Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : JULIEN CHAMPAGNE
  • JULIEN CHAMPAGNE
  • : Site consacré à l'artiste français Julien Champagne (1877-1932), à sa vie et à ses oeuvres.
  • Contact

Profil

  • ARCHER
  • hermétiste
  • hermétiste


...consacré à l'artiste français Julien Champagne (1877-1932), à sa vie et à ses oeuvres.


Peintre et dessinateur, Julien Champagne est surtout connu de nos jours pour avoir illustré les ouvrages de Fulcanelli, un mystérieux alchimiste contemporain.

Et pourtant, il figure au Bénézit, la "Bible" internationale des créateurs. Et suivant son ami Eugène Canseliet, il fut bien un maître du pinceau et du crayon.

C'est à la découverte de cet artiste méconnu, mais profondément attachant, que je voudrais vous inviter. Je voudrais aussi vous demander de ne pas hésiter à enrichir mes articles de vos propres commentaires et de vos découvertes personnelles.

Bon voyage donc au pays légendaire de Julien Champagne.

Recherche

18 février 2007 7 18 /02 /février /2007 14:36


Nous en savons désormais un peu plus sur l'homme qui selon Geneviève Dubois pourrait bien avoir été l'initiateur de Julien Champagne en alchimie: Félix "Krishna" Gaboriau (voir notre article
Gaboriau et Champagne du 6 mars 2006).

Notre source est ici la même que celle qui nous a permis de découvrir que le frontispice du Mystère des Cathédrales de Fulcanelli dessiné par Champagne a été publié dès 1912 par la maison d'édition Chacornac dans une bibliographie de l'occulte réalisée par Sédir ( post Champagne en 1912 du 17 juillet 2006).

Le portrait ci-dessus est tiré du même catalogue, obligeamment mis à notre disposition par un libraire ami de Paris, déjà mentionné dans ces lignes, et que je tiens à remercier à nouveau.

J'ajoute que je lui suis non moins reconnaissant, ainsi qu'à son alter ego photographe, de l'excellent café colombien grâce à eux dégusté en agréable compagnie, au cours d'un entretien des plus intéressants et productifs.

Vous aurez noté, sans doute, que sur notre cliché la date de naissance de Félix diffère quelque peu de celle pronostiquée jusqu'alors.

"Krishna" est également présenté cette fois comme le fondateur de la revue Le Lotus rouge, alors qu'il est par ailleurs supposé être son repreneur.

Gaboriau est encore réputé ici avoir été le traducteur d'un célèbre traité de Corneille Agrippa, De la philosophie occulte.

En nous reportant à la page considérée du catalogue, nous pouvons constater que cette traduction, "la première complète en français", est parue en deux volumes en 1910 et 1911.

Cette édition est celle des frères Chacornac, et fait l'objet au même endroit d'un éloge de l'alchimiste Phaneg. Elle "comprend de nombreuses figures magiques".

Je ne résiste pas à l'envie de partager celle-ci avec vous, qui figure effectivement au-dessus de l'entrée du catalogue qui est consacrée au livre d'Agrippa, même si je ne peux vous garantir
qu'elle en est issue:


Pour en revenir au Lotus rouge, "revue des hautes études", il semble n'avoir eu que deux ans d'existence, de 1887 à 1889.

Notre catalogue Chacornac, décidémment fort bien fourni en informations utiles, nous en donne un aperçu du contenu.

Les numéros 2 et 3 comprennent un article sur L'élixir de vie. Dans les livraisons 7-12 se trouve un portrait de Paracelse. Les 21 à 23 incluent une reproduction de la Lettre philosophique du Cosmopolite.

Enfin, dans le numéro 24 je relève une présentation de Michel Maier qui n'est pas mentionnée dans la bibliographie de Sédir. Gaboriau y fait ses adieux aux lecteurs de sa revue, qu'il affirme expressément avoir fondée.

Il déclare prendre ses distances d'avec la Société Théosophique, et, remerciant entre autres son administrateur, M. Froment, se réfère explicitement à la philosophie alchimique:

"Un alchimiste me comprendra lorsque je dirai que notre Soleil a une Lune qui est elle-même hermaphrodite."

"Ainsi nous présenterons aux hommes les faces agréables de notre prisme psychique, de notre pierre angulaire, en attendant le jour béni où, les deux faces se confondant, sera réalisée la circulature du quadrant dans le triangle équilatéral de la très sainte Trinité."

Et il affirme finalement: "les livres de science courent les rues, un autre livre est partout: la Nature."


 

Dans son Fulcanelli et le cabaret du Chat Noir, Richard Khaitzine cite un passage de la biographie de Papus de Christophe Beaufils et Marie-Sophie André, suivant lesquels "quelques connections entre le milieu du Lotus, et par conséquent la Société Théosophique et le Chat Noir peuvent être invoquées".


 


Le chansonnier Maurice Mac-Nab, par exemple, avait pour frère ce Donald Mac-Nab qui, tout en collaborant au Lotus, menait avec Gaboriau une série d'expériences occultes dans sa "chambre rouge" de la rue Lepic."

chatnoir.champagne.jpg

Ingénieur des arts et manufactures, Donald a effectivement écrit dans le Lotus rouge, et dans le dernier numéro de cette revue Gaboriau lui-même nous confirme sa parenté avec le chansonnier du Chat Noir.

 

 

 

ARCHER

Partager cet article

Repost 0
Published by ARCHER - dans archer
commenter cet article

commentaires

calendrier 19/02/2007 10:37

Nous signalerons juste que Gaboriau décu et désapointé quittera le mouvement théosophque dans l'année 1889-1890. Son adieu au lecteur du dernier numéro du lotus est poignant et désabusé. Cet homme était en recherche de fraternité, il ne trouva que division malgré les hauteurs de vues des personnalités qu'il fréquentait. Le récit de sa rencontre avec Blavatsky est fort intéressante.
Toujours une fois que le lotus fini il ouvrit une voie royale à un jeune homme qui lancera à son tour l'initiaition, nous voulons parler de Papus.

ARCHER 20/02/2007 17:17

Cher Calendrier, Merci pour tous ces commentaires, dont certains hélas me semblent s'être évanouis dans la "blogosphère", ce que je regrette beaucoup.Nous vous devons énormémement, sur ce blog, puisque c'est grâce à vous que la publication en 1912 du frontispice du Mystère des Cathédrales de Fulcanelli, dessiné par Julien Champagne, a pu être ici établie.Gaboriau était mort depuis un an...Nous savons désormais qu'il a bien oeuvré en alchimie.A-t-il pour autant été le maître de Champagne et l'a t-il seulement connu? Pour en être sûrs il faudrait en savoir plus sur "Krishna" entre le moment où il a renoncé à son Lotus (1889) et celui de sa fin (1911).Né en 1877, Julien, qui s'est précocémment intéressé à l'alchimie,  a pu le rencontrer au cours de cette vingtaine d'années.Rappelons que Champagne a fait la connaissance de Fulcanelli vers 1905, celle de Schwaller vers 1913, et celle de Canseliet vers 1916.Comme vous le rappelez opportunément, le chant du cygne de Gaboriau a été sa traduction d'Agrippa,  dont la publication par Chacornac peut donner à penser que Julien Champagne et lui ont pu fréquenter ensemble cette maison d'édition.Avant cela, il y a naturellement encore et toujours Papus, dont vous nous dites également que la revue L'Initiation prit la relève du Lotus rouge, et qui comme déjà relevé écrivit un court essai sur les preuves irréfutables de l'existence de La pierre philosophale (1889, édition hors commerce, et 1898, Editions de l'Hyperchimie).

calendrier 19/02/2007 10:26

Encore des précisions.
Il s'agit de l'hommage rendu par Ernest Bosc à Gaboriau dans le voile d'isis de septembre 1911. Ainsi nous apprenons que Gaboriau est décédé le mardi 8 aout 1911 à 21 heures 30. L'inhumation a eu lieu le 12 au cimetière d'ivry, en présence de 4 personnes, ou aucun membre de la famille ne s'était fait représenter. Il était né à Nantes le mardi 23 juillet 1861 à 21 heures 30.
Ensuite Nous n'apprenons pas grand chose de nouveau sinon que la seconde partie de sa vie après le lotus fut difficile financièrement ayant consacré toute sa fortune à la publication de cette revue.
Membre de la société théosophique il traduisit l'ouvrage de Sinett, le monde occulte qui eut son succès en 1887, puis la lumière sur le sentier.
Mais pour le moment, il nous est pas possible d'affirmer ses relations avec Champagne, rien ne nous le laissant présager, Gaboriau se tenant dès lors en retrait des mouvements occultistes.

calendrier 19/02/2007 10:04

Si Gaboriau s'occupa de la remise en français courant de l'oeuvre d'agrippa paru aux éditions Chacornac en 1910 que vous  nous rapporter, il est aussi le traducteur  "d'une aventure chez les rose croix" de Franz Hartmann" paru chez chacornac en 1913.  D'ailleurs l'éditeur dans sa préface Paul Chacornac nous informe du décès deFK Gaboriau le 8 aout 1911, né en 1861. Il sera précisé d'ailleurs " Sa mort passa presque inaperçue du monde occulte, malgré mon empressement auprès de ses anciens amis...Je puis dire, avec raison, que le souvenir de ce caractère franc et loyal, de cet honnête homme, ne rstera pas ignoré de tous, et cette traduction, malheureusement la seule de ses oeuvres posthumes, en ma possession, sera le monument glorieux élevé à la mémoire de K.F. Gaboriau."
Gaboriau nous semble t'il à travers se témoignages était proche du concept alchimique proné par l'école Hartmann.
 

calendrier 19/02/2007 09:52

Encore d'autres précisions.
Nous noterons que le portrait de Paracelse, bonus du lotus , paru dans le nyméro 7 d'octobre 1887 est la représentation peinte par Tintoret, le même reproduit quelques années plus tard par Canseliet dans son ouvrage Alchimie. Le lotus proposera d'autres bonus, 2 pour être précis. Le premier représentera un dénommé Keely (septembre 1888), l'inventeur du moteur et du désintégrateur interéthériques et enfin dans le numéro 24 du lotus sera proposé deux planches extraites de l'Atalanta de Maier.