Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : JULIEN CHAMPAGNE
  • JULIEN CHAMPAGNE
  • : Site consacré à l'artiste français Julien Champagne (1877-1932), à sa vie et à ses oeuvres.
  • Contact

Profil

  • ARCHER
  • hermétiste
  • hermétiste


...consacré à l'artiste français Julien Champagne (1877-1932), à sa vie et à ses oeuvres.


Peintre et dessinateur, Julien Champagne est surtout connu de nos jours pour avoir illustré les ouvrages de Fulcanelli, un mystérieux alchimiste contemporain.

Et pourtant, il figure au Bénézit, la "Bible" internationale des créateurs. Et suivant son ami Eugène Canseliet, il fut bien un maître du pinceau et du crayon.

C'est à la découverte de cet artiste méconnu, mais profondément attachant, que je voudrais vous inviter. Je voudrais aussi vous demander de ne pas hésiter à enrichir mes articles de vos propres commentaires et de vos découvertes personnelles.

Bon voyage donc au pays légendaire de Julien Champagne.

Recherche

30 août 2006 3 30 /08 /août /2006 13:19


La planche XXVII de l'édition originale des Demeures Philosophales de Fulcanelli, illustrée par Julien Champagne, est consacrée à la deuxième série des caissons de la galerie du premier étage du château de Dampierre-sur-Boutonne.

Dans l'édition Pauvert de 1977, la planche équivalente porte le numéro XXIX. Je vous en propose comme pour la série précédente (De Diane de Poitiers à Champagne, 26 août 2006) un bref examen de chaque emblême, fondé sur les descriptions et explications de Fulcanelli.


"Gisante sur le sol, une lanterne décrochée dont le portillon s'entr'ouvre montre sa chandelle éteinte.

Le phylactère qui signe ce sujet contient un avertissement à l'usage de l'artiste impatient et versatile: .SIC.PERIT.INCO(N)STANS. Ainsi périt l'inconstant."

Comme la lanterne sans lumière, commente l'Adepte, sa foi cesse de briller; il cherche vainement, dans les ténèbres qui l'environnent, cette clarté qu'on ne saurait trouver qu'en soi-même. Mais pour lui, l'image est plus difficile à interpréter que l'inscription. Il avance donc plusieurs déchiffrements possibles du symbole de la lanterne, dont un appliqué à la voie courte:

"Ce n'est plus le feu élémentaire, mais le feu potentiel, flamme secrète de la matière même ...Quel est donc ce feu mystérieux, naturel, inconnu, que l'artiste doit savoir introduire dans son sujet?"

La plupart des philosophes, répond-il, désignent cette lumière interne sous l'épithète de feu de lampe.

"Notre feu secret, dit Basile Valentin, "ne brûle pas et n'est pas brûlé"...Tel est bien notre vase, dispensateur du feu des sages, c'est-à-dire notre matière et son esprit, ou, pour tout dire, la lanterne hermétique."

Une enveloppe minérale, conclut Fulcanelli, contient ce feu de lampe qui n'a besoin que d'être excité par le feu ordinaire pour opérer les plus surprenantes métamorphoses.


"Deux vases, l'un en forme de buire repoussée et ciselée, l'autre, vulgaire, pot de terre, sont figurés dans un même encadrement qu'occupe cette parole de saint Paul:

.ALIVD.VAS.IN.HONOREM.ALIVD.IN.CONTVMELIAM. Un vaisseau pour des usages honorables, un autre pour de vils emplois."

Et Fulcanelli de dégager aussitôt la plus évidente des interprétations de ces deux vases:

"L'un est le vase de la nature, fait de la même argile rouge qui servit à Dieu pour former le corps d'Adam; l'autre est le vase de l'art, dont toute la matière est composée d'or pur, clair, rouge, incombustible, fixe, diaphane et d'incomparable éclat.

Et ce sont là nos deux vaisseaux, lesquels ne représentent véritablement que deux corps distincts contenant les esprits métalliques, seuls agents dont nous ayons besoin."

Mais l'Adepte précise aussitôt que ces vaisseaux ne figurent pas seulement deux matières, ou plutôt une seule matière à deux états de son évolution, mais qu'ils symbolisent encore deux voies, la longue, qui utilise le vase de l'art, et la brève, celle du vase de nature.


"Coupé par le milieu, un serpent, malgré le caractère mortel de sa blessure, croit cependant pouvoir vivre longtemps dans cet état.

.DVM.SPIRO.SPERABO. lui fait-on dire. Tant que je respire, j'espère."

Pour Fulcanelli, le serpent, image du mercure, exprime, par ses deux tronçons, les deux parties du métal dissous, que l'on fixera plus tard l'une par l'autre, et de l'assemblage desquelles il prendra sa nature nouvelle.

"Le soufre et le mercure des métaux, extraits et isolés sous l'énergie désagrégeante de notre premier agent, ou dissolvant secret, se réduisent d'eux mêmes, par simple contact, en forme d'huile visqueuse, onctuosité grasse et coagulable, que les Anciens ont appelée humide radical métallique et mercure des sages...

Cette liqueur, malgré son apparente homogénéité, est réellement composée des deux éléments fondamentaux de tous les corps métalliques, et peut être considérée logiquement comme représentant un métal liquéfié et réincrudé, c'est-à-dire artificiellement remis en un état voisin de sa forme originelle.

Mais ces éléments, se trouvant simplement associés et non radicalement unis, il semble raisonnable que notre symboliste ait songé à figurer le mercure sous l'aspect d'un reptile sectionné, dont les deux parts conservent chacune leur activité, leurs vertus réciproques.

Et c'est là ce qui justifie l'exclamation de confiance fixée sur l'emblème lapidaire: tant que je respire, j'espère."


"Posée sur le fond d'un boisseau renversé, une chandelle brûle. Ce motif rustique a pour épigraphe:

.SIC.LVCEAT.LVX.VESTRA. Que votre lumière brille ainsi."

Il est écrit, rappelle Fulcanelli, qu'on n'allume point une chandelle pour la mettre sous le boisseau, mais bien sur un chandelier. Pour lui, la flamme indique l'esprit métallique.

"De même, voyons-nous, dans l'OEuvre, la nécessité de rendre manifeste ce feu interne, cette lumière ou cette âme, invisible sous la dure écorce de la matière grave. L'opération qui servit aux vieux philosophes à réaliser ce dessein, fut nommée par eux sublimation...

L'esprit gagne la surface externe de la substance brassée...C'est alors qu'il prend, en se coagulant, une couleur blanche éclatante, et sa séparation de la masse en est rendue très facile, puisque la lumière s'est, d'elle même, placée sur le boisseau, laissant à l'artiste le soin de la recueillir."


"Une banderole mouvante accusait ici le sens symbolique d'un dessin aujourd'hui disparu. Si nous en croyons l'Epigraphie Santone, celui-ci figurait  "une main tenant une pique."

Il n'en reste rien actuellement que le phylactère et son inscription, amputée des deux dernières lettres:

.NON.SON.TALES.NVS.AMOR(ES). Ce ne sont pas là nos amours. Mais cette phrase espagnole, solitaire, au texte vague, ne permet guère de commentaire sérieux. Plutôt que répandre une version erronée, nous préférons garder le silence sur ce motif incomplet."

Précisons tout de même que Fulcanelli se réfère ici à l'ouvrage de Louis Audiat, Epigraphie Santonne et Aunisienne, J.B. Dumoulin, Paris, et L. Clouzot, Niort, paru en 1870, et que nous avons déjà rencontré cet auteur (Julien Champagne dans pierre, 21 mai 2006).


"Un petit quadrupède, que l'état lépreux du calcaire ne permet pas d'identifier, paraît enfermé dans une cage d'oiseau.

Ce motif a beaucoup souffert. De sa devise, on lit à peine deux mots: .LIBERTA.VER, appartenant à cette phrase conservée par quelques auteurs: .AMPASA.LIBERTA.VERA.CAPI.INTVS. Voilà où mène l'abus de la liberté."

Pour Fulcanelli, il est vraisemblablement question, en ce sujet, de l'esprit, d'abord libre, puis emprisonné à l'intérieur du corps comme en une cage très forte.

"Mais il semble évident aussi que l'animal, tenant la place ordinaire d'un oiseau, apportait, par son nom ou par son espèce, une signification spéciale, précise, facile à situer dans le travail."


"D'épaisses nuées interceptent la lumière du soleil et couvrent d'ombre une fleur agreste qu'accompagne la devise: .REVERTERE.ET.REVERTAR. Retourne, et je reviendrai."

Fulcanelli estime que de ce petit sujet se dégage ésotériquement l'artifice de la solution du soufre par le mercure, la plante exprimant la vertu végétative de celui-ci, et le soleil la nature ignée de celui-là.

"L'opération est d'autant plus importante qu'elle conduit à l'acquisition du mercure philosophique, substance vivante, animée, issue du soufre pur radicalement uni à l'eau primitive et céleste."

Le caractère extérieur, ajoute-t-il, permettant l'identification certaine de cette eau, est une figure étoilée et rayonnante que la coagulation fait apparaître à sa surface.

"L'étoile, - manifestation extérieure du soleil interne, - se représente chaque fois qu'une nouvelle portion de mercure vient baigner le soufre indissous, et qu'aussitôt celui-ci cesse d'être visible pour reparaître à la décantation, c'est-à-dire au départ de la matière astrale.

"Retourne, dit le fixe, et je reviendrai." A sept reprises successives, les nuées dérobent aux regards tantôt l'étoile, tantôt la fleur, selon les phases de l'opération...et cette vérité se voit confirmée jusqu'à la fin de l'OEuvre."


"Un fruit, que l'on prend généralement pour une poire, mais qui peut avec autant de vraisemblance être une pomme ou une grenade, prend sa signification de la légende sous laquelle il figure:

.DIGNA.MERCES.LABORE. Travail dignement récompensé."

Ce fruit symbolique, selon Fulcanelli, n'est autre que la gemme hermétique, pierre philosophale du Grand OEuvre ou Médecine des anciens sages appelée encore Absolu, Petit Charbon ou Escarboucle précieuse (carbunculus), le soleil brillant du microcosme et l'astre de l'éternelle sapience.

"Ce fruit est double, car on le cueille à la fois sur l'Arbre de Vie, en le réservant spécialement aux usages thérapeutiques, et sur l'Arbre de Science, si l'on préfère l'employer à la transmutation métallique.

Ces deux facultés correspondent à deux états d'un même produit, dont le premier caractérise la pierre rouge, translucide et diaphane, destinée à la médecine en qualité d'or potable, et le second, à la pierre jaune, que son orientation métallique et sa fermentation par l'or naturel ont rendue opaque."

Le fruit hermétique, conclut-il, porte en soi la plus haute récompense que Dieu, par l'entremise de la nature, puisse apporter ici-bas aux hommes de bonne volonté.


"L'effigie du serpent Ouroboros se dresse sur le chapiteau d'une élégante colonne. Ce curieux bas-relief est distingué par l'axiome:

.NOSCE.TE.IPSVM. Traduction latine de l'inscription grecque qui figurait au fronton du célèbre temple de Delphes...Connais-toi toi-même."

Telle est, avance Fulcanelli, l'affirmation de la loi analogique qui donne la clef du mystère.

"Ce qui caractérise précisément notre figure, c'est que la colonne chargée de supporter le serpent emblématique se trouve renversée par rapport au sens de l'inscription.

Disposition voulue, réfléchie, préméditée, donnant à l'ensemble l'apparence d'une clef et celle du signe graphique à l'aide duquel les Anciens avaient coutume de noter leur mercure. Clef et colonne de l'OEuvre sont d'ailleurs des épithètes appliquées au mercure."

C'est dans le mercure, commente l'Adepte, que les éléments s'assemblent dans leur proportion convenable et leur qualité naturelle.

"C'est de lui que tout provient, parce que seul il a le pouvoir de dissoudre, mortifier et détruire les corps, de les dissocier, d'en séparer les portions pures, de les joindre aux esprits et de générer ainsi de nouveaux êtres métalliques."


Avant de quitter provisoirement les Demeures Philosophales, je voudrais terminer ce post en présentant à l'intention de nos amies et amis lusophones, du Portugal, du Brésil ou d'ailleurs, une toute récente édition d'As Moradas dos Filosofos (Madras, 2006).

Je pense qu'il s'agit là d'une édition brésilienne, qui a été précédée en 1989 par une publication portugaise du même ouvrage par Edicoes 70: As Mansoes Filosofais.



ARCHER

Partager cet article

Repost 0
Published by ARCHER - dans archer
commenter cet article

commentaires

Mulciber 09/09/2006 10:24

Extrait d'un site du ministère de la Culture (rapport au Sénat)
"Au nombre des nouveaux chantiers qui devraient débuter en 2004, votre rapporteur évoquera, parmi les plus remarquables, les restaurations de l'ancienne abbaye de Lavoute-Chilhac (futur centre culturel de rencontre sur le thème du paysage), des halles de Reims (projet de réutilisation en musée), du rempart effondré du château de Saumur et du château de Dampierre-sur-Boutonne à la suite de son incendie."

ARCHER 09/09/2006 11:10

Oui, Mulciber, les restaurations du château ont commencé, comme en font foi les photos de caissons restaurés sur le site "officiel" de Dampierre.Je ne sais si les travaux sont terminés en ce qui concerne les caissons, mais les clichés que je viens de mentionner prouvent à mon avis leur qualité.Ce serait peut-être le moment enfin de procéder à une série de photographies de l'ensemble, caisson par caisson, afin de préserver l'avenir.Comme vous savez, certains emblèmes de la galerie étaient très détériorés avant même l'incendie, il serait intéressant de se rendre compte de leur état présent.Ont-ils été simplement remis en l'état, ou ont-ils pu bénéficier d'une restauration à partir de plans préexistants, qui les montreraient dans leur état d'origine?Ma conviction personnelle est que ces plans ont existé, et qu'ils existent peut-être toujours.

Mulciber 09/09/2006 10:19

J'avais fait la connaissance de M. et Mme Hedelin, propriétaires du château de Dampierre-sur-Boutonne il y a quelques années. L'oncle de M. Hedelin, M. Texier, ingénieur de l'Ecole Centrale et précédent propriétaire du château de Dampierre avait été le patron de mon grand-père, au Havre, dans les années 50 : il était alors directeur du site industriel de la Compagnie Electro Mécanique.
Un membre éminent du Rotary havrais, membre de cercles par ailleurs plus discrets, m'avait rapporté que M. Texier prétendait avoir rencontré Fulcanelli et Canseliet lors d'une visite qu'ils auraient effectué au Chateau de Dampierre...
Le chateau de Dampierre a partiellement brûlé en août 2002...
http://membres.lycos.fr/chateaudedampierre/
Mulciber

ARCHER 09/09/2006 11:03

Merci Mulciber pour cette précision historique sur les liens familiaux entre les propriétaires actuels du château, Monsieur et Madame Hedelin, et Monsieur Texier.Je pense que tous ont fait de leur mieux pour préserver et restaurer cette splendide demeure, par exemple aussi bien M. Hedelin que M.Texier ont produit à son sujet des plaquettes imprimées, où, le fait est suffisamment rare pour être souligné, ils ont explicitement reconnu le caractère hermétique des caissons. C'est très courageux de leur part, à notre époque de rationnalisme...endiablé.Vous nous dites que M. Texier était ingénieur, j'ai aussi en tête un "docteur" Texier. Peut-être un de ses parents?Canseliet dit explicitement avoir été en relation avec la famille Texier, je crois. Pour Fulcanelli, je ne sais pas, et pour Champagne non plus, d'ailleurs.Si vous voulez vous intéresser aux suites du lamentable incendie de 2002, je vous conseille la lecture de la remarquable revue Demeure Historique, qui a consacré plusieurs articles à Dampierre, avant et après le sinistre.