Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : JULIEN CHAMPAGNE
  • JULIEN CHAMPAGNE
  • : Site consacré à l'artiste français Julien Champagne (1877-1932), à sa vie et à ses oeuvres.
  • Contact

Profil

  • ARCHER
  • hermétiste
  • hermétiste


...consacré à l'artiste français Julien Champagne (1877-1932), à sa vie et à ses oeuvres.


Peintre et dessinateur, Julien Champagne est surtout connu de nos jours pour avoir illustré les ouvrages de Fulcanelli, un mystérieux alchimiste contemporain.

Et pourtant, il figure au Bénézit, la "Bible" internationale des créateurs. Et suivant son ami Eugène Canseliet, il fut bien un maître du pinceau et du crayon.

C'est à la découverte de cet artiste méconnu, mais profondément attachant, que je voudrais vous inviter. Je voudrais aussi vous demander de ne pas hésiter à enrichir mes articles de vos propres commentaires et de vos découvertes personnelles.

Bon voyage donc au pays légendaire de Julien Champagne.

Recherche

17 septembre 2006 7 17 /09 /septembre /2006 13:43


Sauf erreur, voici après notre article "Champagne et le caput mortuum" (11 septembre 2006) la dernière planche que nous devions évoquer de Julien Champagne qui soit consacrée à l'hotel Lallemant de Bourges, dans l'édition originale du Mystère des Cathédrales de Fulcanelli.

Elle y porte le numéro XXXIV et est remplacée dans l'édition Pauvert par le cliché XLV. Comme son titre l'indique, elle n'illustre qu'un fragment du plafond de la chapelle.



En effet, sur la trentaine de caissons alchimiques que comporte ce plafond, qui est comme un modèle réduit de la galerie du chateau de Dampierre-sur-Boutonne, Fulcanelli a curieusement choisi de n'en faire reproduire que six.

"Notre intention, explique-t-il, n'est pas d'analyser par le menu toutes les images qui décorent les caissons de ce plafond modèle dans le genre.

Le sujet, fort étendu, nécessiterait une étude spéciale et nous obligerait à de fréquentes redites."

Cette étude, il l'entreprendra pourtant sur Dampierre, dans Les Demeures Philosophales, à propos d'un ensemble architectural bien plus volumineux...

"Nous nous bornerons donc, annonce l'Adepte, à en donner une rapide description et à résumer ce qu'expriment les plus originaux."

Quant à nous, nous allons bien entendu nous concentrer sur les six caissons dessinés par Julien Champagne, que comme pour Dampierre nous allons aborder un par un.


J'ai pensé qu'il pourrait être intéressant de reproduire à côté des dessins d'"Hubert " ceux de Christian Dumolard dans son excellent site de La Rue de l'Alchimie:

http://hermetism.free.fr/archi-lallemant.htm

Notons d'ailleurs en passant que Bourges a ou a eu une rue de l'alchimie. Notons surtout qu'avec Jean-Jacques Mathé, Christian Dumolard est un des très rares auteurs à avoir étudié de près les caissons de la chapelle de l'hotel Lallemant.

Les Croquis du plafond alchimique de l'hôtel Jean Lallemant à Bourges de Christian Dumolard ont paru en 1982, puis semble-t-il en 1991 aux éditions L'Or du Temps.

 

CDchampagne



Le livre de Jean-Jacques Mathé sur L'interprétation alchimique des caissons de l'hotel Lallemant a été publié aux éditions belges du Baucens en 1976.

Je m'inspirerai également, bien entendu, de l'excellente étude d'Hervé Delboy sur le même monument:

http://hdelboy.club.fr/plafond_lallemant.html
http://hdelboy.club.fr/plafond_lallemant.pdf

Mais il va aussi de soi que pour chaque emblème,  je signalerai la mention qui en est faite par Fulcanelli, fût-elle laconique.

C'est précisément le cas, en particulier, du premier d'entre eux, puisque l'Adepte se contente d'écrire à son propos:

"Nous remarquons aussi le livre ouvert dévoré par le feu."

Ce symbole du livre ouvert ou fermé est bien connu, nous avons déjà compris que le livre ouvert représente pour sa part la matière préparée, ouvrée.

Delboy cite ici Eugène Canseliet:

"Cet emblème allégorise la liquation de la matière au début du Grand OEuvre, exactement la séparation de la lumière d'avec les ténèbres par l'intervention du fer ouvrant, avec l'aide du feu, le grand Livre de la Nature."


Fulcanelli n'est guère plus disert à propos de notre second caisson, qu'il se contente de décrire et de commenter ainsi:

"La colombe auréolée, radiante et flamboyante, emblème de l'esprit."

La colombe, ajoute et confirme Delboy, exprime au mieux les félicités à venir, pour l'artiste qui aura su peser juste les matières de l'OEuvre: L'esprit, l'âme et le corps.

Que ce volatile soit ici plus spécialement voué à la représentation de l'illumination nécessaire à cette juste pesée me semble être bien souligné par les langues de feu qui l'entourent et semblent en émaner, et qui nous rappellent celles de la Pentecöte.

Du troisième caisson, Fulcanelli ne dit que quelques mots, se montrant là encore extrêmement...lapidaire:

"Le corbeau igné, juché sur le crâne qu'il becquète, figures assemblées de la mort et de la putréfaction."

Dumolard identifie pour sa part ce volatile avec le faucon pèlerin des chasses royales du Moyen Age et de la Renaissance, et cite Charles d'Arcussia, grand fauconnier royal:

" Il faut préférer le faucon parce qu'il est le signe hiéroglyphique de la victoire et parce que les os de ses cuisses attirent l'or comme l'aimant attire le fer."


Pour Delboy, le corbeau est l'autre nom que l'on donne au laiton, à l'airain, bref à l'amalgame philosophique.

Les Latins dédièrent sa constellation à Apollon, parce qu'il désaltéra le dieu de la lumière. C'est donc l'oiseau du soleil, ce qu'on aurait tendance à oublier, les alchimistes ne cessant de parler de tête de corbeau lorsqu'ils veulent signifier leur putréfaction.

Peut-être tient-on ici l'explication de cette parabole obscure de Philalèthe: "Le lion mourant, naît le corbeau."

Nouvelle illustration du fait que c'est la mort qui détient le secret de la vie.

Le quatrième motif est tout de même un peu moins austère et - peut-être par coïncidence - Fulcanelli se montre un peu plus bavard à ce moment précis:

"L'ange qui fait tourner le monde à la façon d'une toupie, sujet repris et développé dans un petit livre intitulé Typus Mundi, oeuvre de quelques pères Jésuites."


Dans cette toupie, Delboy voit un bilboquet et estime que ce jouet nous renvoie à un artifice précis:

"L'ange dévide un fil qui s'entoure autour d'une sphère surmontée du symbole cruciforme, en somme de la stibine."

C'est pour lui indiquer par là le mouvement requis au troisième oeuvre, où l'artiste doit entretenir un va-et-vient incessant de son compost.

Et de citer de nouveau Canseliet:

"La pénétration de la matière brute et frigide par l'esprit incisif et igné, celle du globe par le fer, demeure tributaire du tour de main que la Nature exige de l'artiste la copiant et lui aidant."

Fulcanelli précise que le cinquième caisson se rapporte à "la calcination philosophique, symbolisée par une grenade soumise à l'action du feu dans un vase d'orfèvrerie.

Au-dessus du corps calciné, ajoute-t-il, on distingue le chiffre 3 suivi de la lettre R, qui indiquent à l'artiste la nécessité des trois réitérations d'un même procédé."


L'Adepte ajoute d'ailleurs avoir déjà plusieurs fois insisté sur la nécessité de ces réitérations. Il ne se prive pas, pourtant, d'y revenir encore peu après, en analysant l'énigme de la crédence de l'hôtel Lallemant, que nous avons déjà exposée (Julien Champagne au rebis, 25 juillet 2006):

"Les trois grenades ignées du fronton confirment cette triple action d'un unique procédé, et, comme elles représentent le feu corporifié dans ce sel rouge qu'est le Soufre philosophal, nous comprendrons aisément qu'il faille réitérer trois fois la calcination de ce corps pour réaliser les trois oeuvres philosophiques."

"Enfin, écrit Fulcanelli, l'image suivante représente le ludus puerorum commenté dans la Toison d'or de Trismosin et figuré d'une manière identique:

Un enfant fait caracoler son cheval de bois, le fouet haut et la mine réjouie."


Delboy rapproche ce fouet qui fustige de la marotte des fous, et donc du mercure. Mais de quel mercure s'agit-il? Il semble pencher pour le premier. Et de citer...Fulcanelli:

"On sait qu'après leur sortie d'Egypte les enfants d'Israël durent camper à Réphidim, où il n'y avait point d'eau à boire; Moïse par trois fois frappa de sa verge le rocher Horeb, et une source d'eau vive jaillit de la pierre aride."

Et le cheval, me direz-vous? Peut-être symbolise-t-il le langage des simples, des parvuli, qui est aussi celui de la Nature, des Rois et des Dieux.


undefined

ARCHER

Partager cet article

Repost 0
Published by ARCHER - dans archer
commenter cet article

commentaires

ARCHER 28/05/2011 10:04



Et avec luit.



Myrobolan 28/05/2011 08:30


Je dirais même qu'il (ne) fait qu'or avec lui !


Myrobolan 27/05/2011 11:42



Inspiration du jour sur le livre U vert dévoré par le feu :


 


Ce bouquin en feu n'est qu'un lièvre
Dont la bouche a d'étranges lèvres.
Dionysos, Liber Pater, l'Ivre,
Ce bouc dont le feu nous délivre.


Dommage en effet que Fulcanelli n'ai pas plus développé cette partie de son oeuvre...


 



ARCHER 27/05/2011 14:41



Joli poème, Myrobolan, bien inspiré, y compris dans son titre possible de Le livre U vert. Si Fulcanelli n'a pas développé ici le symbole représenté, il est disert par ailleurs, comme souvent
(d'où l'intérêt notamment de l'Index Fulcanelli).


 


Voyons en particulier ce passage des Demeures Philosophales (Pauvert, Nantes, II, 198) où il précise sa pensée sur l'arcane des deux livres, ouvert et fermé, et qu'intentionnellement je ne cite
que pour partie:


 


Pour lui, le sens du livre ouvert est caractérisé par la solution radicale du corps métallique, lequel ayant abandonné ses impuretés et cédé son soufre, est alors dit ouvert.


 


"Les minerais extaits du gîte, les métaux sortis de la fonte, soumis au travail alchimique, modifiés par l'application de procédés occultes, se traduisent en iconographie à l'aide du livre
ouvert."


 


La banderole muette (phylactère) vient souligner dans ce motif l'importance du secret en question, et à mon sens le feu ne fait pas que dévorer le livre, je dirais qu'il l'entoure aussi, qu'il
l'enveloppe, l'embra(s)se et le nourrit.



Sylvie 01/06/2007 13:33

ps  bis :-)
Pour le premier lien sur le 22:22, je précise que je suis née et vis en Gironde (33). Je ne me souviens plus à quelle heure j'avais envoyé ce message, mais si tu la remarques, j'en étais à me poser la question de savoir si le webmaster ne m'avait pas fait une "blague" avec l'horloge de son forum.
A l'époque (le 28 décembre... 2005), je ne connaissais rien au tarot, mais depuis j'ai appris que le 22, c'est le "Mat", je ne sais pas trop ce que ça veut dire, à part ce que j'ai pu en lire par ci par là; mais c'est pour ça que j'ai rajouté les deux photos sur mon blog (je crois que c'était hier soir).
Bon, voilà !
Bien à toi,
Sylvie.

Sylvie 01/06/2007 13:01

Bonjour Archer,
Je ne voulais pas déséquilibrer les 220 publications et 220 commentaires, c'est pour ça que je ne répondais pas et puis cette histoire de 22:22 me poursuit un peu: http://forum.merelle.net/read.php?1,58841,58953#msg-58953
Bref ! si bien que je me demandais si tu ne participais pas à ce forum, dont j'ai été "bannie" pour la 3eme fois avant hier :-)
Il y a peu de temps, j'ai mis ton blog en lien sur ce forum:
http://forum.merelle.net/read.php?1,77159,77171#msg-77171
Le ton un peu sec :-) du message, n'a rien à voir avec toi ou ton blog, mais plutôt avec les agissements des participants et du webmaster de ce forum.
J'étais en train d'écrire mon "droit de réponse" au webmaster de Mérelle, afin de le publier sur mon blog. ( Pour résumer, il me semble que quelques personnes complices et utilisant chacune plusieurs pseudos, se sont intéressées à mon "cas"...)
Puis j'ai vu le lien de mon blog avec un (?) que tu as rajouté sur ton blog et je ne sais pas pourquoi j'ai pris ça comme un "signe" que je ferais mieux de me taire et de ne plus rien écrire sur mon blog (et nulle part d'ailleurs sur internet). Enfin, je ne sais pas ce que je vais décider.
Pour le (?), mon vrai prénom est Sylvie, qui connait très peu de choses sur l'Alchimie, mais à qui il est arrivé depuis plusieurs mois des "expériences" que j'estime très très bizarres et donc qui cherche à savoir ce qui se passe.
A chacun de tes commentaires, j'ai constaté des "correspondances" avec d'autres entretiens que j'avais par ailleurs ou des faits de ma vie qui sont arrivés quasi en simultané. Donc pour tout t'avouer, je me pose aussi la question: Archer (?)
Bonne journée,
Sylvie.
ps: Merci aussi et tu n'as pas idée à quel point, ça doit être pour ça que tu m'inspires confiance, malgré mes "mésaventures" sur internet.
 

ARCHER 01/06/2007 19:07

Chère Sylvie,Plus de point d'interrogation sur ton site, puisque tu m'honores de ta confiance, suis mon petit conseil: laisse le vivre sa vie, et oublie au besoin cette Mérelle qui n'est pas celle de Champagne.Celle de Champagne qui est précisément à Bourges, lieu de cet article. Mais à l'hotel de Jacques Coeur, pas à celui de Jean Lallemant.Dans ce dernier, on trouve aussi une mystérieuse crédence, qui propose l'énigme du rebis (res bis, chose double).Comme 2 et 2 par exemple! Non, je ne te dirai pas 22, je ne suis pas né à Asnières, je ne suis pas non plus 33ème, et à l'inverse, oui, je suis bien Archer.Si tu veux me contacter, c'est simple: sous le portrait de Julien, en bas de tous les articles, il y a un lien...contact. Et à propos de lien, je viens d'en ajouter un autre, c'est un excellent webzine qui s'appelle Le livre de Thot.