Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : JULIEN CHAMPAGNE
  • JULIEN CHAMPAGNE
  • : Site consacré à l'artiste français Julien Champagne (1877-1932), à sa vie et à ses oeuvres.
  • Contact

Profil

  • ARCHER
  • hermétiste
  • hermétiste


...consacré à l'artiste français Julien Champagne (1877-1932), à sa vie et à ses oeuvres.


Peintre et dessinateur, Julien Champagne est surtout connu de nos jours pour avoir illustré les ouvrages de Fulcanelli, un mystérieux alchimiste contemporain.

Et pourtant, il figure au Bénézit, la "Bible" internationale des créateurs. Et suivant son ami Eugène Canseliet, il fut bien un maître du pinceau et du crayon.

C'est à la découverte de cet artiste méconnu, mais profondément attachant, que je voudrais vous inviter. Je voudrais aussi vous demander de ne pas hésiter à enrichir mes articles de vos propres commentaires et de vos découvertes personnelles.

Bon voyage donc au pays légendaire de Julien Champagne.

Recherche

2 juillet 2007 1 02 /07 /juillet /2007 11:18




Il y a autour de Julien Champagne, il faut bien le dire, beaucoup de personnes liées à la société Poulenc Frères.

Comme Walter Grosse a déjà consacré à cette entreprise devenue par la suite Rhone Poulenc un article documenté, je ne vais certes pas vous en infliger une nouvelle mouture:

http://www.fulgrosse.com/article-2427770.html

Il n'est pas sans intérêt, cependant, de noter que la firme en question, pharmaceutique au départ, a ensuite englobé dans ses activités d'autres secteurs, notamment ceux de la chimie et de l'agrochimie:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Rh%C3%B4ne-Poulenc

Aujourd'hui, ses savoir-faire et ses parts de marché sont détenus respectivement par Sanofi Aventis, Rhodia et Bayer. Nous avons donc affaire ici à un grand groupe économique.


La Poulenc Frères avait été créée sous ce nom vers 1895-1900, les sources d'information à ce sujet n'étant pas concordantes, par les fils ou les neveux du pharmacien Etienne Poulenc (1825-1878), Camille (1864-1942), Emile (1855-1917) et Gaston (1852-1948).

http://www.ac-grenoble.fr/risqmaj/realisations/38/pompidou/2000/historiq.htm

Comme nous le montre le premier cliché de cet article, les frères Poulenc ont en fait assez rapidement diversifié leurs activités, des produits chimiques aux appareils de laboratoire et autres instruments de précision.

Il n'est peut-être pas sans intérêt également de noter leur attirance  pour la photographie, qui reste encore de nos jours connue d'un certain nombre d'amateurs.


Mais le plus connu des Poulenc reste sans conteste Francis (1899-1963), fils d'un des fondateurs de la Poulenc Frères, vraisemblablement Emile, puiqu'il perdit son père très tôt.

Aucun rapport pour le coup avec l'alchimie, pourrait-on penser. Pas sûr. Ce célébrissime compositeur fut un ami des poètes Apollinaire, Eluard...

http://www.37-online.net/histoire/personnes/poulenc.html

Eluard dont une maîtresse passe pour avoir été le modèle du tableau de Julien Champagne: Le Vaisseau du Grand OEuvre. Louise ou Margerite Barbe, elle-même alchimiste, travailla pour les Poulenc (première employée Poulenc).

http://www.archerjulienchampagne.com/article-1855487.html


Sur les poèmes d'Apollinaire, Poulenc créa ainsi les mélodies du Bestaire (1918) et des Calligrammes (1948). Et sur ceux d'Eluard, les airs de Tel jour, telle nuit (1937) et du...Travail du peintre (1953).

Elevé religieusement, il s'éloigna un temps de l'Eglise, probablement sous l'influence d'une maman agnostique, mais s'en rapprocha sur le tard, ce qui nous valut entre autres ses Litanies à la Vierge noire de Rocamadour (1936).


Enfin, outre ses Miroirs brûlants (1938), son opéra bouffe des Mamelles de Tirésias (1947) porte pour le moins un titre aux connotations non seulement apollinariennes, mais aussi alchimiques.

Quand on veut bien se souvenir qu'au sein du groupe des six dont il fit partie nous trouvons un Erik Satie, proche de Joséphin Péladan, et comme Poulenc de Jean Cocteau, il devient incontestable, finalement que Francis a dû baigner dans le milieu ésotérique du début du XXème siècle.




Mais pour en revenir à la Poulenc Frères proprement dite, elle est présente dans un événement majeur de la vie de Julien Champagne, celui de la transmutation de Sarcelles en 1922:

http://www.archerjulienchampagne.com/article-1851159.html

A cette transmutation, opérée par Eugène Canseliet sous la direction de Fulcanelli, assistent en effet, outre Julien Champagne, un certain Gaston Sauvage (deuxième employé Poulenc).

De ce dernier, on sait peu de chose, en dehors de ses liens avec Champagne, sinon qu'il était chimiste à la Poulenc Frères, et plus précisément selon Walter Grosse agrochimiste.

http://www.archerjulienchampagne.com/article-3239739-6.html

Walter a écrit au détenteur actuel des archives Poulenc; curieusement, il ne s'y trouverait aucune mention d'un quelconque Gaston Sauvage. C'est en tout cas ce qu'il s'est vu répondre aux dernières nouvelles.


Champagne fut un proche de Gaston Sauvage, lui-même ami d'une autre de ses relations, Jules Boucher, également employé Poulenc (troisième employé Poulenc):

http://www.archerjulienchampagne.com/article-1868575.html

Boucher (alias J.B.) à la mort de Julien (1932) "hérita" d'un certain nombre de documents et plus généralement de biens ayant appartenu à Champagne.

C'est ainsi qu'il se trouva en possession d'un livre de Stanislas de Guaïta (Le Serpent de la Genèse) dont un chapitre (Magie des Transmutations) fut annoté par Champagne, certaines notes étant en outre signées Fulcanelli:

http://www.archerjulienchampagne.com/article-5348400-6.html
http://www.archerjulienchampagne.com/article-5977594-6.html

A la mort de Boucher (1955), cet ouvrage  fut recueilli par Gaston Sauvage, lequel vivait encore en 1964 selon Eugène Canseliet.

D'après le libraire parisien qui vient de vendre ce livre, il comporte désormais un bristol explicatif de la main de Gaston Sauvage.


Dans son entretien sur Fulcanelli avec Guy Bechtel, Canseliet confirme et précise en 1974 à propos de Gaston Sauvage: "Il travaillait chez Poulenc, où il a découvert le Stovarsol, un médicament contre la syphilis."

A propos de la transmutation de Sarcelles, il affirme que Sauvage n'a jamais parlé. "Il avait reçu ce qu'il faut pour cela."

Curieusement, le Stovarsol semble avoir été "inventé" en ou vers 1922. Mais je n'ai pas trouvé jusqu'alors à son propos la moindre trace de Gaston Sauvage...


Suivant certaines sources ce médicament dérivé de l'arsenic serait le résultat des travaux du pharmacien Ernest Fourneau (1872-1949), au nom prédestiné et qui travailla pour la Poulenc Frères:

http://www.pasteur.fr/infosci/archives/fur0.html

D'après d'autres informations, il aurait été mis au point par une collaboratrice de Fourneau, Thérèse Boyer (1892-1978), ingénieur chimiste de son état et qui épousa précisément à cette époque Jacques Tréfouël (1897-1977), églement chimiste et  pour qui elle oeuvrait.

http://www.pasteur.fr/infosci/archives/trf0.html
http://www.pasteur.fr/infosci/archives/trt0.html

http://www.biam2.org/www/Sub509.html


Dans son entretien cité ci-dessus avec Bechtel, et dont nous ne possédons bien entendu que la relation de ce dernier, Canseliet a encore fait une étrange déclaration à propos de Sauvage:

"C'était un grand ami de Rouhier, dans la chambre duquel j'ai ensuite installé mon laboratoire." De Rouhier et comme ce dernier et Boucher de Champagne, puisque tous firent partie de la confrérie initiatique du Grand Lunaire:

http://www.archerjulienchampagne.com/article-3112353.html

Alexandre Rouhier était pharmacologue de profession. Je me suis laissé dire qu'en fait sa thèse sur les plantes hallucinogènes d'Amérique du Sud avait été financée par...Poulenc (quatrième employé Poulenc). De même source on m'indique aussi que l'alchimiste Henri Coton, autre relation de Julien Champagne fut également employé par la même firme (cinquième employé Poulenc).

http://www.archerjulienchampagne.com/article-3552044-6.html

Comme il n'y a pas de hasard, le sixième employé Poulenc sur lequel je m'en vais maintenant achever ma petite démonstration, et qui est comme Barbe une employée, est bien plus proche encore de notre artiste.

Souvenez-vous, Sauvage et Boucher probablement aussi furent présentés à Champagne par une de ses cousines, qui travaillait chez Poulenc.

D'après un certain J.B., cette cousine s'appelait en fait Marguerite de Saint-Acheul, et était employée comme chimiste et comme Jules Boucher lui-même, aux usines chimiques Poulenc de Vitry-sur-Seine, dans les années 1922-1925:

http://www.archerjulienchampagne.com/article-2357896.html

Julien Champagne se trouve donc bien, quelque part, "en famille" chez les Poulenc.


ARCHER

Partager cet article

Repost 0
Published by ARCHER - dans archer
commenter cet article

commentaires

pégorier laurent 05/02/2010 08:59


bonjour,
je vous remercie pour la diligence de votre réponse. Je désire obtenir une copie de cet entretient et je vais donc prendre contact avec cette bibliothèque néerlandaise. D'autre part, au sujet de ce
fameux ouvrage de Stanislas de Guaïta annoté par Fulcanelli et dont Jules Boucher aurait "hérité" après le décès de Champagne, connaissez-vous le libraire parisien qui l'aurait récemment
vendu? S'agit-il de votre ami le Propriétaire de la librairie "l'Intersigne".
cordialement
laurent


ARCHER 05/02/2010 12:44


Je ne pense pas pouvoir répondre directement à votre nouvelle question. Voyez Alain Marchiset.

Cordialement


pégorier laurent 04/02/2010 10:53


bonjour,
je suis avec beaucoup d'intérêt votre blog et je souhaiterais obtenir une précision concernant une de vos sources d'informatio. Vous citez un entretien qui eut lieu entre Guy Bechtel et Eugène
Canseliet en 1974 et qui n'existerait, selon Genevière Dubois, qu'en 2 exemplaires, dont un se trouverait en Hollande. Savez-vous où se trouverait le second exemplaire de cet entretien? Je n'ai pas
réussi à le localiser dans une bibliothèque publique en France, peut- être est-il dans une bibliothèque privée comme en Hollande.
cordialement
laurent


ARCHER 04/02/2010 15:14


Bonjour Laurent

Votre question est intéressante mais il est difficile d'y répondre, aussi pardonnez-moi si ma réponse vous semble imparfaite.

Guy Bechtel est heureusement toujours de ce monde à ma connaissance, même si dernièrement on m'a dit qu'il était fatigué. Une partie de son entretien avec Eugène Canseliet se trouve sans son
ouvrage sur Les grands livres mystérieux.

S'agissant de la totalité de cet entretien je peux vous préciser qu'il a vendu une partie au moins de sa bibliothèque et que dans le catalogue de cette vente figure l'opuscule en question.

Cet opuscule se trouve également à la bibliothèque néerlandaise de philosophie hermétique d'Amsterdam, où à ma connaissance on peut le consulter sans trop de difficulté.

Enfin, je peux vous indiquer le nom d'un libraire parisien qui est (avec votre serviteur) un de ceux qui sont le mieux informés sur le sujet qui vous occupe: Alain Marchiset, de L'intersigne.

Cordialement


Thierry Fourneau 01/01/2010 21:49


Il serait souhaitable que vous en finissiez avec les publications absurdes, erronées et confuses qui paraissent ici sur Fourneau et sur les médicaments en "stove", Stovarsol et Stovaïne. Fourneau
est l'inventeur de la Stovaïne et du Stovarsol (le Salvarsan d'Ehrlich n'est pas le Stovarsol !) Les noms déposés de ces deux molécules, découvertes, j'insiste, par Fourneau, la première chez les
Frères Poulenc, la seconde à l'Institut Pasteur, la première en 1903 et la seconde en 1921, ont été donnés par leur auteur selon la racine anglaise de son propre nom !!!!! Le reste est verbiage.
Consultez attentivement le site Ernest Fourneau sur Wikipedia et les références qu'on y trouve. Il n'y a pas à discuter les points en question. Et, je vous en prie, effacez les propos étranges
qu'on lit ici sur ce sujet. Il faut se renseigner avec soin avant de transmettre de soi-disant informations. Merci d'avance et cordialement. Th. Fourneau


ARCHER 01/01/2010 22:56


Monsieur Fourneau

Toutes les opinions sont respectables en elles mêmes pouvu qu'elles ne soient pas diffamatoires.

La votre y compris, naturellement. Je note que vous ne nous fournissez comme référence à vos nouveaux propos que Wikipedia.

Ce n'est pas rien, évidemment, mais vous n'apportez rien de neuf au débat à mon avis personnel.

Quant à supprimer à votre demande toute contribution que ce soit, "étrange" ou pas, chacun comprendra qu'il ne peut en être question.

Profitons en pour préciser qu'en tant qu'administrateur de ce blog je n'hésite pas, si cela me semble nécessaire, à corriger certains de mes articles ou effacer des commentaires que je considère
comme inutiles ou nuisibles.

Je vous répète donc que dans cette affaire c'est moins Ernest Fourneau qui nous importe, ne vous en déplaise, que Gaston Sauvage.

Donc si vous vouliez bien nous dire si oui ou non vous savez quelque chose de ce dernier, nous ne pourrions que vous en être très reconnaissants.

Cordialement


Fulgrosse 16/11/2009 01:45



J'ai découvert que le Dr. Camille SAUVAGE est né vers 1874 à Aigre (Charente), fils de Jean Elie SAUVAGE et qu'il est décédé dans son domicilie, 47, rue Pierre Charron, à Paris 8ème, le 24
janvier 1918 âgé de 44 ans...

Toutefois, il nous manque savoir si son père, Jean Elie SAUVAGE, avait, en effet, quelque parenté avec Jean Guillaume SAUVAGE, le père du chimiste Gaston SAUVAGE !

En outre, j'ai découvert un frère du chimiste Gaston SAUVAGE, Georges SAUVAGE (1887-1983), ainsi qu'un neveu, Roger SAUVAGE (1925-1966). Je pense qu'il existe encore aujourd'hui plus de
descendants qui peuvent savoir un peu plus sur notre chimiste Gaston SAUVAGE...

Cordialement, Fulgrosse



ARCHER 18/11/2009 19:42


En effet, Fulgrosse, et un grand merci pour ces précisions. S'agissant de Gaston Sauvage, un point curieux me semble mériter d'être relevé, que je livre avec précaution et sans vouloir à ce stade
l'interpréter.

Il semble bien qu'il ait "hérité" du livre de Stanislas de Guaita annoté par Julien Champagne, et qui était "passé" de ce dernier à Jules Boucher.

On sait que ce dernier prenait Julien Champagne pour Fulcanelli, pour les raisons que l'on connaît.

Mais Gaston Sauvage ayant présumément assisté à la transmutation de Sarcelles (1922) en présence de Fulcanelli, Julien Champagne et Eugène Canseliet ne pouvait pas normalement confondre Champagne
et Fulcanelli.

Or il me semble bien avoir compris que le "billet" manuscrit reproduit ci-dessus en noir et blanc qui paraît les confondre l'un avec l'autre pourrait bien avoir été écrit par Gaston Sauvage.


Walter Grosse 07/11/2009 06:40


Dr Camille SAUVAGE

http://books.google.pt/books?q=+inauthor:%22Camille+Sauvage%22&lr=&source=gbs_metadata_r&cad=2


http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/leonore_fr?ACTION=RETROUVER&FIELD_1=NOM%2cNOM2%2cNOM%2dJF%2cNOM%2dMARI&VALUE_1=Sauvage&NUMBER=12&GRP=0&REQ=%28%28Sauvage%29%20%3aNOM%2cNOM2%2cNOM%2dJF%2cNOM%2dMARI%20%29&USRNAME=nobody&USRPWD=4%24%2534P&SPEC=9&SYN=1&IMLY=&MAX1=1&MAX2=1&MAX3=100&DOM=All


http://docs.google.com/gview?a=v&q=cache:Vu-efqyS5m0J:andre.j.balout.free.fr/charente(16)_pdf/boixe_foret03.pdf+Camille+Sauvage,+m%C3%A9decine&hl=pt-PT&gl=pt&sig=AFQjCNFHNr6RKL2lnBkeB4HvOex-GEBx2g

Par conséquent, le Docteur Camille Sauvage, domicilié à Paris VII, était un homme marié, Chevalier de la Légion d'Honneur, professeur agrégé de la Faculté de Médecine, acoucher des Hôpitaux, mort
pour la France le 24 janvier 1918...

Alors, Gaston Sauvage a pu avoir donné continuité aux travaux de (son parent?), Camille Sauvage sur le salvarsan/stovarsol, etc.

Il faut découvrir la relation de Gaston Sauvage avec Camille Sauvage pour découvrir, peut-être, le lien de notre chimiste avec le Stovarsol !!!

Cordialement, Fulgrosse


ARCHER 13/11/2009 18:25



Oui, Walter Grosse, votre Camille Sauvage est bigrement intéressant. Peut-être en apprendrons nous davantage, grâce par exemple à Thierry Fourneau, sur lui ou pourquoi pas sur Gaston Sauvage.