Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : JULIEN CHAMPAGNE
  • JULIEN CHAMPAGNE
  • : Site consacré à l'artiste français Julien Champagne (1877-1932), à sa vie et à ses oeuvres.
  • Contact

Profil

  • ARCHER
  • hermétiste
  • hermétiste


...consacré à l'artiste français Julien Champagne (1877-1932), à sa vie et à ses oeuvres.


Peintre et dessinateur, Julien Champagne est surtout connu de nos jours pour avoir illustré les ouvrages de Fulcanelli, un mystérieux alchimiste contemporain.

Et pourtant, il figure au Bénézit, la "Bible" internationale des créateurs. Et suivant son ami Eugène Canseliet, il fut bien un maître du pinceau et du crayon.

C'est à la découverte de cet artiste méconnu, mais profondément attachant, que je voudrais vous inviter. Je voudrais aussi vous demander de ne pas hésiter à enrichir mes articles de vos propres commentaires et de vos découvertes personnelles.

Bon voyage donc au pays légendaire de Julien Champagne.

Recherche

27 décembre 2006 3 27 /12 /décembre /2006 15:43


JLRA.Champagne

 

Il y a entre autres dans le livre co-signé par Eugène Canseliet et Robert Amadou: Le feu du soleil, Pauvert, 1978, une sorte de "scoop" que j'ai déjà mentionné (Julien Champagne en famille, 5 avril 2006), mais qui ne l'a été qu'en passant, me semble insuffisamment connu, et mérite donc d'être rappelé.

C'est Canseliet qui évoque M. Devaux, en précisant à Amadou qu'il ne voyait plus Fulcanelli en 1925:

"J'ai essayé de lui demander quelque chose pour Champagne dans une lettre que j'avais fait passer par M. Devaux."

Le renvoi correspondant à ce Devaux dans l'index bibliographique du même ouvrage, réalisé non par Eugène mais par Robert, porte la mention suivante:

"Devaux, secrétaire de Fulcanelli."

Or, il se trouve que ce Devaux, Gaston de son prénom, n'est autre que le beau-frère de Julien Champagne, et ceci du fait qu'il est l'époux de Renée, la soeur du peintre (Renée Devaux et Julien Champagne, 8 novembre 2006).

Notons d'emblée que si Champagne avait été Fulcanelli, il eût été saugrenu que Canseliet intercédât en sa faveur, de plus en faisant appel aux services d'un parent proche.


Peut-être en tout cas cette mention par Amadou du nom du secrétaire de Fulcanelli est-elle partiellement à l'origine de la rancune que lui tint Canseliet après la publication de ce livre.

En substance, Eugène a en son temps reproché à Robert de ne pas lui avoir soumis les épreuves du livre à paraître, en dépit des engagements passés, et aussi d'avoir ici ou là dénaturé ses propos.

Cette querelle transparaît nettement dans la deuxième édition des Deux Logis Alchimiques de Canseliet (Pauvert again, 1979), où dans un fulminant avant-propos le disciple de Fulcanelli s'en prend avec virulence à l'auteur principal du Feu du Soleil, à un point tel que Pauvert saisi par Amadou se verra dans l'obligation d'insérer un mot d'excuses.

Ce passage d'ailleurs ne figure pas dans la dernière en date des éditions des Deux Logis (Bailly, 1998, cf. Julien Champagne aux logis alchimiques, 19 août 2006).

C'est que Canseliet, à la mode polémique de ce temps, moins prude à certains égards que le notre, n'y va pas de main morte, y compris par delà son propos liminaire, puisqu'à propos de l'"envoi" de Pierre Dujols à Fulcanelli (Julien Champagne et le libraire du merveilleux, 19 avril 2006), il écrit suavement:

"Au reste, non plus que de la tourbe, fût-elle la plus feuilletée et la plus noire, que celle du polyporus igniarius, c'est-à-dire de l'amadou, l'alchimiste ne tirera et ne recueille jamais:

Le Vulcain du Soleil = VULCAN - ELI."

Là encore, relevons le fait qu'il serait tout de même un peu fort de café, comme dirait Eugène, que Dujols, comme Champagne fulcanellisable reconnu, se dédicace à lui-même une de ses  oeuvres.

Mais la mort étant passée par là, et nous ayant enlevé et Canseliet, et Amadou, oublions cette passe d'armes vengeresse et rendons tout de même hommage à Robert (1924-2006), homme d'incontestable talent, gnostique convaincu, et martiniste notoire, dans la ligne des Boucher et Ambelain:

http://jm.saliege.com/amadou1.htm
http://www.greguti.com/myblog/?p=67
http://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Amadou
http://www.metapsychique.org/Robert-Amadou.html

Je persiste à dire en particulier que son Anthologie littéraire de l'occultisme (avec Robert Kanters, Julliard, 1951) est et restera une vraie somme.


Revenons-en maintenant à Gaston Devaux, qui réapparait dans l'étude de Geneviève Dubois, Fulcanelli dévoilé (Dervy, 1992, 1996). Dubois nous confirme en fait son rôle d'intermédiaire, mais cette fois entre Champagne et Schwaller.

Je préfère vous citer in extenso ce passage à la fois substantiel et éclairant:

"Les lettres échangées, de même que les mensualités versées à Champagne, transitaient par le beau-frère de ce dernier, Gaston Devaux, qui vivait dans la Somme et faisait office de boîte aux lettres.

Eugène Canseliet dans le "Feu du Soleil" de Robert Amadou, présente Gaston Devaux comme "le secrétaire de Fulcanelli", qui possédait une bague identique à la sienne, avec un baphomet.

Bien après la mort du peintre Champagne, Canseliet continuera à se rendre dans la Somme chez les Devaux.

Gaston Devaux qui  décèdera en 1969, affirmait en 1952 que l'affaire Fulcanelli n'était qu'un canular, monté de toutes pièces.

Contrairement à l'opinion de ses descendants avec lesquels nous sommes entrés en relation, G. Devaux s'intéressait de très près à l'alchimie. "


D'après Walter Grosse:

http://www.fulgrosse.com/article-2937784.html

Gaston Devaux s'appelait en réalité Nicolas Arsène Gaston, et, né en 1881, serait presque un contemporain de Julien Champagne. Il aurait été mobilisé en 1915 et aurait perdu l'oeil droit à la guerre. Il portait un bandeau sur cet oeil.

Nicolas Arsène aurait lui-même eu une soeur, Marthe, née en 1886...

Il aurait eu la même profession que son épouse, institutrice, et fut donc comme nous dirions maintenant, un professeur des écoles. Il n'aurait jamais quitté la Somme mais n'aurait pas résidé à Amiens. A compter de 1925, selon Eugène Canseliet, il pourrait avoir vécu dans la proximité de Fulcanelli.

Walter Grosse, qui fait état de documents au sujet de Devaux, dont son acte de décès, émet l'hypothèse que la famille Devaux a préservé le patrimoine de Fulcanelli comme celui de Julien Champagne.

 

canselietdevaux.champagne




ARCHER

Partager cet article

Repost 0
Published by ARCHER - dans archer
commenter cet article

commentaires

Walter Grosse 02/02/2007 15:36

 
 
 
 

ARCHER 04/02/2007 19:13

J'entends bien que la fonction de secrétaire de Fulcanelli occupée par Devaux et peut-être par Champagne va au-delà de celle d'un secrétaire habituel.Nous sommes ici dans le domaine du secrétariat particulier, occupé par un "homme de confiance" puisqu'il s'agit ici de messieurs.Cette confiance accordée par Fulcanelli allait-elle jusqu'à la délégation de signature stricto sensu? J'avoue que je ne sais.Mon impression actuelle est plus que Fulcanelli savait que Champagne s'est fait passer pour lui, et le lui a pardonné; par contre il semble qu'il ne lui ait pas pardonné l'épisode du Grand Lunaire.Vous soulevez à juste titre la question du devenir des archives Devaux, on pourrait en dire autant de celui des archives Champagne, et des archives Canseliet. Toutes ces archives ont pu contenir des autographes de Fulcanelli. Voyez par exemple le contenu du dossier Finis Gloriae Mundi décrit par Jean Laplace. Qu'est devenu ce dossier?Certaines pièces en étaient écrites "de la main de Fulcanelli."Merci enfin de confirmer que l'association Fulcanelli-Champagne a précédé l'intronisation de Canseliet comme disciple, et de nous conforter dans l'idée que les Devaux ont résidé dans un village de la Somme où ils furent instituteurs. Reste à savoir lequel.

Walter Grosse 01/02/2007 01:46

Cher ami,
C'est dans l'entourage de Champagne - Fulcanelli qui la soeur du peintre, Reine-Marie, a connu Gaston Devaux...
Par le mariage de Gaston Devaux avec la soeur de Champagne le 10 octobre 1910, Fulcanelli est resté sans secrétaire et, par cela, il a chargé le peintre de cette tâche...
De fait, la signification de secrétaire est : celui qui écrit la correspondance ou les notes confidentielles d'autre personne...
Julien Champagne a écrit les lettres de Fulcanelli, la calligraphie des signatures de Fulcanelli est la calligraphie de Julien Champagne, donc Champagne, comme secrétaire, écrivait ce que Fulcanelli lui dictait... etc.
En 1925 Fulcanelli s'exile dans la village du couple Devaux (dans la Somme) et Gaston Devaux se devient autre fois son secrétaire...

ARCHER 01/02/2007 09:09

Très intéressant!Donc d'après vous, Julien Champagne aurait en fait été le secrétaire de Fulcanelli entre 1910 et 1925 environ.Mais quelle preuve en avons-nous, car nous savons surtout à ce stade que Champagne a régulièrement imité la signature de Fulcanelli et s'est fait passer pour lui? Champagne a connu Fulcanelli en 1905, donc sa soeur Renée aurait rencontré son futur mari Gaston Devaux dans l'entourage de Fulcanelli et Champagne entre 1905 et 1910. Pourquoi écrivez-vous: Champagne-Fulcanelli?Enfin, si Fulcanelli qui était effectivement toujours "de ce monde" en 1924 s'est retiré dans un village de la Somme peu avant la parution de l'édition originale du Mystère des Cathédrales (1926), et si à ce moment Gaston Devaux a repris son rôle de secrétaire, Julien Champagne et Eugène Canseliet restant domiciliés à Paris, tout ceci semblant plausible, on peut se demander d'une part quelles indications permettent de le supposer, et d'autre part, bien sûr, de quel village il s'agit.Celui où les Devaux étaient instituteurs?

Walter Grosse 28/12/2006 21:50

    Excellent article, tout très bien.
    De fait, Nicolas Arsène Gaston Devaux naquit le 6 décembre 1881, fils de Charles Devaux et de Marie Angéle Céleste Fournet. Il s'a marié avec Reine-Marie Champagne (Renée Devaux) lundi 10 octobre 1910 (10/10/1910)...etc.
    Je pense que le véritable Fulcanelli a décédé en compagnie du couple Devaux, peut-être en sa maison...

ARCHER 29/12/2006 14:13

Merci de ces compliments qui d'ailleurs vous reviennent en partie. Si je me souviens bien, les Devaux, comme les Canseliet, comme les Chacornac, entre autres, ont eu une descendance.Ce qui peut laisser augurer de développements à venir. En tout cas, il est possible de les espérer activement, et de s'y employer.Par contre je ne me rappelle plus si cette descendance est celle de Gaston et Renée Devaux ou pas. Marthe, la soeur de Gaston, peut-être?