Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : JULIEN CHAMPAGNE
  • JULIEN CHAMPAGNE
  • : Site consacré à l'artiste français Julien Champagne (1877-1932), à sa vie et à ses oeuvres.
  • Contact

Profil

  • ARCHER
  • hermétiste
  • hermétiste


...consacré à l'artiste français Julien Champagne (1877-1932), à sa vie et à ses oeuvres.


Peintre et dessinateur, Julien Champagne est surtout connu de nos jours pour avoir illustré les ouvrages de Fulcanelli, un mystérieux alchimiste contemporain.

Et pourtant, il figure au Bénézit, la "Bible" internationale des créateurs. Et suivant son ami Eugène Canseliet, il fut bien un maître du pinceau et du crayon.

C'est à la découverte de cet artiste méconnu, mais profondément attachant, que je voudrais vous inviter. Je voudrais aussi vous demander de ne pas hésiter à enrichir mes articles de vos propres commentaires et de vos découvertes personnelles.

Bon voyage donc au pays légendaire de Julien Champagne.

Recherche

23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 19:24

 

mariecelineaudigane.champagne

 

Saint Clément nous vienne en aide, car il est temps d'approfondir quelque peu la relation nouée entre Julien Champagne et le couple Vulliaud.

 

"Hubert" fut-il plus proche encore de Madame que de Monsieur, comme il semble que ce fut le cas avec une autre paire d'amis, les Dujols?

 

A propos de ces derniers nous avons quoiqu'il en soit relevé les fait qu'ils étaient également amis des Vulliaud:

 

http://www.archerjulienchampagne.com/article-2491324.html

 

Je crois bien que c'est Geneviève Dubois qui dans son Fulcanelli dévoilé (1992) avait noté: "Le salon des Dujols est fréquenté par des personnes appartenant au monde de l'ésotérisme. Parmi elles, le kabbaliste réputé, vieux camarade de Pierre Dujols, Paul Vulliaud, dont l'intérêt pour la cabale hermétique est considérable."

 

PV1924.champagne

 

Or en 1913 Julien Champagne nous révèle que Madame Vulliaud,"femme de l'occultiste bien connu", a été sollicitée par lui pour traduire de l'anglais le traité alchimique dit Manuscrit Yardley:

 

http://www.archerjulienchampagne.com/article-25758488.html

 

Dans son Esotérisme, occultisme, franc-maçonnerie et christianisme aux XIXe et XXe siècles (NEL,1981, réédition Lanore, 2008), Marie-France James a consacré une notice bio-bibliographique à Paul Vulliaud (1875-1950) où figurent plusieurs notations intéressantes, comme son inscription à l'Ecole des Beaux-Arts de Paris, ou des fréquentations comme François Jollivet-Castelot et plus tard le docteur Henri Hunwald.

 

Et elle ajoute: "A Paris il fait la connaissance de mademoiselle Annie O'Sullivan, d'origine irlandaise, qu'il épousera après plusieurs années de vie commune. Pour assurer leur subsistance, il est commis à la librairie Emile Nourry." James reconnaît honnêtement que ses renseignements inédits à l'époque lui ont été fournis par François Secret.

 

Ce dernier a lui-même, en 1987, rédigé sur Paul Vulliaud une notice encore plus étoffée, à l'occasion de la parution d'un manuscrit de ce dernier, Histoires et portraits de Rose-Croix.

 

Il y précise en particulier qu'Annie Vulliaud, née O'Sullivan (1879-1951) était la soeur du ténor John O'Sullivan, "tous deux venus en France avec leurs parents en 1895." Comme son mari, Annie, qui passe aussi parfois pour avoir été la fille du ténor favori de James Joyce, a longuement travaillé chez Nourry. Sa forte personnalité lui avait valu le surnom de "la Queen", Paul se contentant du titre, enviable cependant, de "Rabbin."

 

François se fait aussi l'écho du fait que Paul a souvent rendu un hommage public à sa femme, lui dédiant par exemple tel sénaire sur Scot Erigène: "A ma femme. Les princes de la race O'Sullivan ont peut-être entendu la voix de Scot l'Irlandais, je vous dédie amoureusement un humble écho de cette voix."

 

Parmi les articles peu connus de Vulliaud, Secret mentionne un Paracelse (1909), et en 1912 Quelques mots sur l'alchimie, ainsi que Le mystère satirique des cathédrales (ce dernier paru dans la Revue des nations: "R. Malye était un ami de P. Vulliaud.")

 

Rermerciant enfin "Jacques O'Sullivan, artiste lyrique", pour la documentation fournie, il rappelle que la riche bibliothèque de Paul a rejoint le fonds Vulliaud de l'Alliance israélite universelle.

 

Finalement je relève dans les notes fournies dans le même volume par Jean-Pierre Laurant que Milosz a, en 1928, dédié un article sur les chants populaires de Lithuanie "à mes chers amis Mr et Mme P. Vulliaud."

 

osullivan-beare-coat-of-arms-family crest.champagne

 

 

PVarchè.champagne

 

Sans doute nous faut-il noter également que Paul Vulliaud est mentionné par Eugène Canseliet dans deux de ses ouvrages:

 

L'Alchimie et son livre muet (1967): "C'est à Emile Nourry que nous proposâmes et que nous confiâmes en lecture au début de l'an 1925 le manuscrit du Mystère des cathédrales, auquel il préféra la dactylographie du très honnête et savant Paul Vulliaud, consacrée à Joseph de Maistre."

 

Deux logis alchimiques (1979): "Ce ne fut pas absolument par hasard que nous entrâmes dans la librairie de Jean Schemit, et que tout de suite nous y fûmes aussi bien accueilli. La visite nous avait été conseillée par le bibliopole Emile Nourry, qui se trouvait alors très occupé de Paul Vulliaud."

 

Rappelons que Canseliet ajoute aussitôt: "Or, que Jean Schemit eût connu Fulcanelli, nous en eûmes toujours le sentiment tenace et singulier dont nous ne cherchâmes jamais à recevoir l'inutile confirmation."

 

EC2010.champagne

 

A propos de Canseliet justement, saluons comme il convient la parution en 2010 du second volume de la réunion de ses articles, à nouveau présentée par sa petite fille Sylvaine Canseliet.

 

On y trouvera nombre de textes publiés notamment en Atlantis, pas toujours accessibles aux jeunes chercheurs, et bien sûr mesdames aux jeunes chercheuses. Ces écrits toujours très riches par eux-mêmes s'adornent en outre d'un "superbe manteau" d'illustrations choisies, dont par exemple celle de la quatrième de couverture, qui nous présente une Alchimie en majesté, magnifique vitrail issu non pas de la cathédrale de Paris mais de celle de Laon.

 

Deux des capitales de la France se trouvent ainsi placées sous la bienveillante houlette de Notre Dame la Science, et l'on pourra également vérifier à nouveau, à cette occasion, l'unicité du symbolisme hermétique d'une basilique à l'autre, comme cela a été maintes fois souligné par Fulcanelli et son unique disciple (Sylvaine dixit) Eugène Canseliet.

 

laonrosenord.champagne

 

Dans son Anthologie de la littérature occultiste (XIXe et XXe siècles français), qui vient de son côté d'être publiée par les éditions Delphica (L'Age d'Homme), Emmanuel Dufour-Kowalski considère pour sa part Canseliet comme "une des lumières contemporaines de l'alchimie."

 

Et de promettre à ses lecteurs que Julien Champagne, Eugène Canseliet mais aussi Fulcanelli ne seront pas négligés dans son ouvrage. Il me semble bien qu'il tient parole, et même qu'on y trouve nombre de protagonistes de ce blog, que je vous laisse le plaisir de découvrir ou de redécouvrir.

 

Enfin signalons l'apparition d'une nouvelle maison d'édition, La Pierre Philosophale, qui offre à la souscription un certain nombre de livres à paraître autour de "l'énigme Fulcanelli" et de l'alchimie:

 

http://lapierrephilosophale.free.fr/lapierrephilosophale/index.html

 

Jonathan Wolstenholme.champagne

 

 

ARCHER

Partager cet article

Repost 0
Published by ARCHER - dans archer
commenter cet article

commentaires

Artgauth 04/08/2011 04:52



On notera que René Guénon utilisa M. Paul Vulliaud et sa "Kabbale juive" comme référence dans presque tous ses ouvrages. Il est très probable que ce petit monde se connaissait de près ou
de loin. Mais l'antagonisme Guénon/Canseliet et l'affinité Guénon/Vulliaud me font douter d'un lien entre Fulcanelli et Vulliaud, à part comme coincidence...



ARCHER 05/08/2011 00:37



Oui, Artgauth, René Guénon malgré la pertinence de certaines de ses réflexions sur l'ésotérisme oriental, mais aussi occidental, a toujours observé une certaine distance par rapport à l'alchimie,
dont la philosophie d'ensemble pourrait lui avoir été passablement étrangère.


 


Son aversion pour Fulcanelli, en particulier, était notoire. Mais s'agissant de Vulliaud (et non plus de Guénon), je ne touve pas qu'on puisse qualifier de pure coïncidence le fait que Julien
Champagne (et non Fulcanelli) ait été assez proche de son épouse pour lui demander de l'aider à traduire un traité d'alchimie.



Bernard Fortin 01/08/2011 20:13



D'accord. J'ai l'image, tu as mon mail.


J'ai même une seconde image qui irait normalement à la page 190 du même ouvrage et qui apparaissait pourtant dans l'article utilisé par Sylvaine. Je te l'enverrai également.


À+


b.



ARCHER 05/08/2011 00:14



Voici comme prévu les liens vers les deux clichés proposés par Bernard Fortin, que nous remercions  encore.


 


http://ddata.over-blog.com/0/23/43/31/Adam-et--eve-Venise.jpg


http://ddata.over-blog.com/0/23/43/31/Monogramme-atlant--en.jpg


 



Bernard Fortin 01/08/2011 19:08



Y remédier?


Est-ce que cela signifie que mon image ne s'est pas rendue jusqu'à toi?



ARCHER 01/08/2011 19:38



Exactement. Si tu n'as pas de solution directe de ton côté, dis le, on tentera une approche indirecte.


A ce moment là, utilise la rubrique contact en bas des articles, on procèdera si tu es d'accord par mail privé.


L'idée est de me contacter, puis on te répond, ensuite tu envoies ton document en pièce jointe, puis on se débrouille ici pour l'ajouter en commentaire. Et le tour serait joué.


 


 



Bernard Fortin 01/08/2011 18:07



À la page 168 du second livre de Sylvaine Canseliet consacré à son grand-père, il est fait mention d'un ancien bandeau-frontispice autrefois utilisé en Atlantis. Le voici.


En toute amitié



ARCHER 01/08/2011 18:21



Merci Bernard Fortin, mais sauf erreur ce bandeau n'apparaît pas sur le blog. Pourriez vous y remédier?


Amitiés,