Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : JULIEN CHAMPAGNE
  • JULIEN CHAMPAGNE
  • : Site consacré à l'artiste français Julien Champagne (1877-1932), à sa vie et à ses oeuvres.
  • Contact

Profil

  • ARCHER
  • hermétiste
  • hermétiste


...consacré à l'artiste français Julien Champagne (1877-1932), à sa vie et à ses oeuvres.


Peintre et dessinateur, Julien Champagne est surtout connu de nos jours pour avoir illustré les ouvrages de Fulcanelli, un mystérieux alchimiste contemporain.

Et pourtant, il figure au Bénézit, la "Bible" internationale des créateurs. Et suivant son ami Eugène Canseliet, il fut bien un maître du pinceau et du crayon.

C'est à la découverte de cet artiste méconnu, mais profondément attachant, que je voudrais vous inviter. Je voudrais aussi vous demander de ne pas hésiter à enrichir mes articles de vos propres commentaires et de vos découvertes personnelles.

Bon voyage donc au pays légendaire de Julien Champagne.

Recherche

5 novembre 2011 6 05 /11 /novembre /2011 21:14

 chamuel1892.champagne

 

Julien Champagne (1877-1932) a-t-il personnellement connu Albert Poisson (1868-1893 ou -1894), dont il fut un lecteur assidu (notre article Albert Poisson et Julien Champagne)? Nous ne pouvons en être sûrs pour l'instant, même si tous deux ont eu leurs habitudes à la Librairie du Merveilleux de Chamuel (notre article Champagne et l'archange), puis de Dujols et Thomas, ces derniers étant pour le coup des proches de Champagne.

 

Dès 1892  en tout cas cette librairie nous a gratifié d'une Bibliographie de la science occulte, dont l'Atelier Empreinte de Rennes-leChâteau a eu la bonne idée, voici quelques mois, de proposer à la vente une réimpression récente.

http://www.atelier-empreinte.com/

 

Notre ami Bernardo me signale d'ailleurs ces jours-ci que cette bibliographie est disponible à la BNF (Gallica):

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65536s.r=Papus.langFR

 

Comme on pourra le vérifier aisément, la rubrique alchimie de ce catalogue est essentiellement occupée par un "auteur maison", Poisson en personne.

 

poissonchamuel1.champagne

 

poissontheories.champagne

 

On y retrouvera sans grande surprise ses principaux ouvrages alors à la vente, mais aussi des "brochures" encore non parues, et présentées comme étant sous presse (merci à Hélias de sa contribution aux illustrations).

 

La Lettre sur la magie de Roger Bacon, traduite et commentée par Albert, semble effectivement avoir été éditée en 1893 sous le titre de Lettre sur les prodiges de la nature et de l'art et sur la nullité de la magie.

 

Mais quid de cette autre brochure, cette fois de Poisson lui-même, intitulée tout bonnement Paris alchimique?

 

chamuelpoisson2.champagne 

 

chamuelpoisson3.champagne

 

lettreprodigespoisson.champagne

 

Reconnaissons en toute simplicité que nous ignorions jusqu'alors si cet essai, lointain prédécesseur de celui de Bernard Roger (Paris et l'alchimie, Alta, 1981), était ou non paru.

 

En fait il nous semblait que non, mais un autre de nos compagnons, Simplet en l'occurence, vient tout juste de le découvrir dans le numéro de février 1893 de la revue L'Initiation:

http://crptrad.aecoute.info/old/download.php?op=geninfo&did=266

http://www.martinismeoperatifquebec.org/monument.pdf

 

Qui plus est, il en existe aussi un manuscrit....

 

Wpoisson1.champagne

Dès 2006 l'Espagnol José Rodriguez Guerrero signalait l'existence d'un fonds Poisson à la Wellcome Library de Londres.

http://www.revistaazogue.com/expo1.htm

 

En 2009 le Britannique Adam McLean a entrepris d'en rendre public le détail.

http://www.alchemydiscussion.com/view_topic.php?id=276&forum_id=8

 

Ce fonds est désormais parfaitement identifié et il est accessible aux chercheurs.

 

Wpoisson2.champagne

 

Wpoisson3.champagne

On y trouve une bonne quinzaine de manuscrits, dont celui qui nous intéresse aujourd'hui:

http://archives.wellcome.ac.uk/DServe/dserve.exe?dsqIni=Dserve.ini&dsqApp=Archive&dsqDb=Catalog&dsqCmd=NaviTree.tcl&dsqField=RefNo&dsqItem=MS3930/3939#HERE

 

Ce manuscrit (3939) du début des années 1890 a pour titre Les monuments alchimiques de Paris. Signé de Philophotes, pseudonyme bien connu d'Albert Poisson, il se compose d'une vingtaine de feuillets qui constituent à mon avis une version plus ou moins aboutie du "Paris alchimique" évoqué ci-dessus.

 

Parmi les autres documents du fonds, mentionnons au passage l'intérêt de celui sur cette Société hermétique des Protylites (manuscrit 3941) que Poisson paraît avoir envisagé de mettre sur pied, toujours vers 1890.

 

Wpoisson4.champagne

 

La provenance du fonds Poisson de la Wellcome apparaît comme clairement établie: Il provient de la vente Sotheby's (1934) de la bibliothèque parisienne de Lionel Hauser (les manuscrits sont estampillés de son sceau L.H.).

http://archives.wellcome.ac.uk/DServe/dserve.exe?dsqIni=Dserve.ini&dsqApp=Archive&dsqDb=Catalog&dsqCmd=show.tcl&dsqSearch=%28RefNo==%27MS3930%2F3939%27%29

 

Féru d'hermétisme, ce banquier fut un ami et probablement un mécène d'Eugène Canseliet. Il passe également pour avoir été un agent d'affaires de l'écrivain Marcel Proust.

 

Wpoisson5.champagne

 

Dans ses Monuments alchimiques, Albert insiste beaucoup, naturellement, sur ceux dûs à son cher Flamel. Il n'en demeure pas moins qu'on y trouve également la cathédrale Notre-Dame de Paris, dans la lignée de Laborde, Montluisant, Cambriel et autres, mais aussi la Sainte Chapelle.

 

Nous avons donc affaire avec ce texte à un véritable précuseur du Mystère des Cathédrales, et même des Demeures Philosophales, bref à une sorte de prélude à l'oeuvre de Fulcanelli, d'autant que Poisson n'hésite pas à s'écarter sur un feuillet de son propos parisien, en mentionnant de façon laconique l'hôtel Jacques Coeur de Bourges et une "méson" montepellieraine d'Arnaud de Villeneuve.

 

Il est vrai que Fulcanelli lui-même reprendra (aussi?) à son compte d'autres études modernes antérieures à son oeuvre et centrées cette fois sur des monuments non français, telles celles de Jacob et Haatan sur le poële alchimique suisse de Winterthur (1896 et 1902). Son disciple Canseliet fera plus tard de même, tout en la critiquant, avec celle, "inestimable"  de Pietro Bornia sur la porte hermétique de la villa romaine Palombara, parue en 1895 dans la revue L'Initiation de ce "bon Papus" à qui Chamuel confia la direction de la bibliographie mentionnée au début de cet article, que nous ouvert sous l'égide décidément propice de La Librairie du Merveilleux.

 

poissonhistoire.champagne

 

parischartresreims.champagne

 

ARCHER

Partager cet article

Repost 0
Published by ARCHER - dans archer
commenter cet article

commentaires

ARCHER 25/01/2013 14:16


Du nouveau en 2013 sur Albert Poisson? Peut-être:


http://lapierrephilosophale.free.fr/lapierrephilosophale/page17.html

Walter GROSSE 25/11/2011 12:13


Cher ami,


Antoine Léon Albert POISSON, né à Paris 2e le 25 septembre 1868 à 6h00 (du matin), rue St. Denis, 303, fils d'Etienne Léon POISSON (artisan de la tabletterie, né à Labastide de Besplas, Ariège,
le 7 mars 1838) et de Anne GARDY (couturière, née à Montmarin, Puy-de-Dôme, le 27 janvier 1832), est décédé à Paris 2e le 27 juin 1894 au 209 rue St. Denis, comme étudiant
célibataire.

Les parents de Albert POISSON se sont mariés à Paris 2e le 15 décembe 1866.

ARCHER 25/11/2011 16:38



Cher ami,


Merci de ces précisions sur un alchimiste encore largement méconnu et même sous-estimé, dont rien ne dit qu'il n'ait pas connu Julien Champagne.


Et dont au contraire tout nous dit désormais qu'il fut un précurseur de Fulcanelli.


A.


 



Carl Lavoie 07/11/2011 05:11



Bon, parmi les tombes et sépultures de Notre-Dame de Paris , dans la
‘Chapelle Sainte-Clotilde’ : Dalle funéraire du chanoine Etienne Yver († 1468).


 


Guilhermy en donne un dessin d’une assez
grande clarté à la page 32, suivi d’une description aux pages 33-38 :


 


« Saint Jean est placé à la tête
du tombeau,  […] sa main droite tient un calice, à pied polygone et coupe hémisphérique, d’où surgissent deux têtes de
couleuvres. »


 


 



http://books.google.ca/books?id=hFwvAAAAMAAJ&pg=PA799&lpg=PA799&dq=Etienne+Yver+chanoine&source=bl&ots=BCsGRxWbwg&sig=zzBbOGbA3zwMXgBTkPewmTwB0P0&hl=en&ei=GlC3TrWkLKrk0QGI15XSBw&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=8&ved=0CFUQ6AEwBw#v=onepage&q=Etienne%20Yver%20chanoine&f=false


 


 


Fisquet (pp. XLV-XLVI) donne une traduction de l’épitaphe :


 


 ‘…oportet enim
corruptibile hoc induere incorruptionem, et mortale hoc induere immortalitatem.’


 


« …car il faut que le corps corruptible devienne incorruptible
et que, comme il était mortel, il soit revêtu de l’immortalité. »


 


 



http://books.google.ca/books?id=OHpDxP9dpX0C&pg=PR46&lpg=PR46&dq=Etienne+Yver+chanoine&source=bl&ots=yiS1BwM2Pi&sig=QYOklyj0WjhJ5t0KRjoMxVHmfGY&hl=en&ei=GlC3TrWkLKrk0QGI15XSBw&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=10&ved=0CF4Q6AEwCQ#v=onepage&q=Etienne%20Yver%20chanoine&f=false


 


.



s 08/11/2011 20:10



Carl merci pour ces commentaires et pour les précisions apportées sur la dalle funéraire du chanoine Etienne Yver.


 


Je vous en propose quant à moi une photo:


http://www.insecula.com/oeuvre/photo_ME0000013349.html


 


Comme vous l'avez bien vu, le dossier Poisson de Wellcome stipule (à juste titre) l'existence d'un dessin de cette dalle visible à Notre Dame de Paris.


 


Hélas notre Albert n'a pas au cas particulier eu le coup de crayon d'un Julien Champagne. Mais il a bien fourni une interprétation alchimique de ce monument.


 


On pourra en prendre connaissance dans le texte imprimé de Philophotes, puisque grâce à Simplet, nous savons désormais qu'il est paru dans le numéro de février 1893 de la revue L'Initiation:


http://crptrad.aecoute.info/old/download.php?op=geninfo&did=266


 


Cet article ne reprend pas le dessin de Poisson, mais on y trouvera son interprétation du symbolisme du tombeau d'Etienne Yver.


 



Filostène 06/11/2011 10:45



Le prolongement de vos informations concernant Albert Poisson Rémi Pierret, un groupe déjà ancien de chercheurs s'intéressant à l'alchimie ou à sa symbolique au sein des cathédrales, se trouve
effectivement bien à cette époque où fleurit l'occultisme autour de Papus.


Mais c'est dans le milieu proche des Charbonneau Lassay et des Monnier (s) et donc de Paray-le-Monial (Christ-Roi) que l'on trouve la piste des premiers chapitres du Mystère des
Cathédrales. 


Dorénavant, il sera établi que ce livre était déjà en préparation fin des années 1890, et que l'auteur pensait à faire tenir la plume par un jeune écrivain alors à l'aube de son oeuvre.


Richard Khaitzine prendra la balle au bond et la connaissance approfondie qu'il a de cet écrivain me permet de m'arrêter là. Pour le moment.


Juste pour rappeler que c'est encore Eugène Canseliet qui a clairement balisé cette piste dans sa fameuse Légende Liminaire à la deuxième édition des Deux Logis Alchimiques (1979).


Autre chose : la promenade suggérée est royale, comme son prix, mais le moment dans l'année aurait pu être plus propice.... Quoiqu'il en soit, que les initiateurs en soient remerciés, les
participants seront gâtés ! Je les envie.


 


Merci encore à vous Archer, qui tenez haut les chemins de la Champagne ardente.



ARCHER 07/11/2011 19:39



Filostène, merci de ce commentaire. En relisant grâce à vous la légende liminaire de la seconde édition des Deux logis alchimiques d'Eugène Canseliet, j'ai cru pouvoir déduire de votre propos que
vous nous renvoyez surtout in fine à la personne et à l'oeuvre de Raymond Roussel.


 


Nous avons évoqué ce point ici même (voyez en particulier l'article Champagne et l'écheveau du cas Roussel) et nous savons bien, par exemple, que selon Eugène Canseliet lui-même, RR fut un
"proche" et de Fulcanelli et de...Julien Champagne.


 


Vous paraissez estimer que l'influence de Monnier (dont Nicodème avance l'idée qu'il fut le maître secret de Fulcanelli), et du cercle de Paray-le-Monial peut être trouvée dans une partie de
l'oeuvre fulcanellienne.


 


C'est une piste très intéressante, sans nul doute, dont nous attendons donc la concrétisation à terme.


 


Enfin, je trouve effectivement sympathique la démarche de Patrick Burensteinas et Richard Khaitzine, qui proposent (comme annoncé en image à la fin de ce pensum mensuel) une approche hermétique
et alchimique du monde secret des cathédrales françaises, début décembre 2011.


 


Tous deux sont non seulement des écrivains et conférenciers de talent, mais aussi des hermétistes de valeur.


 


Leur démarche dans cette affaire va à mon avis dans le sens que nous ont indiqué et Fulcanelli, et Champagne, et Canseliet, et je crois qu'il faut de fait s'en réjouir.


 


Si Fulcanelli et son illustrateur ont abondamment traité de Paris, il n'en est pas de même de Chartres (une seule illustration) et encore moins de Reims (une illustration, mais pas sur la
cathédrale): Voir mes articles sur Chartres et Reims.


 


Ce périple est donc non seulement prometteur, mais pourrait être aussi novateur.


 


Amitiés.



Carl Lavoie 06/11/2011 06:01



.


“Les monuments alchimiques de Paris. L'unité de la matière. Author's holograph MSS. The first work contains a rough pen-drawing of the tomb of Étienne Yves 1467
in Nôtre Dame de Paris.”


 


 


Qu’en est-il de ce tombeau
d’Étienne Yves dans la cathédrale, pour avoir ainsi capté l’attention d’Albert Poisson au point qu’il en réalise un croquis pour son étude sur Les monuments alchimiques ?


 


-C.


.