Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : JULIEN CHAMPAGNE
  • : Site consacré à l'artiste français Julien Champagne (1877-1932), à sa vie et à ses oeuvres.
  • Contact

Profil

  • ARCHER
  • hermétiste
  • hermétiste


...consacré à l'artiste français Julien Champagne (1877-1932), à sa vie et à ses oeuvres.


Peintre et dessinateur, Julien Champagne est surtout connu de nos jours pour avoir illustré les ouvrages de Fulcanelli, un mystérieux alchimiste contemporain.

Et pourtant, il figure au Bénézit, la "Bible" internationale des créateurs. Et suivant son ami Eugène Canseliet, il fut bien un maître du pinceau et du crayon.

C'est à la découverte de cet artiste méconnu, mais profondément attachant, que je voudrais vous inviter. Je voudrais aussi vous demander de ne pas hésiter à enrichir mes articles de vos propres commentaires et de vos découvertes personnelles.

Bon voyage donc au pays légendaire de Julien Champagne.

Recherche

4 mars 2007 7 04 /03 /mars /2007 13:41

Que devient, dirait Antoine Blondin, un singe en hiver? Un singe de nature en tout cas, entendez un alchimiste, il attend le printemps, qui est un peu pour lui un nouveau matin, le matin du renouveau.

Mélancolique attente? Pas forcément. D'un de nos "arpents de neige" du Canada (dixit cette fois Voltaire), issant d'une de nos cabanes locales du bord de l'eau de la belle province, un des nombreux cousins et des non moins talentueuses cousines que tout Français a par delà le Gulf Stream m'a signalé voici déjà quelques semaines un album de rock endiablé ou si vous voulez angélique:

Winter Songs, joli titre, après tout l'alchimie est art de musique. Publiées en 1979, ces chansons hivernales attirent d'abord l'oeil par une pochette directement inspirée du recueil alchimique de Salomon Trismosin, qui passe pour avoir été le maître de Paracelse: Splendor Solis, et c'est vrai qu' un soleil d'hiver, c'est au moins aussi beau qu'un soleil d'été.

http://en.wikipedia.org/wiki/Winter_Songs

Remasterisées en 2003, les Winter Songs en question sont en fait l'oeuvre du groupe Art Bears, là  encore tout un programme, l'étoile ursine ou polaire étant celle qui doit guider dans sa quête tout "enfant de science."

http://en.wikipedia.org/wiki/Art_Bears

Alors me direz-vous, vous faites dans la musique constestataire, maintenant? Et bien, c'est vrai que le rock, ou roc cabalistiquement, est comme l'alchimie, pour citer maintenant Eugène Canseliet, "obligatoirement contestataire".

N'est-ce pas finalement un des meilleurs moyens de se situer aussi dans une saine tradition, celle qui conteste vigoureusement les temps modernes à la Charlie Chaplin. Oh, contestataire, Art Bears l'est au plus haut point....


Sa figure de proue est peut-être Chris Cutler, Américain né en 1947, qui outre les tambours et percussions a écrit et arrangé ces airs avec Fred Frith:

http://en.wikipedia.org/wiki/Chris_Cutler
http://calyx.club.fr/mus/cutler_chris.html


Sa voix heureusement féminine, ensuite, est l'Allemande Dagmar Krause, apparue en 1950 sur la scène du monde:

http://calyx.club.fr/mus/krause_dagmar.html



Enfin, voici le Britannique Fred Frith, déjà nommé, à propos de qui je serais fortement tenté d'écrire ce que Julien Champagne disait de Raymond Roussel: "la classe", puisqu'il est de 1949:

http://en.wikipedia.org/wiki/Fred_Frith

A lui les compositions, les airs de guitare et de violon (autre point commun avec Champagne) et de xylophone.

Pour compléter ce petit tableau cosmopolite, ajoutons que les Winter Songs ont été, en 1978, enregistrées en Suisse.

Bien, me répondrez-vous, voilà qui est gentil, mais tout de même, l'argument est un peu mince. Pas sûr, tenez, regardez ces dessins de Graham Keatley spécialement réalisés pour l'occasion et extraits du dernier coffret CD d'Art Bears:

http://www.rermegacorp.com/Merchant2/merchant.mvc?Screen=PROD&Product_Code
=ReRABox&Category_Code=&Store_Code=RM

En fait, Chris Cutler y déclare expressément avoir été inspiré par le Mystère des Cathédrales de Fulcanelli, illustré par "Hubert".

Chris semble aussi avoir eu accès à une thèse non publiée de Francesc  X. Puerto, sur laquelle on aimerait en savoir plus, et son attention aurait été attirée sur Fulcanelli par une dame E.M. Thomas,
qui lui aurait fourni des clichés faits par elles de certaines cathédrales de France.

Et de fait, nous voici et devant la cathédrale de Nantes (curieusement réservée aux Demeures Philosophales, que Cutler connaît également) et devant celles de Paris et surtout d'Amiens.


Allons donc, quelques dessins et une affirmation gratuite, me lanceront les derniers sceptiques. Non, non et non, voyez plutôt les textes de certaines de ces bluettes. Nantes, d'abord:

http://www.archerjulienchampagne.com/article-2121006-6.html


FORCE

The
Dead Tower
Cracked
Like Phanes' Egg
Where She
Hauled forth the Snake
With wings

The walls breached
Gripped by Satan's
Tail as
She
Contains the
Winter
Spewing forth
The
Spring



Et puis, tenez, Amiens, même si ce quadrilobe n'est pas dans Fulcanelli, comment ne pas souligner le H de l'esprit qui souffle sur cet ermite hermétique?

THE HERMIT

The hermit sits
Before the fire
Abd toasts a fish
Upon a fork

His hand is raised
To sleet and sun
His shoes doffed to
Oblivion

Time passes by
A snowflake in
A summer sky

Amiens encore:

http://www.archerjulienchampagne.com/article-3361883.html



FIRST THINGS FIRST

Two dead trees
Strain to each pole
Alone
Divided ever
Underneath
One sky

Can they revive

Amiens for ever:

http://www.archerjulienchampagne.com/article-2423403.html


THREE WHEELS

The double wheel
Of the sun
Rolls in the sky

Out steps the days
I watch them
Wet and dry
Twice turning as
The months go by

Am I Ezechiel sleeping
Do I dream this
Wheel
Revolving a wheel
Within a wheel

Or is it real

A wheel which moves
And is unmoving
Which is both
Being and
Becoming which is
Both flow
Arrested flow
Decay and growth

A philosophic
Wheel a wheel
Which is itself the
Passage from
Not Knowing into
Knowing

Et puis finalement Paris:

http://www.archerjulienchampagne.com/article-3391825.html

THE BATH OF STARS

He steps from a crucible
Held by an angel

The angel is poised
To hurl a stone
Toward him the boy

All is encompassed in the night
When twelve stars shine


Art bears...alchemy. L'alchimie, l'Art par excellence, est ici véhiculée par l'harmonie. Comment, vous voyez mais n'entendez pas?

Alors, listen, ou plutôt: Oyez!

http://allmusic.com/cg/amg.dll?P=amg&sql=10:ylf3zfiheh4k



ARCHER

Partager cet article

Repost0
25 février 2007 7 25 /02 /février /2007 14:51


Carême prenant, je vais incontinent vous entraîner pour la septième fois à l'hotel Lallemant de Bourges.

Notre dernière visite commune en ce logis alchimique remonte si je ne me trompe pas au 17 septembre 2006 (Champagne en chapelle):

http://www.archerjulienchampagne.com/article-3904333.html

Je vous propose en ce jour de trêve dominicale non pas de nous arrêter de progresser, mais de revenir sur nos pas. On dit parfois qui n'avance pas recule, c'est vrai, mais il y a des progressions circulaires, ou si vous préférez en spirale. Et puis dans le labyrinthe de Thésée, le fil d'Ariane indique bien et l'aller, et le retour.

Bref, au-delà du Minotaure, pourquoi ne pas inscrire nos pas dans ceux d'un certain Jean-Jacques Mathé?

Hélas, il semble bien que Jean-Jacques, qui fut un disciple de Bernard Husson, nous ait quitté tout récemment.

Mais il est après tout, tout comme Jean-Julien Champagne, un inconnu...illustre. Son rare ouvrage sur l'hotel Lallemant, publié en 1976 aux éditions belges du Baucens (ou du beau sens, sises à Braine-le-Comte) est si peu accessible qu'il n'est même pas cité dans le livre pourtant postérieur de Michel Bulteau: L'hotel Lallemant de Bourges (Garancière, 1984).

Et pourtant Bulteau n'est pas n'importe qui, puisque outre cet estimable bouquin, il nous a notamment gratifié, également, d'un remarquable Le Plessis-Bourré, alchimie et mystères (Livre-Essor, 1983).


Pour en rester un moment aux éditions du Baucens, elles nous ont par ailleurs donné aussi dès 1974 une publication francophone de l'essai de l'allemand Rudolf von Sebottendorff sur "l'ancienne franc-maçonnerie turque" et ses rapports avec l'alchimie:

http://freemasonry.bcy.ca/anti-masonry/sebottendorff_r.html
http://www.bibliotecapleyades.net/sociopolitica/sociopol_thule06.htm

Quant à Mathé lui-même, il n'apparaît guère à ma connaissance sur le devant de la scène alchimique qu'en quelques occasions:

D'abord dans le recueil Alchimie des Cahiers de l'Hermétisme (Albin Michel, 1978, puis Dervy, 1996), où il fournit une très fouillée bibliographie de l'alchimie depuis 1945;

Ensuite dans l' excellent essai déjà cité de Luis Miguel Martinez Otero consacré à Fulcanelli: Une biographie impossible (Obelisco, Barcelone, 1986, et Arista, 1989):

"Notre ami Bernard Allieu, éditeur émérite de Grasset d'Orcet et prochain auteur d'un Index général de l'oeuvre de Fulcanelli que nous attendons avec impatience, insistait lors d'un dîner célèbre au restaurant Au coq hardi, aux alentours de Bayonne, en compagnie du critique et auteur, mais surtout bon alchimiste, auquel nous devons tant, - et nous avons ainsi nommé Jean-Jacques Mathé -, insistait donc sur l'idée que l'alchimie est l'étude des mécanismes de la mort."


Et Otero de contester cette approche, en se référant à la maxime de Martin Ruland, chère à Eugène Canseliet: L'alchimie est avant tout "separatio impuri a substantia puriore." Au fait, Jean-Jacques Mathé n'aurait-il pas été libraire à Bayonne?

Quoiqu'il en soit, je vous suggère à partir de là de comparer ce qui figure dans mon précédent article sur l'hotel Lallemant à ce que présente Mathé dans son opuscule, dont j'ai extrait les clichés joints, qui tous se rapportent aux caissons dessinés par Julien Champagne.

Nous pourrons ainsi établir ensemble, mais chacun pour ce qui nous concerne, concordances et discordances dans les présentations et interprétations, suivant une méthode dont le moins que l'on puisse avancer est qu'elle est classique en alchimie.

C'est pour celà que les emblèmes se trouvent dans cet article présentés dans le même ordre que naguère: Les comparaisons devraient ainsi en être facilitées, en théorie du moins.

"EMBLEME XXVII

Livre ouvert en flammes.

"Cet emblème allégorise, dit Canseliet, la liquation de la matière au début du Grand-OEuvre, exactement la séparation de la lumière d'avec les ténèbres par l'intervention du fer ouvrant, avec l'aide du feu, le grand Livre de la Nature."

Ce livre est également représenté dans le Livre d'Heures du même Jean Lallemant, mais il y est fermé par sept sceaux appendus et la couverture porte l'inscription: .DELAR.PRIVS. Que je sois détruit auparavant.

Nous attirons également l'attention du lecteur sur le voisinage immédiat au Saint-Esprit qui représente le creuset...


EMBLEME XXVI

Le Saint-Esprit.

"Le Saint-Esprit, dit Fulcanelli, est toujours figuré par une colombe en plein vol, les ailes étendues selon un axe perpendiculaire à celui du corps, c'est-à-dire en croix. Car la croix grecque et celle de Saint André ont, en hermétisme, une signification exactement semblable."

...La croix est également le hiéroglyphe du creuset, le signe de la umière, et, par extension, celui de l'illumination...

EMBLEME XXV

Faucon grilleté et igné empiétant un crâne qu'il becquette.

C'est là le soufre métallique. En dépit de sa qualité ignée, il ne brûle pas, mais putréfie. Remarquons au passage que le faucon - falco - vient de falx, la faux qui est l'emblème de Saturne...


EMBLEME XXII

Enfant ailé se disposant à faire tourner un moulinet par traction d'une ficelle; le moulinet surmonté d'une croix grecque.

Il s'agit du tour de main nécessaire à la séparation dans le premier oeuvre...


EMBLEME XXIII

Grenade posée dans un vase d'orfèvre ardent et surmontée de l'inscription 3R.

La grenade représente la matière première préparée et le signe 3R symbolise les trois réitérations du premier oeuvre...


EMBLEME XXIV

Enfant ailé chevauchant un cheval de bois et faisant claquer un fouet.

Le Ludus puerorum avait été explicité par Salomon Trismosin en sa Toyson d'or, mais Eugène Canseliet est revenu sur cette question dans ses commentaires du Mutus Liber et nous y renvoyons le lecteur.

Nous citerons toutefois sa traduction d'un fragment de l'antique traité dans lequel on traite du travail des femmes et du jeu des enfants:

"Or le triple jeu des enfants doit précéder le travail des femmes. Car les enfants jouent en trois choses. En premier lieu avec les vieux murs, secondement avec l'urine, troisièmement avec les charbons."



JJ pcc

ARCHER

Partager cet article

Repost0
18 février 2007 7 18 /02 /février /2007 14:36


Nous en savons désormais un peu plus sur l'homme qui selon Geneviève Dubois pourrait bien avoir été l'initiateur de Julien Champagne en alchimie: Félix "Krishna" Gaboriau (voir notre article
Gaboriau et Champagne du 6 mars 2006).

Notre source est ici la même que celle qui nous a permis de découvrir que le frontispice du Mystère des Cathédrales de Fulcanelli dessiné par Champagne a été publié dès 1912 par la maison d'édition Chacornac dans une bibliographie de l'occulte réalisée par Sédir ( post Champagne en 1912 du 17 juillet 2006).

Le portrait ci-dessus est tiré du même catalogue, obligeamment mis à notre disposition par un libraire ami de Paris, déjà mentionné dans ces lignes, et que je tiens à remercier à nouveau.

J'ajoute que je lui suis non moins reconnaissant, ainsi qu'à son alter ego photographe, de l'excellent café colombien grâce à eux dégusté en agréable compagnie, au cours d'un entretien des plus intéressants et productifs.

Vous aurez noté, sans doute, que sur notre cliché la date de naissance de Félix diffère quelque peu de celle pronostiquée jusqu'alors.

"Krishna" est également présenté cette fois comme le fondateur de la revue Le Lotus rouge, alors qu'il est par ailleurs supposé être son repreneur.

Gaboriau est encore réputé ici avoir été le traducteur d'un célèbre traité de Corneille Agrippa, De la philosophie occulte.

En nous reportant à la page considérée du catalogue, nous pouvons constater que cette traduction, "la première complète en français", est parue en deux volumes en 1910 et 1911.

Cette édition est celle des frères Chacornac, et fait l'objet au même endroit d'un éloge de l'alchimiste Phaneg. Elle "comprend de nombreuses figures magiques".

Je ne résiste pas à l'envie de partager celle-ci avec vous, qui figure effectivement au-dessus de l'entrée du catalogue qui est consacrée au livre d'Agrippa, même si je ne peux vous garantir
qu'elle en est issue:


Pour en revenir au Lotus rouge, "revue des hautes études", il semble n'avoir eu que deux ans d'existence, de 1887 à 1889.

Notre catalogue Chacornac, décidémment fort bien fourni en informations utiles, nous en donne un aperçu du contenu.

Les numéros 2 et 3 comprennent un article sur L'élixir de vie. Dans les livraisons 7-12 se trouve un portrait de Paracelse. Les 21 à 23 incluent une reproduction de la Lettre philosophique du Cosmopolite.

Enfin, dans le numéro 24 je relève une présentation de Michel Maier qui n'est pas mentionnée dans la bibliographie de Sédir. Gaboriau y fait ses adieux aux lecteurs de sa revue, qu'il affirme expressément avoir fondée.

Il déclare prendre ses distances d'avec la Société Théosophique, et, remerciant entre autres son administrateur, M. Froment, se réfère explicitement à la philosophie alchimique:

"Un alchimiste me comprendra lorsque je dirai que notre Soleil a une Lune qui est elle-même hermaphrodite."

"Ainsi nous présenterons aux hommes les faces agréables de notre prisme psychique, de notre pierre angulaire, en attendant le jour béni où, les deux faces se confondant, sera réalisée la circulature du quadrant dans le triangle équilatéral de la très sainte Trinité."

Et il affirme finalement: "les livres de science courent les rues, un autre livre est partout: la Nature."


 

Dans son Fulcanelli et le cabaret du Chat Noir, Richard Khaitzine cite un passage de la biographie de Papus de Christophe Beaufils et Marie-Sophie André, suivant lesquels "quelques connections entre le milieu du Lotus, et par conséquent la Société Théosophique et le Chat Noir peuvent être invoquées".


 


Le chansonnier Maurice Mac-Nab, par exemple, avait pour frère ce Donald Mac-Nab qui, tout en collaborant au Lotus, menait avec Gaboriau une série d'expériences occultes dans sa "chambre rouge" de la rue Lepic."

chatnoir.champagne.jpg

Ingénieur des arts et manufactures, Donald a effectivement écrit dans le Lotus rouge, et dans le dernier numéro de cette revue Gaboriau lui-même nous confirme sa parenté avec le chansonnier du Chat Noir.

 

 

 

ARCHER

Partager cet article

Repost0
11 février 2007 7 11 /02 /février /2007 14:04


Une indication de plus sur une possible "British connection" de Julien Champagne et de Fulcanelli: Nous voici donc de retour, un an après presque jour pour jour, à Edinburgh:

http://www.archerjulienchampagne.com/article-1861874.html

Dans mon article précédent sur le gnomon du palais royal écossais (Julien Champagne au cadran solaire, 12 février 2006), je ne crois pas avoir fait mention des lignes qu'y consacre Geneviève Dubois dans son Fulcanelli dévoilé (Dervy, 1992 et 1996):

"Quant au cadran solaire d'Holyrood qui fait l'objet d'un chapitre dans les Demeures Philosophales, d'aucuns se sont empressés d'y voir la preuve de l'appartenance de Fulcanelli à un milieu aristocratique.

En effet, et nous pouvons en témoigner, il n'est pas possible d'accéder à ce monument qui se trouve dans les jardins privés de la famille royale d'Angleterre. Nous avons simplement pu obtenir une photocopie du dessin à la bibliothèque d'Edimbourg."

Cette inaccessibilité du gnomon a été contestée. Quoiqu'il en soit, la gravure reproduite par Dubois est superbe, et je vous l'offre à mon tour. Mais laissons Geneviève poursuivre son argument:

"Nous restons persuadés que René Schwaller qui fut membre de la Société Théosophique a communiqué une photographie ou un dessin à Julien Champagne par le canal de la théosophe Lady Caitness. "

Intéressante hypothèse, sur laquelle nous reviendrons peut-être. Champagne aurait connu Lady Caitness ou Caithness? Lui aussi semble avoir été un temps un familier de la Société Théosophique, mais nous ne savons rien de ses éventuelles relations avec Schwaller avant 1913.

"Lady Caitness réunissait dans son hotel particulier de l'avenue Wagram tout le milieu ésotérique de l'époque. Elle avait d'ailleurs été à l'origine de la création de l'Eglise gnostique et représentait en France la Société Théosophique.

Son époux était Lord James Barogill, chef du clan Sinclair et 14ème comte de Caitness. Il fut inhumé en l'ancienne chapelle royale de Marie Stuart à Holyrood.

Lady Caitness était très introduite dans le milieu mondain anglais, elle vouait un culte à Marie Stuart dont elle se croyait la réincarnation depuis, qu'en l'abbaye d'Holyrood, elle avait eu une expérience avec la défunte reine."

C'est tout? C'est tout, pour l'instant en tout cas. Mais, supposition pour supposition, je m'en vais maintenant vous en proposer une seconde, qui d'ailleurs n'est pas forcément contradictoire de la première.


Il était une fois...une American Lady nommée Mary Alice Morse (1851 ou 1853-1911), originaire du Massachussets:

http://en.wikipedia.org/wiki/Alice_Morse_Earle
http://womenshistory.about.com/od/writers19th/p/alicemorseearle.htm

Mariée à un new-yorkais, Henry Earle en 1874, elle changea son nom en celui de Alice Morse Earle, sous lequel elle est connue comme écrivain.

Après la mort de son mari, elle effectua plusieurs voyages en Europe et en 1909 se rendit en Egypte, mais au cours de la traversée vécut un naufrage qui à la longue lui fut fatal.

Cette féministe était aussi une passionnée des "good old times", et en particulier des jardins à l'anglaise, et de sa vingtaine de livres je vous suggère de retenir pour l'instant:

Old time gardens, Mc Millan, London & New York, 1901 et
Sun dials and roses of yesterday, idem, ibidem, 1902.

Elle disait par exemple, à propos des jardins:

"Half the interest of a garden is the constant exercise of the imagination. You are always living three, or indeed six, months hence. I believe that people entirely devoid of imagination never can be really good gardeners. To be content with the present, and not striving about the future, is fatal."

Comme vous l'avez deviné, elle évoque dans le second ouvrage cité le gnomon d'Edinburgh, et elle aussi en propose un dessin que je reproduis également.

Esquissant son histoire, elle précise qu'il fut restauré sur instructions de la reine Victoria, et qu'il fut copié dans un certain nombre d'endroits.

1902...Voilà un livre disponible à Londres et donc presque sur "le continent" qui aurait fort bien pu tomber entre les mains de Fulcanelli et de Julien Champagne, ne croyez-vous pas?


Il a été très opportunément reproduit en 1971 et 1984 par Charles Tutlle (Rutland, Vermont, Etats-Unis, et Tokyo, Japon).

Quelques petits détails pour terminer, qui peuvent avoir leur importance. D'abord, le sous-titre du livre est "parlant":

"Garden delights which are here displayed in very truth and are moreover regarded as emblems".

Ensuite et enfin, voici quelques titres de chapitres qui j'espère achèveront de vous convaincre: Rosa solis, rose plate and rosee. Emblem of the rose in English history. Et "last but not least":

The Rosicrucians.


Non seulement Miss Earle n'ignore pas la Real history of the  Rosicrucians de Waite, mais elle se réfère expressément au renouveau rosicrucien de 1892-1893 à Paris, se moquant gentiment au passage du Sar Péladan...

Une dernière citation d'Alice, qui me paraît bien avoir traversé le miroir:

"Whether the Rosicrucians were all alchemists, or whether the alchemists were a physical branch of the Rosicrucians, matters little.

The art and mystery of alchemy formed an important part of this as of all the mystic religions.

When scoffers say in triumph that the Rosicrucians could never have turned base metal into gold, else they would have transformed the world with their wealth, the true "grooms" answer that when they had acquired the power of transmutation into gold, these adepts had ceased to desire wealth."

holywoodcouleur.champagne.jpg
Et si j'ose dire pour couronner le tout, voici un portrait de Marie Stuart, reine d'Ecosse et des Ecossais, peint au XIXème siècle par un certain J. Champagne:



ARCHER

Partager cet article

Repost0
4 février 2007 7 04 /02 /février /2007 17:23



Julien Champagne en couverture...Je vous avais promis que ce n'était pas fini:
http://www.archerjulienchampagne.com/article-4080343.html

Et bien cette fois encore il s'agit de la revue Initiation & Science des époux Lavritch, dont le numéro XLV (1958) reproduit une des planches hors texte jusqu'alors inédites des Demeures Philosophales de Fulcanelli, illustrées par "Hubert"

L'édition Omnium du Mystère des Cathédrales étant alors parue, il importait évidemment d'assurer la promotion de celle du second ouvrage. Il n'est sûrement pas anecdotique qu'on ait pour ce faire fait appel au beau et grave dessin de Champagne.

Dans le même numéro, Eugène Canseliet présente le Dictionnaire mytho-hermétique de Pernety, et loue la Nouvelle assemblée des philosophes chymiques de Claude d'Ygé. Enfin, je relèverai cette critique qu'on y trouve de Robert Amadou sur les oeuvres de Fulcanelli, critique parue dans le numéro de décembre 1957 de La tour Saint-Jacques:

"Deux magnifiques ouvrages, Le Mystère des Cathédrales et Les Demeures Philosophales, renouent, en plein vingtième siècle, avec la tradition des écrivains alchimiques.

Adeptes et curieux s'accordent pour voir en ces deux livres la plus fidèle et la plus riche expression contemporaine de l'enseignement des "philosophes de la nature."

Quant au motif de couverture lui-même, vous aurez sûrement reconnu le cavalier -ou chevalier- de l'apocalypse de l'église Saint-Hilaire de Melle, que nous avons déjà présenté en son temps:
http://www.archerjulienchampagne.com/article-2050527.html

J'ajouterai donc simplement que j'ignore pour l'instant s'il y a déjà eu, en d'autres occasions non encore évoquées ici, des revues ou des livres qui ont consacré leur couverture à Julien Champagne, mais que j'espère fortement et je dirais même que je suis pratiquement convaincu qu'il y va y en avoir à l'avenir, un avenir plus ou moins proche. N'est-ce pas un des buts de ce blog?

 

Dans un savant petit volume consacré aux églises de Melle (Trois églises romanes, Melle en Poitou, Ville de Melle, 1991), le chercheur poitevin Hubert Le Roux nous rappelle en tout cas que comme bien d'autres édifices, tel certain logis alchimique de Bourges -je veux dire ici le palais Jacques Coeur-, l'église Saint-Hilaire fait partie de ces monuments de notre patrimoine qui furent littéralement sauvés de l'abandon par Prosper Mérimée.

 

Pour ce dernier, "Saint-Hilaire est un chef-d'oeuvre." Enfin, selon Le Roux, "l'énigmatique cavalier" du portail de l'église, dessiné dès 1843 et très restauré en 1871, pourrait représenter l'empereur Constantin, dont plusieurs seigneurs de Melle portèrent le patronyme, et la scène dans son ensemble symboliser le mal vaincu.




Et puisque nous fêtons le cinquantenaire de la publication de ce numéro de revue, permettez-moi de célébrer aussi avec vous le premier anniversaire de celle de notre, de votre blog.

Près de 150.000 pages vues à ce jour, et pas loin de 50.000 lecteurs, selon les statistiques dont je dispose, c'est à mon avis un beau résultat, et même une réussite inespérée.

Comme je l'écrivais il y a quelques demaines à l'un de vous, Julien Champagne a fait son entrée grâce à nous tous au archives du Net, et donc sauf si "la boule verse", le voilà apôtre de la science hermétique pour l'éternité.

Et puis, bien sûr, savoir qu'un Vincent Bridges, qu'un Richard Khaitzine, qu'un Frédéric Courjeaud, qu'un Axel Brücker, entre autres, s'intéressent à notre petite entreprise, c'est à mon sens pour nous tous une satisfaction réelle.

Mais bien sûr je m'en voudrais de ne pas ajouter aussitôt que cette satisfaction provient avant tout de votre participation à tous et à toutes, connus ou anonymes, participation très substantielle comme déjà souligné; elle aussi est de surcroît quantifiable, puisqu'un peu plus de 200 articles publiés ont généré de votre part plus de 150 commentaires, qui sont ainsi très régulièrement venus les enrichir.

Et bien entendu je ne verse pas pour autant dans l'auto-satisfaction et l'optimisme béats. Je suis bien conscient des imperfections de mes écrits, que je n'ai guère eu le temps d'amender dans la plupart des cas après leur parution, ainsi que de celles de certaines de leurs illustrations.

C'est à ces défauts que je compte m'attaquer à terme, ainsi qu'aux autres manques que vous voudrez bien me signaler, par exemple en me proposant des sujets que vous espéreriez voir traités. Et bien sûr comptez sur moi pour continuer avec votre aide à essayer de toujours mieux mettre en évidence le talent et les qualités d'un artiste qui a certes eu comme tout le monde sa
part d'ombre, mais dont le mérite au total est tel, à l'évidence, qu'il doit absolument être mis, comme le mystère barrésien, "en pleine lumière."

Bon anniversaire, Julien!


ARCHER

Partager cet article

Repost0
28 janvier 2007 7 28 /01 /janvier /2007 13:10




Nous avons déjà signalé à plusieurs reprises les liens de Fulcanelli et de Julien Champagne avec la famille Lesseps, le premier en étant un proche, pour le moins,  et le second étant au service de plusieurs membres de cette famille, comme ingénieur, comme artiste et finalement comme alchimiste.

Comme les trois vont bien ensemble...Et bien, à propos de trois, je vous propose en ce jour de la Saint Thomas d'Aquin, qui pourrait passer pour le saint patron des expérimentateurs prudents, et à qui on a attribué au minimum une oeuvre alchimique, de nous intéresser à un autre frère de Lesseps, Jacques.

Le troisième, donc, après Bertrand et Paul, dont il paraît désormais avéré qu'ils employèrent "Hubert":

http://archer.over-blog.net/article-3354657.html
http://archer.over-blog.net/article-3422318.html


Avec ses deux autres frères (et d'ailleurs un autre encore, Robert), dont il fut manifestement très proche, Jacques de Lesseps (1887-1927) partagea très tôt une passion alors risquée, celle de l'aéronautique.

Il en fut comme eux un des pionniers, et sa mémoire est encore de nos jours révérée de ce fait...tout particulièrement de l'autre côté de l'Atlantique:
http://www.centennialofflight.gov/coffyn/php/entity_a0.html

Il fait ses premières armes d'aéronaute dès 1909:
http://www.corpusetampois.com/cpa-es-fliz-c06.html

Emule de Louis Blériot, il est le second pilote à traverser la Manche en avion (1910). Il aurait également été un précurseur en matière de vol de nuit...
http://aerobscure.free.fr/const/lessep/lessep.htm
http://aeroweb.brooklyn.cuny.edu/database/aircraft/getimage.htm?id=11023

undefined

Héros de l'aviation militaire pendant la "grande guerre" de 1914-1918, il s'y illustra notamment en utilisant pour la première fois des photographies aériennes.


Dès cette époque cependant son tropisme nord-américain, qui devait fortement marquer son existence, s'était affirmé.

Toujours en 1910, il est le premier aviateur à survoler Montréal et Toronto, au Canada...
http://aeroweb.brooklyn.cuny.edu/database/aircraft/getimage.htm?id=10051

En 1911, il épouse la Canadienne Grace Mackenzie, originaire précisément de Toronto:

http://lafayette.150m.com/les6768.html


A l'issue de la première guerre mondiale, c'est finalement assez logiquement qu'il choisit de s'établir au Canada, et en 1926 nous le trouvons au Québec, à Gaspé, près de l'embouchure du fleuve Saint-Laurent.

Notons au passage qu'en langue indienne micmaque, Gaspé ou Gespeg a la même signification
que Finistère (finis terrae).

Gaspé est également célèbre parce que c'est là qu'en 1534 Jacques Cartier au cours de son premier voyage a planté une croix en guise de prise de possession de ce pays au nom du roi de France.

C'est ainsi que la ville porte fièrement le titre de "berceau du Canada français":
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gasp%C3%A9_(ville)
http://www.great-adventures.com/destinations/canada/gaspe.html


Il y est alors directeur et chef pilote d'une compagnie aérienne...franco-canadienne:

http://www.earlyaviators.com/edelesse.htm
http://www2.ville.montreal.qc.ca/archives/acteurs/olivar-asselin/societe/piece19/index.shtm

Hélas en 1927 son appareil s'abîme par gros temps dans le Saint-Laurent. Le corps de Jacques sera plus tard retrouvé, sans vie.

En 1932, année de la mort de Julien Champagne, la ville de Gaspé érigera un monument à sa mémoire.

http://www.lactualite.com/geographica/article.jsp?content=20000201_140011_3011


Comme le rappelle Walter Grosse dans son article sur la descendance de Lesseps:
http://www.fulgrosse.com/article-3362253.html

il est certain que Jacques de Lesseps connut Fulcanelli. Dans ses Deux Logis Alchimiques, le disciple de ce dernier, Eugène Canseliet, écrit ainsi, évoquant l'année 1920:

"A cette époque nous nous trouvions parfois avec le Maître chez Paul et Jacques de Lesseps, avenue Montaigne."

Comment imaginer dans ces conditions que Jacques de Lesseps n'ait pas aussi connu Julien Champagne?

Quoiqu'il en soit, l'oeuvre littéraire en moins, Jacques me fait fortement penser à Antoine de Saint-Exupéry.

"Petit prince" avant la lettre, il fait partie comme Antoine de la seule véritable noblesse, celle du courage, qui est en même temps à l'origine, comme le savent les alchimistes, de pure extraction.

http://aviatechno.free.fr/brevets/images_brevets.php?image=27

Enfin je m'en voudrais de ne pas signaler que le beau volume qu'Emile Perio a en 1990 consacré à Jacques de Lesseps pionnier de l'aviation, et qui est justement sous-titré La noblesse du vol, est paru à Paris aux éditions...Athanor.

JdLcolor.champagne



pcc ARCHER

Partager cet article

Repost0
21 janvier 2007 7 21 /01 /janvier /2007 18:27

Qu'est devenue la bibliothèque alchimique de Julien Champagne? Voici pour l'instant une question sans réponse, même si nous l'avons déjà posée (Julien Champagne aux ex-libris,
16 novembre 2006).

Je voudrais ce soir, Agnès et son petit chat aidant, vous proposer quelques éléments d'appréciation, partiellement déjà connus en fait, mais qui vont nous permettre de réaliser un premier point de situation.


Le personnage-clef dans cette affaire est dans un premier temps un certain Stanislas de Guaita
(1861-1897), occultiste et rosicrucien de talent, précocément disparu:

http://www.la-rose-bleue.org/Biographies/Guaita.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Stanislas_de_Guaita
http://kingsgarden.org/french/organisations.f/om.f/Guaita/Guaita.html

Comme disait Jean Bodin, "il n'est de richesse que d'hommes", aussi disons d'abord quelques mots de Guaita lui-même.



Lorrain comme son ami et un temps compère en martinisme Maurice Barrès, ce marquis d'ascendance lombarde vint à l'ésotérisme à la lecture de Fabre d'Olivet et d'Eliphas Lévi, et comme Paul Sédir, qui en fut proche:

http://www.archerjulienchampagne.com/article-3504191.html

se rapprocha rapidement de Papus. Ce dernier le rejoignit en 1888 lorsqu'il fonda l'"ordre kabbalistique de la rose-croix."

En 1896, nous retrouvons Guaita parmi les membres fondateurs de la Société alchimique de France:

http://www.archerjulienchampagne.com/article-4691639.html

Guaïta fréquenta d'ailleurs assidûment l'alchimiste aujourd'hui méconnu Rémi Pierret et entretint une volumineuse correspondance avec un autre "labourant" qui, lui,  a conservé une certaine notoriété: Albert Poisson.

Son oeuvre majeure est sans doute un Essai de sciences maudites paru en trois tomes, entre 1890 et 1895. Mais n'oublions pas non plus le poète symboliste de Rosa mystica (1885).


Quel rapport maintenant entre Stanislas de Guaita et Julien Champagne? Je ne sais s'ils se sont connus, quoique ce soit possible, le second ayant une vingtaine d'années à la mort du premier et fréquentant les mêmes cercles.

Mais surtout Julien fut un lecteur de Stanislas. Et il en posséda des oeuvres, au moins en tout cas celle que nous signale Robert Amadou dans un de ses articles de la revue L'autre monde (N°76, 1983).

Nous avons ici affaire au dernier article d'une série intitulée L'affaire Fulcanelli. Amadou nous y explique que des notes attribuées à Fulcanelli figurent en marge d'un exemplaire d'un livre de Guaita : La clef de la magie noire (1897). Cet exemplaire serait celui d'une réédition de 1920. Et Amadou explique:

"L'exemplaire provient de la bibliothèque de Jules Boucher qui attribue les notes à Fulcanelli...L'ex-libris au recto du frontispice est celui de Boucher, dessiné par Champagne.

De Jules Boucher, le volume passa à mon ami Robert Le Tourneur...Il est aujourd'hui la propriété d'un ami de Robert, qui à la mort de ce dernier en 1980 se porta acquéreur de l'ensemble de sa bibliothèque."


Et Amadou de préciser honnêtement:

"Compte tenu de la provenance seconde du volume annoté et du responsable de l'attribution des notes à Fulcanelli, s'étonnera-t-on que leur écriture soit celle de Julien Champagne?"

Ce livre vient bien de la bibliothèque de Julien, et est ensuite passé à Jules Boucher:

http://archer.over-blog.net/article-1868575.html

Robert Amadou a raison de déduire de ces annotations l'idée  que Champagne "se mêlait d'alchimie très intimement." A l'inverse sans doute de Guaita...

En fait, si certains  des commentaires reproduits sont plutôt approbateurs:


la plupart sont franchement sarcastiques et laissent planer peu de doute sur le jugement de Julien s'agissant des compétences alchimiques de Stanislas:


Finalement Robert Amadou a à mon sens raison de nous renvoyer à une confidence méconnue d'Eugène Canseliet, ami de Champagne et disciple de Fulcanelli:

"Fulcanelli était trop homme de laboratoire pour qu'il eût beaucoup apprécié le livre principal de Stanislas de Guaita, Essais de sciences maudites." (Revue La tourbe des philosophes, N° 12, 1980).

Et de rappeler que La clef de la magie noire en constitue le second tome. Ce qu'Amadou ne nous dit pas, mais que nous savons, est qu'il est lui-même un disciple de Jules Boucher. Et comme lui martiniste.

Il a d'ailleurs présenté à plusieurs reprises dans l'organe officiel de l'ordre martiniste des documents issus du fonds Stanislas de Guaita de l'ordre (L'initiation, N°s 1 et 2, 1984):


Nous en étions là de nos réflexions quand en décembre 2006 l'excellente revue espagnole Azogue est venue nous rappeler un fait similaire, qui illustre à nouveau la proximité Champagne-Guaita:

http://www.archerjulienchampagne.com/article-4786512.html

"Dans un catalogue de la librairie parisienne L'Intersigne d'Alain Marchiset (catalogue N°60),

http://www.livresanciens.eu/catalogue.php?catnr=74

il est fait mention à propos de l'ouvrage de Stanislas de Guaïta sur Les sciences maudites, dont un exemplaire parut chez Durville en 1920, d'un bristol de la main de Gaston Sauvage: "provenant de la bibliothèque de Jules Boucher, ami et collaborateur de Fulcanelli."

Vous pourrez avoir accès au texte de l'annonce de L'Intersigne en consultant le site de La librairie du merveilleux (fil Fulcanelli):

http://50340.aceboard.net/50340-2490-10299-21-%2A%2AFULCANELLI%2A%2A.htm#vb

Visiblement, il s'agit du même livre, qui a donc été récemment remis en vente. Son nouvel acquéreur sait-il seulement qu'il détient un ouvrage annoté par Julien Champagne?


Quoiqu'il en soit, je m'en voudrais de ne pas laisser le mot de la fin au magiste Guaita, ne serait-ce que pour persuader quiconque en douterait qu'il fut surtout un adepte de la magie blanche. Voici en effet ce qu'il écrivit en 1894:

"Je crois en Dieu et en la Providence, et il ne se passe pas de jour que je n'élève plusieurs fois mon âme vers l'absolue Bonté ou mon esprit vers la Vérité absolue.

Que voulez-vous de plus? "

http://hermetism.free.fr/Fulcanelli_et_Stanislas_de_Guaita.htm



ARCHER

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2007 7 14 /01 /janvier /2007 19:46


On l'a retrouvé, le traîneau à hélice de Julien Champagne. Le voici à Chamonix en 1914, en bonne compagnie puisque dans ce groupe de personnes figure certainement au moins un membre de la famille de Lesseps.

A tout seigneur, tout honneur, c'est Walter Grosse qui a ouvert cette piste:

http://www.fulgrosse.com/article-2458824.html


Vous vous souvenez sûrement que Champagne était en effet employé à l'époque par cette illustre famille Lesseps et qu'il joua un rôle considérable dans la mise au point de ce traîneau:

http://archer.over-blog.net/article-1880253-6.html
http://archer.over-blog.net/155-categorie-444621.html
http://archer.over-blog.net/article-2199402.html


Quant au photographe de service, si je puis dire, il ne s'agit ni plus ni moins que d'un certain Jacques Henri Lartigue (1894-1986), à qui nous devons aussi le dessin ci-dessus, extrait de ses carnets:

http://www.lartigue.org/fr2/jhlartigue/chronologie/index.html
http://www.af.ca/ottawa/galerie/lartigue/chrono.htm
http://en.wikipedia.org/wiki/Jacques_Henri_Lartigue



Mais qui est Jacques Lartigue, puisque tel est son état-civil à sa naissance?

Autrement dit: "A Chamonix, il filme et photographie le frère de Ferdinand de Lesseps à bord de son traîneau à hélice." Soit, mais encore?


Il est naturellement impossible dans le cadre d'un seul article de rendre l'hommage qu'il mérite à un artiste de ce calibre, dont rien ne dit d'ailleurs qu'il n'a pas connu Julien Champagne.

Je me bornerai donc à poser quelques jalons, en rappelant d'abord que Lartigue fut un passionné de sports d'hiver, et qu'il fit plusieurs séjours à Chamonix, où on le retrouve encore en 1918 (son patineur acrobate est de cette année-là) . A cet égard, je vous recommande le film Lartigue en hiver, extrêmement poétique:

http://www.lartigue.org/fr2/actualites/index.html

Un autre film de Lartigue contiendrait au minimum une séquence sur le fameux traineau: "Mon cinéma", consacré à Chamonix justement.

Vous pourrez en savoir plus en consultant le bel album Lartigue en hiver d'Elisabeth Foch et Martine d'Astier de la Vigerie (Flammarion, 2002).

Vous y retrouverez en particulier le premier cliché du traîneau, en grand format cette fois, et les pages correspondantes du journal du jeune Lartigue.

Et bien d'autres choses encore, comme les yeux miraculeux de Michèle Morgan...

Lartigue fut aussi un fou de sport en général, cyclisme, automobile, et bien sûr aviation ce qui ne pouvait manquer de le rapprocher des Lesseps.


L'auto-portrait réalisé ci-dessus en 1930 donne la mesure de son talent, et les quelques photos que je vous présente achèveront j'espère de convaincre les plus récalcitrants.

D'ailleurs en voici d'autres:

http://monsieurphoto.free.fr/index.php?menu=1&Id=44&ss_menu=1


A sa mémoire, associons celle de sa dernière compagne, Florette Orméa, rencontrée en 1942 et épousée en 1945; elle est ici photographiée en 1944. Florette Lartigue est décédée en 2000.

http://terresdefemmes.blogs.com/mon_weblog/2006/09/12_septembre_19.html


Il y a plusieurs points communs entre Champagne et Lartigue. L'un est qu'ils ont tous deux changé de prénom, l'autre est que ce photographe devenu internationalement célèbre était aussi...un artiste peintre:

http://www.centre-atlantique-photographie.asso.fr/archives/lartigue.htm
http://www.mairie-le-cannet.fr/Culture/expos/J-H-Lartigue/index.htm
http://musee.ville-isle-adam.fr/index.php?p=8

Voici de fait un cliché de lui en 1920 à Cannes.


Pas de peinture sans couleur, me direz-vous, et  "Jacques Lartigue" fut certes surtout un adepte de la photo en noir et blanc, mais je vous propose tout de même aussi de lui ce cliché fleuri de l'île de
Ré en 1962.


Et si vous voulez une photo prémonitoire, voici toujours de Lartigue cette incroyable vue de New York en 1973.


Comme Champagne originaire de la région parisienne, Lartigue nous a tiré sa révérence à Nice, ou plutôt il y a pris un nouvel envol, et je me plais à imaginer qu'il est là, quelque part, autour de nous, et qu'"Henri" a entre autres ainsi pu retrouver "Hubert".

 






et J.J. CHAMPAGNE

pcc ARCHER

Partager cet article

Repost0
6 janvier 2007 6 06 /01 /janvier /2007 19:30


Très grande année à toutes et à tous. Je viens d'ajouter un message d'accueil à ce blog, message qui je suppose va venir agrémenter ou tout au moins situer le dernier article en date.

Je voudrais consacrer en tout cas ce premier post de 2007 à l'une des demeures de Julien Champagne, ce qui me paraît juste, tant dans sa recherche et par son art il s'est investi pour illustrer les logis des autres. Des autres, ou peut-être plus exactement de ses prochains...

J'ai déjà évoqué dans un article précédent cette année 1921 où Eugène Canseliet fit le portrait de Julien Champagne, à Arnouville-lès-Gonesse (Canseliet peint Julien Champagne, 5 février 2006).

J'y avais cité un des ouvrages de l'ami proche de Champagne, et disciple de Fulcanelli: L'alchimie expliquée sur ses textes classiques (Pauvert, 1972 et 1980):


"En souvenir de ces temps mémorables, nous espérons que l'amateur nous saura gré, que nous lui offrions le portrait de Julien Champagne, que nous fîmes à l'aquarelle, le 12 août 1921, alors qu'il habitait Arnouville-les-Gonesse, au lieu dit de L'Hermitage et,  par coïncidence, dans l'avenue Viollet-leDuc."

Hermitage selon les uns, Ermitage pour d'autres!

Voici donc une rare carte postale animée du début du XXème siècle, représentant l'avenue en question.

Comme déjà souligné, Canseliet précise dans son livre au dos de la planche qui reproduit son tableau: "Julien Champagne, tel qu'il était, lorsque nous allions ensemble, afin de nous installer, pour une aquarelle, aux environs de l'Ermitage d'Arnouville, en des lieux champêtres qui ont maintenant disparu."

Ont-ils totalement disparu, ces lieux champêtres, ou sont-ils simplement entrés en létargie? Précisons en tout cas qu'Arnouville est une commune limitrophe de celle de Villiers-le-Bel, que nous avons déjà rencontrée (Julien Champagne aux Charmettes, 1er novembre 2006).

Villiers où comme déjà relaté, les parents de Champagne vinrent s'installer en 1913, à la veille de la première guerre mondiale.

D'après Walter Grosse:

http://www.fulgrosse.com/article-2458824.html

Julien Champagne les y aurait rejoint en 1917, puis aurait habité Arnouville à compter de 1919.

Rappelons également (Julien Champagne au baromètre, 24 septembre 2006) que la tombe de notre artiste est présentement située à Arnouville, dans l'actuel département du Val d'Oise, c'est-à-dire dans le val ou dans la plaine de France.


pcc ARCHER

Partager cet article

Repost0
27 décembre 2006 3 27 /12 /décembre /2006 15:43


JLRA.Champagne

 

Il y a entre autres dans le livre co-signé par Eugène Canseliet et Robert Amadou: Le feu du soleil, Pauvert, 1978, une sorte de "scoop" que j'ai déjà mentionné (Julien Champagne en famille, 5 avril 2006), mais qui ne l'a été qu'en passant, me semble insuffisamment connu, et mérite donc d'être rappelé.

C'est Canseliet qui évoque M. Devaux, en précisant à Amadou qu'il ne voyait plus Fulcanelli en 1925:

"J'ai essayé de lui demander quelque chose pour Champagne dans une lettre que j'avais fait passer par M. Devaux."

Le renvoi correspondant à ce Devaux dans l'index bibliographique du même ouvrage, réalisé non par Eugène mais par Robert, porte la mention suivante:

"Devaux, secrétaire de Fulcanelli."

Or, il se trouve que ce Devaux, Gaston de son prénom, n'est autre que le beau-frère de Julien Champagne, et ceci du fait qu'il est l'époux de Renée, la soeur du peintre (Renée Devaux et Julien Champagne, 8 novembre 2006).

Notons d'emblée que si Champagne avait été Fulcanelli, il eût été saugrenu que Canseliet intercédât en sa faveur, de plus en faisant appel aux services d'un parent proche.


Peut-être en tout cas cette mention par Amadou du nom du secrétaire de Fulcanelli est-elle partiellement à l'origine de la rancune que lui tint Canseliet après la publication de ce livre.

En substance, Eugène a en son temps reproché à Robert de ne pas lui avoir soumis les épreuves du livre à paraître, en dépit des engagements passés, et aussi d'avoir ici ou là dénaturé ses propos.

Cette querelle transparaît nettement dans la deuxième édition des Deux Logis Alchimiques de Canseliet (Pauvert again, 1979), où dans un fulminant avant-propos le disciple de Fulcanelli s'en prend avec virulence à l'auteur principal du Feu du Soleil, à un point tel que Pauvert saisi par Amadou se verra dans l'obligation d'insérer un mot d'excuses.

Ce passage d'ailleurs ne figure pas dans la dernière en date des éditions des Deux Logis (Bailly, 1998, cf. Julien Champagne aux logis alchimiques, 19 août 2006).

C'est que Canseliet, à la mode polémique de ce temps, moins prude à certains égards que le notre, n'y va pas de main morte, y compris par delà son propos liminaire, puisqu'à propos de l'"envoi" de Pierre Dujols à Fulcanelli (Julien Champagne et le libraire du merveilleux, 19 avril 2006), il écrit suavement:

"Au reste, non plus que de la tourbe, fût-elle la plus feuilletée et la plus noire, que celle du polyporus igniarius, c'est-à-dire de l'amadou, l'alchimiste ne tirera et ne recueille jamais:

Le Vulcain du Soleil = VULCAN - ELI."

Là encore, relevons le fait qu'il serait tout de même un peu fort de café, comme dirait Eugène, que Dujols, comme Champagne fulcanellisable reconnu, se dédicace à lui-même une de ses  oeuvres.

Mais la mort étant passée par là, et nous ayant enlevé et Canseliet, et Amadou, oublions cette passe d'armes vengeresse et rendons tout de même hommage à Robert (1924-2006), homme d'incontestable talent, gnostique convaincu, et martiniste notoire, dans la ligne des Boucher et Ambelain:

http://jm.saliege.com/amadou1.htm
http://www.greguti.com/myblog/?p=67
http://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Amadou
http://www.metapsychique.org/Robert-Amadou.html

Je persiste à dire en particulier que son Anthologie littéraire de l'occultisme (avec Robert Kanters, Julliard, 1951) est et restera une vraie somme.


Revenons-en maintenant à Gaston Devaux, qui réapparait dans l'étude de Geneviève Dubois, Fulcanelli dévoilé (Dervy, 1992, 1996). Dubois nous confirme en fait son rôle d'intermédiaire, mais cette fois entre Champagne et Schwaller.

Je préfère vous citer in extenso ce passage à la fois substantiel et éclairant:

"Les lettres échangées, de même que les mensualités versées à Champagne, transitaient par le beau-frère de ce dernier, Gaston Devaux, qui vivait dans la Somme et faisait office de boîte aux lettres.

Eugène Canseliet dans le "Feu du Soleil" de Robert Amadou, présente Gaston Devaux comme "le secrétaire de Fulcanelli", qui possédait une bague identique à la sienne, avec un baphomet.

Bien après la mort du peintre Champagne, Canseliet continuera à se rendre dans la Somme chez les Devaux.

Gaston Devaux qui  décèdera en 1969, affirmait en 1952 que l'affaire Fulcanelli n'était qu'un canular, monté de toutes pièces.

Contrairement à l'opinion de ses descendants avec lesquels nous sommes entrés en relation, G. Devaux s'intéressait de très près à l'alchimie. "


D'après Walter Grosse:

http://www.fulgrosse.com/article-2937784.html

Gaston Devaux s'appelait en réalité Nicolas Arsène Gaston, et, né en 1881, serait presque un contemporain de Julien Champagne. Il aurait été mobilisé en 1915 et aurait perdu l'oeil droit à la guerre. Il portait un bandeau sur cet oeil.

Nicolas Arsène aurait lui-même eu une soeur, Marthe, née en 1886...

Il aurait eu la même profession que son épouse, institutrice, et fut donc comme nous dirions maintenant, un professeur des écoles. Il n'aurait jamais quitté la Somme mais n'aurait pas résidé à Amiens. A compter de 1925, selon Eugène Canseliet, il pourrait avoir vécu dans la proximité de Fulcanelli.

Walter Grosse, qui fait état de documents au sujet de Devaux, dont son acte de décès, émet l'hypothèse que la famille Devaux a préservé le patrimoine de Fulcanelli comme celui de Julien Champagne.

 

canselietdevaux.champagne




ARCHER

Partager cet article

Repost0