "Véritable alchimiste de la photo, nous dit Brücker, il développait et "tirait" lui-même ses photos en noir & blanc, dans son atelier ou même dans son appartement, dans lequel il avait installé un laboratoire."

Dès 1929, il devint "photographe-illustrateur", ainsi qu'il se définit lui-même, travaillant pour des revues de prestige comme L'Illustration.

Dans les années 1930, il commence à exposer, avec Henri Cartier-Bresson, Man Ray...son inspiration étant encore très classique, comme en témoigne sa Vierge à l'enfant de 1938.



Dès 1940, cependant, il commence à produire des études de nu.



Pour Brücker, sa plus grande rencontre, son plus génial modèle et maître sera Jean Cocteau, dont il fera les plus beaux portraits, de même qu'il photographiera aussi Colette, ou Picasso.

En 1946, Cocteau co-signera avec lui La mort et les statues (Editions du Compas), dont est extrait le Centaure reproduit ici. Ce volume semble avoir été repris par Seghers en 1977.


En 1949, s'inspirant peut-être des livres de Fulcanelli, Jahan sortira avec Jean-François Noël le premier volume de ses Gisants (Paul Morihien, éditeur) , photographies en pleine ou double page des tombeaux les plus magnifiques comme celui de Blanche de Castille ou Catherine de Médicis. Les photos seront accompagnées de textes de Cocteau.



C'est probablement cet ouvrage des Gisants, consacré à vingt cinq reines et rois de France, et agrémenté de notices historiques de Philippe Erlanger,  qui donnera ensuite à Jean-Jacques Pauvert et Eugène Canseliet l'idée de demander à Pierre Jahan de photographier les monuments du Mystère des Cathédrales, et, plus tard, une partie de ceux des Demeures Philosophales.

En 1950, Pierre Jahan rejoint le Groupe des XV, aux côtés notamment de Robert Doisneau.

Toujours en 1950, ce digne successeur de Julien Champagne a publié aux éditions du Cerf des extraits illustrés du poème de Charles Péguy : Présentation de la Beauce à Notre-Dame de Chartres.

Toutefois, cet ouvrage pourrait être une reprise d'une édition antérieure, de 1940 ou du moins des années 1940.

Il existe peu de textes consacrés à Pierre Jahan et à son oeuvre; citons cependant le Des mains parlent de la collection Photogalerie, aux éditions Ides et Calendes, de Neuchâtel (Suisse), qui est paru en 2002, aux bons soins d'Alain Fleig:

http://www.idesetcalendes.eu/index.php?module=produit&prd_id=175

Et ne quittons pas l'ami Pierre sans mentionner l'intérêt de certains des collages photographiques d'un Jahan qui fut à certains égards, lui aussi, proche du surréalisme:

http://www.parisenimages.fr/hist-bio.php
http://www.articite.com/events-arts-visuels/nov05/44.htm

 

http://maxjulienchampagne.over-blog.it/article-de-champagne-a-pierre-jahan-120342180.html



Ah, oui, j'oubliais; dans les éditions Pauvert des Fulcanelli, "la plupart" des photographies sont de Pierre Jahan, mais les autres?

D'après Richard Caron, dans l'édition Bailly des Deux Logis Alchimiques d'Eugène Canseliet (1998), sur laquelle il nous faudra revenir, les autres clichés auraient été pris par un certain R.J. Ségalat.

R.J. comme Roger-Jean, sans doute, encore un Vaudois!



ARCHER

Partager cet article

Repost0
1 août 2006 2 01 /08 /août /2006 14:30

aquarelleJCcouleur.champagne



Parmi les oeuvres de jeunesse de Julien Champagne, à caractère non alchimique, répertoriées par Geneviève Dubois dans son livre Fulcanelli dévoilé, figurent trois aquarelles de 1895.

Dubois emploie d'ailleurs à leur propos une expression curieuse, écrivant "nous possédons trois aquarelles", ce qui peut prêter à interprétation.

Elle n'en reproduit qu'une, datée du 9 août 1895, intitulée Beauvoir-Rivière, soleil couchant, un paysage de...campagne que voici donc, soumis à notre sagacité, et pour l'instant hélas en noir et blanc.

La commune de Beauvoir-Rivière était, ceci ne devrait pas nous surprendre, une commune du département de la Somme.

Les recherches à son sujet sont de nos jours un peu compliquées par cet "était", justement. En 1974, un regroupement de communes l'a rapprochée de Wavans-sur-Authie, et la nouvelle municipalité, dite désormais Beauvoir-Wavans, a changé de nom.

Elle a de plus changé de département, et se trouve désormais sise dans le Pas-de-Calais. D'une façon que je trouve très symbolique, on y trouve donc "très logiquement" deux monuments aux morts, un face à l'école, l'autre en face de l'église!

Ainsi s'acharne-t-on à compliquer le devoir et le travail de mémoire dans la durée, au nom de considérations parfois bien provisoires.

riviere.champagne.jpg

Mais je ne voudrais pas terminer ce post sur une note aussi acerbe et en tout cas mélancolique, et puisque nous voici en pleine pause estivale, je vais souhaiter à tous ceux qui peuvent et veulent en profiter de bonnes vacances, - si possible au vert, - et aux autres, bonne continuation dans leur travail et leurs chères études.

Ce blog, figurez-vous, a six mois d'existence, et sans vouloir vous infliger un bilan en règle, je veux aussi remercier sans plus attendre ses quinze mille lecteurs à ce jour.

Merci de votre attention, de votre intérêt toujours soutenu et renouvelé, et aussi de vos contributions. On en est  à peu près à un commentaire pour deux posts actuellement, ce que je trouve tout à fait encourageant.

Sans oublier, chers Walter Grosse, CosyRay et Calendrier notamment, tous ceux et celles grâce à qui il s'est trouvé très concrètement et substantiellement enrichi. Merci pour Julien Champagne, et pour son OEuvre.

A tous et toutes, je dis donc à bientôt, pour un soleil levant.

 

http://maxjulienchampagne.over-blog.it/article-paysage-de-julien-champagne-120342144.html





ARCHER

Partager cet article

Repost0
31 juillet 2006 1 31 /07 /juillet /2006 13:25




Après Paul de Lesseps, qui a été un des employeurs de Julien Champagne (mes posts du 04 février et  du 23 juillet 2006), voici venu le tour de son frère Bertrand, qui lui aussi a eu recours aux services de l'artiste, à la fois comme dessinateur et comme alchimiste.

Comme on peut le voir sur ces clichés de 1910 ou environ, les frères de Lesseps agissaient fréquemment de conserve, ce qui d'ailleurs n'a rien que de très normal.

Mais du coup, il est parfois difficile de les distinguer, d'autant que l'air de famille est passé par là, et que la famille Lesseps a été - et est peut-être toujours - nombreuse.

Et puis il y a les activités conduites en famille, les goûts partagés, comme celui de l'aéronautique, la passion de l'alchimie.

Quel est par conséquent "l'aviateur de Lesseps" que l'on voit canoter de plaisante façon sur l'avenue Montaigne à Paris? Je vois sur cette carte postale trois messieurs bien mis, que leur haut de forme et leur moustache n'aident guère à distinguer l'un de l'autre.

Encore une fois, Paul, Jacques, Bertrand, ou...Tous trois ont fait partie des pionniers français de l'aéronautique.

D'où l'intérêt de la première photo, où grâce à la légende au moins le doute ne semble guère permis. Bertrand est à gauche de la dame, et Jacques à sa droite.

Vous avez dit dame? Et bien non, mesdames, je ne dirai rien ce jour ni de la comtesse du Bouays de la Bégassière, ni de la baronne Delagrange, appartenant toutes deux à des familles alliées aux Lesseps, et ce pour plusieurs raisons.

D'abord, la Sainte Juliette est passée, nous fêtons aujourd'hui Ignace de Loyola, un peu d'austérité me semble de mise.

Ensuite, ces deux dames jusqu'à preuve du contraire ne font pas partie de la "galaxie Champagne", c'est tout de même Bertrand le sujet de ce post!

Enfin, ma discrétion naturelle me l'interdit. Comment, vous vous asseyez sur ma discrétion? Ah je vois, ce sont les messieurs qui sont marris: tant pis pour eux.


Pour en revenir donc à Bertrand Marie, il est né en 1875 et décédé en 1917 ou 1918. 

1918, si l'on en croit ce certificat de décès, et il aurait été glorieusement "tué à l'ennemi":



undefined

En 1902, il épousa Marguerite Sara Faure (1877-1969), dont il eut un fils, René Bertrand Ferdinand (1905-1980).

Si Jacques est le plus connu des aviateurs Lesseps, Bertrand s'illustra également très tôt comme aviateur émérite, internationalement connu, et dès 1910, année décidément faste par certains côtés, volait en compagnie de l'"as" Walter Brookins:

http://www.earlyaviators.com/ebrookin.htm

En 1912, il effectue à bord d'une automobile à hélice le trajet Paris-Lyon:

http://www.helica.info/monographie.pdf

Comment à se propos ne pas se souvenir du traineau à hélice cher à Julien Champagne et Raymond Roussel (mon post du 14 février 2006)?

Selon Walter Grosse:

http://www.fulgrosse.com/

Bertrand de Lesseps s'attacha les services de Julien Champagne dès 1907, soit trois ans avant qu'il n'obtint son brevet civil de pilote de l'aéroclub de France, en même temps que son frère Jacques.

Vous savez déjà une partie de la suite ; Jacques, que fréquentèrent pourtant Fulcanelli et Eugène Canseliet, ne semble pas avoir été en aussi étroits rapports avec Julien Champagne que ses frères Paul et Bertrand.

Cela peut paraître étrange, mais c'est ainsi, du moins dans l'état de nos connaissances actuelles.

Dans Le Feu du Soleil (Pauvert, 1978), Eugène Canseliet précisera :

"Ferdinand de Lesseps avait trois fils. Je les ai connus tous les trois. L'aîné, Bertrand, a été tué, je crois bien, un jour avant l'armistice, le 10 novembre 1918. C'a été une immense perte pour Champagne."

Il est vrai que le même Canseliet, dans ses Deux Logis Alchimiques (Pauvert, 1979), présente Julien comme "le dessinateur de Bertrand de Lesseps et de Fulcanelli."

http://maxjulienchampagne.over-blog.it/article-champagne-et-bertrand-de-lesseps-120342122.html



ARCHER

Partager cet article

Repost0
30 juillet 2006 7 30 /07 /juillet /2006 21:17


Nous voici de retour en Arles, après notre post du 20 mai 2006: Arlésienne de Champagne, puisque nous pouvons, en ce soir de la sainte Juliette, admirer avec vous un cliché, cette fois pris à l'endroit, de la reproduction par Julien Champagne du tombeau de Constantin, dessin qui devait figurer parmi ceux du troisième ouvrage de Fulcanelli, intitulé Finis Gloriae Mundi et non paru à ce jour.

Relisons, à propos de ce livre "mythique", l'extrait correspondant de l'inventaire des documents du dossier consulté en 1982 à Savignies par feu Jean Laplace, à qui je cède bien respectueusement la parole:

"Une page répertoriée D à l'encre violette, écrite de la main de Fulcanelli et titrée Le Labarum de Constantin."

Alors même qu'il l'a fait graver sur sa tombe, je ne crois pas qu'Eugène Canseliet se soit jamais exprimé sur le sigle I.H.S., qui peut alternativement signifier Jésus sauveur de l'humanité ou Par ce signe (tu vaincras).

Fulcanelli, après l'avoir mentionné dans Le Mystère des Cathédrales, y est revenu dans Les Demeures Philosophales, à propos de Sainte Véronique (mon post du 04 février 2006: Sainte Véronique et Champagne).

"Tel est le sens de l'inscription latine In hoc signo vinces, "tu vaincras par ce signe", placée sous le chrisme du labarum de Constantin...

Le signe de la croix, monogramme du Christ dont l'X de Saint André et la clef de Saint Pierre sont deux répliques d'égale valeur ésotérique, est donc bien cette marque capable d'assurer la victoire par l'identification certaine de l'unique substance exclusivement affectée au labeur philosophal."

Je ne doute pas, personnellement, que cette substance soit féminine. Et puisque nous avons récemment évoqué le Mars de Roméo, comment ne pas noter, sur ce dessin et sur ce cliché du tombeau impérial, la présence centrale, chères Juliettes, et bien sûr vous surtout, Juliette chère, du signe de Vénus?

Ce signe, vous savez également, n'est-ce pas, qu'il est bien évidemment aussi celui du bouleversement de la terre.

Fulcanelli, dans les Demeures Philosophales, reviendra sur les rapports tumultueux entre Mars et Vénus au chapitre Le grimoire du chateau de Dampierre, à propos du troisième caisson de la première série de la galerie haute:

"Quatre fleurs épanouies et dressées sur leurs tiges sont en contact avec le tranchant d'un sabre nu. Ce petit motif a pour devise:

.NVTRI.ETIAM.RESPONSA.FERVNTVR.
Développe aussi les oracles annoncés...

Ces oracles, au nombre de quatre, correspondent aux quatre fleurs ou couleurs qui se manifestent pendant l'évolution du Rebis...Ces phases, diversement colorées, portent le nom de Régimes ou de Règnes...

A chaque régime les philosophes ont attribué l'une des divinités supérieures de l'Olympe...Au règne de Mercure (Hermès, base, fondement), premier stade de l'OEuvre, succède celui de Saturne (Chronos, le vieillard, le fou); Jupiter gouverne ensuite (Zeus, union, mariage), puis Diane (Artémis, entier, complet), ou la Lune, dont la robe étincelante est tantôt tissée de cheveux blancs, tantôt faite de cristaux de neige;

Vénus, vouée au vert (Aphrodite, beauté, grâce), hérite alors du trône, mais Mars la chasse bientôt (Arès, adapté, fixé), et ce prince belliqueux, aux vêtements teints de sang coagulé, est lui-même renversé par Apollon (le triomphateur), le Soleil du Magistère, empereur vêtu de brillance écarlate, lequel établit définitivement sa souveraineté et sa puissance sur les ruines de ses prédécesseurs."

Et l'Adepte dévolu au XXème siècle de préciser, à mon avis mezza voce:

"Quelques auteurs, assimilant les phases colorées de la coction aux sept jours de la création, ont désigné le labeur entier par l'expression Hebdomas hebdomadum, la Semaine des semaines, ou simplement la Grande Semaine, par ce que l'alchimiste doit suivre au plus près, dans sa réalisation microcosmique, toutes les circonstances qui accompagnèrent le Grand OEuvre du Créateur."


ARCHER

Partager cet article

Repost0
29 juillet 2006 6 29 /07 /juillet /2006 21:49


Julien Champagne a notamment été l'illustrateur des livres de Fulcanelli; notamment, nous l'avons vu et le verrons, mais pas uniquement.

Eugène Canseliet en fut le rédacteur, puis le "propagateur", j'allais écrire, entre guillemets bien sûr, le propagandiste; je crois même qu'il est le véritable ou du moins un véritable apôtre de la science hermétique.

Une question que je voudrais poser à ce stade est la suivante: Y a-t-il eu un Julien Champagne d'Eugène Canseliet? Globalement, ma réponse sera actuellement négative, Canseliet, peintre et dessinateur, a été son propre Julien Champagne, et a choisi de n'illustrer qu'occasionnellement, de ses propres esquisses, ses livres et articles de revues, ce que d'ailleurs on peut regretter d'un point de vue esthétique: confortée par ses aquarelles, son oeuvre n'en est que plus belle, par exemple quand il traite du traité Donum Dei de Georges Aurach .

Si on excepte donc certaines collaborations pratiquement ponctuelles, comme celle déjà mentionnée de sa fille Isabelle, un seul nom me paraît s'imposer dans la durée, celui, qu'on pourra trouver inattendu, de Jorge Camacho.

Comment peut-on considérer que ce peintre cubain surréaliste est un continuateur, presque un héritier de Julien Champagne, du moins dans certaines de ses productions, alors qu'il est né à La Havane deux ans après la mort d'"Hubert"? C'est, cher CosyRay, ce que nous allons maintenant découvrir ensemble.

Ouvrons donc pour commencer l'essai d'Eugène Canseliet sur L'hermétisme dans la vie de Swift et dans ses voyages, tiré à part des Cahiers du Sud publié dans la collection Hermès de Fata Morgana en 1983 ( édition "définitive" en 1998).

Les illustrations sont de Jorge Camacho, dont celle-ci:


On peut y vérifier à nouveau la justesse de l'adage alchimique qui veut que très souvent les images sont plus sincères, plus parlantes que les textes des écrits.

Il ne m'appartient pas de développer le point de science évoqué ci-dessus, mais comment ne pas voir qu'il est tout sauf accessoire?

La réminiscence d'une des devises de Jacques Coeur est patente, et bien sûr la lecture cabalistique "fer terre" sera plus qu'autorisée, comme en témoignent les symboles astrologiques et chymiques qui encerclent les mots fatidiques et les unissent.

Il me paraît évident que la main de Jorge Camacho a été comme tenue, qu'il a sans doute réalisé mais peut-être pas conçu cette vignette. Alors, cette oeuvre serait, sinon alimentaire, du moins de circonstance? Et bien, rien n'est moins sûr.



Que savons nous au juste de cet artiste? Autodidacte, Jorge Camacho s'établit en 1959 à Paris où il se lie à André Breton et aux Surréalistes. "Celui qui piège", ainsi que le désignait Breton en 1964, restera fidèle à ses premiers engagements.

En 1965, il participera à la XIème exposition internationale du surréalisme, l'Ecart Absolu, à la Galerie l'Oeil. Il deviendra un ami proche d'Henri Michaux et Joyce Mansour...Jorge Camacho vit et travaille entre Paris et l'Andalousie depuis 1975.

Il a puisé dans tous les domaines de la culture pour nourrir sa vision d'artiste: l'art précolombien, le jazz, la musique andalouse, la poésie française et haïtienne (qu'il traduit), la science alchimique et la cabale, la photograhie, l'ornithologie...L'oeuvre de Jorge Camacho naît d'un désir de peindre tout ce que le réel a d'énigmatique et de paradoxal.

Son espace pictural aborde des mondes torturés, où l'ésotérisme le plus sophistiqué côtoie un chamanisme surpenant. Au delà de ces marques, les tableaux de Jorge Camacho expriment un univers poétique, sous l'éclairage raffiné d'une palette...fauve.

En 2003, il a exposé à la Maison parisienne de l'Amérique latine et Somody a fait paraître à cette occasion un livre collectif, comprenant des textes de l'écrivain cubain Zoé Valdès, et intitulé Jorge Camacho, Le miroir aux mirages.

En 2004, Anne Tronche lui a consacré un ouvrage bilingue, français et espagnol, aux éditions Palantines: Jorge Camacho, vue imprenable...



Vue imprenable en tout cas sur l'alchimie, dont on voit bien qu'elle a pu être au moins facilitée par la rencontre avec André Breton, admirateur de Fulcanelli et ami d'Eugène Canseliet.

A partir de 1968, Jorge Camacho s'intéresse à l'étude de la science alchimique, et choisit comme devise "Silentium Post Clamores", le titre même d'un ouvrage de Michel Maier (1617), où l'auteur présente les origines du rosicrucianisme comme notamment égyptiennes...

A ce moment, de façon significative, Jorge Camacho cesse de participer à toute activité collective. Il dirigera...chez Fata Morgana une collection sur l'alchimie, et inaugurera en 1978 le cycle de ses propres publications alchimiques par son Héraldique alchimique nouvelle, qu'il co-signera avec Alain Gruger (Le Soleil Noir), et sur lequel nous allons revenir.

 

jorgearcanes.champagne

 

camachojorge.champagne

 

Il ne s'agit pas là d'une passade, d'un feu de paille, au contraire, la démarche est volontaire, durable. Voyez plutôt cette liste de ses ouvrages "sur l'alchimie", extraite de sa bibliographie de 2003:

Le Hibou philosophe, avec une introduction de Bernard Roger, La Pierre d'Alun, Bruxelles, 1991
Basile Valentin, De la nature des métaux, avec une introduction de Bernard Roger, la Pierre d'Alun, Bruxelles, 1997
Typus Mundi, commenté par Bernard Roger et Jorge Camacho, Tenuel, Huelva, 1997
Arcanes de la philosophie naturelle, avec une introduction de Bernard Roger, Fondation Pol François Lambert, 1998
La cathédrale de Séville et son bestiaire hermétique, avec Bernard Roger, Pol François Lambert, Huelva, 2001

Mentionnons aussi, à la même rubrique, deux catalogues d'exposition:

Le Ton Haut, à la Galerie Mathias Fels, avec une préface de Bernard Roger, 1969
La Danse de la mort, à la Galerie de Seine, avec une préface de René Alleau, 1976

J'en profite, sans hélas pouvoir m'appesantir sur ce point, pour regretter la discrétion et le silence qui entourent les activités alchimiques de Bernard Roger et de René Alleau, tous deux proches des surréalistes.



Mais revenons, si vous le voulez bien, à l'Héraldique alchimique nouvelle de Jorge Camacho et Alain Gruger.

Elle est tout de même préfacée - et postfacée - par un Eugène Canseliet, qui de surcroît signe solennellement de ces lettres de Frère Chevalier d'Héliopolis, F.C.H., ce qui est inhabituel.

Canseliet naturellement insiste d'emblée sur l'importance en alchimie de la science du blason.

"Le blason ne parle que pour ceux qui sont capables d'en saisir le langage indistinct."

Pour arriver au degré altissime de pureté requis par l'alchimie, ajoute-t-il, "la voie est longue et difficile que Jorge et son ami inséparable, à la suite de notre cher André Breton, parcourent inlassablement, dans leur quête de l'or du temps; ce moteur perpétuel du Surréalisme.

Leurs découvertes sont nombreuses que, dans l'amour et la charité, ils ont transformées en emblèmes et en devises, sur écus et banderoles."

De ces emblèmes, j'ai choisi de reproduire le quarante et unième, qui est intitulée le cheval de bois et est accompagnée d'un vers magnifique d'Arthur Rimbaud, poète que de surcroît  Jorge Camacho a traduit par ailleurs:

"Elle est retrouvée! Quoi? l'éternité. C'est la mer mêlée Au soleil."

Devons nous entendre que la distinction entre voie sèche et humide et en partie sophistique?

Quant au cheval de bois, il nous renvoie bien sûr aux jeux des enfants, dont le cerf-volant est une autre illustration.

Jeux d'enfants qui fournirent le titre d'un classique traité d'alchimie, reproduit par Jean Laplace dans deux de ses livraisons du Curieux de Nature.

Travail de femmes et jeux d'enfants, c'est une des définitions possibles du labeur alchimique. Travail de femme, car il ne s'agit bien souvent "que" de laver et cuire.

Dans son épilogue à l'Héralidique alchimique nouvelle, Canseliet rappelle ainsi:

"L'alchimie se montre tout spécialement l'art de la cuisson."


Sur le jeu des enfants, Eugène Canseliet reviendra à plusieurs reprises, notamment dans son Alchimie expliquée (Pauvert).

Au chapitre de L'oeuf philosophal, il estime ainsi, à propos d'une représentation de la Vierge, qui reçoit sur son sein le fluide spirituel du cosmos, qu'elle renvoie tout aussitôt sur le petit Jésus étendu à ses pieds, dans son douillet moïse:

"Ce sont, précisément, ces symboliques manipulations, de la Vierge Marie et du bambin précoce, qui concourent à la confection du vase, dans le Grand OEuvre, et qui justifient que l'ensemble des Philosophes les eussent comparées au jeu des enfants et au travail des femmes."

Cette Vierge est-elle l'Isis noire ou déjà la Dame blanche à laquelle  Jorge Camacho a consacré vers 1998 le tableau ci-dessus? Voyez:

http://www.habanaelegante.com/Fall-Winter2002/Cafe.html

...et devinez!


http://maxjulienchampagne.over-blog.it/article-cuba-libre-de-champagne-119957431.html


ARCHER

Partager cet article

Repost0