Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : JULIEN CHAMPAGNE
  • JULIEN CHAMPAGNE
  • : Site consacré à l'artiste français Julien Champagne (1877-1932), à sa vie et à ses oeuvres.
  • Contact

Profil

  • ARCHER
  • hermétiste
  • hermétiste


...consacré à l'artiste français Julien Champagne (1877-1932), à sa vie et à ses oeuvres.


Peintre et dessinateur, Julien Champagne est surtout connu de nos jours pour avoir illustré les ouvrages de Fulcanelli, un mystérieux alchimiste contemporain.

Et pourtant, il figure au Bénézit, la "Bible" internationale des créateurs. Et suivant son ami Eugène Canseliet, il fut bien un maître du pinceau et du crayon.

C'est à la découverte de cet artiste méconnu, mais profondément attachant, que je voudrais vous inviter. Je voudrais aussi vous demander de ne pas hésiter à enrichir mes articles de vos propres commentaires et de vos découvertes personnelles.

Bon voyage donc au pays légendaire de Julien Champagne.

Recherche

6 août 2009 4 06 /08 /août /2009 12:33


Saluons d'emblée, et avec la joie qui convient, la parution si attendue du livre de notre ami portugais Walter Grosse sur Fulcanelli (Un secret violé, Grosse, Seixal, 2009).

Non content en effet de tenir depuis plusieurs années un blog sur notre Adepte, auquel nous nous sommes si souvent référé:

http://fulgrosse.over-blog.com/

Fulgrosse de son pseudonyme vient en effet de prendre la courageuse décision de s'auto-éditer, et de le faire en français. Espérons que les 500 premiers exemplaires de son ouvrage (500, tirage selon selon certains de l'édition originale des Demeures Philosophales de Fulcanelli) trouveront rapidement preneurs et rencontreront également un écho des plus favorables.

Je le souhaite, en tout cas, car la ténacité et le talent de ce chercheur trentenaire me semblent en tous points dignes d'éloge.

La méthode qu'il suit pour tenter de résoudre l'énigme de l'identité de Fulcanelli n'est pas d'ailleurs sans rappeller celle de Frédéric Courjeaud (Une identité révélée, Claire Vigne, 2006): Grosse dresse la liste des paramètres biographiques à prendre en compte, puis procède par éliminations successives.

S'appuyant sur une solide connaissance de "l'équation biographique" de Fulcanelli, Walter a cherché, et c'est sans nul doute un des points forts de sa démarche, à en retrouver la trace, dans les archives en général et en particulier dans celles de l'état-civil...et de l'état militaire.


Et de l'état militaire car pourquoi ne pas le dire d'entrée de jeu, son Fulcanelli à lui n'est pas Camille Flammarion mais un polytechnicien nommé Paul Decoeur (1839-1923 ou 1924). Fulgrosse au sujet de Polytechnique met d'ailleurs à juste titre l'accent sur le témoignage peu connu de Paolo Lucarelli dans son édition transalpine du Mystère des Cathédrales, en 2005.

Walter Grosse argumente sur la disparition de Decoeur en 1924, car on s'en souvient c'est celle où Fulcanelli et Canseliet assistèrent ensemble aux obsèques d'Anatole France.

Les quelques objections principales que je voudrais cependant formuler en toute amitié sur ce travail des plus estimables sont les suivantes:

Grosse me paraît restreindre sa recherche à l'excès, en fait aux "X Ponts" (et Chaussées) et de plus aux Polytechniciens restés sans descendance, voire célibataires (il s'apuie à ce sujet sur le témoignage écrit reçu par lui de Béatrice Canseliet, fille du disciple de Fulcanelli, toujours en 2005).

Pour Grosse, Decoeur, qui n'a guère laissé d'autres écrits que des brevets et n'a pas eu semble-t-il de son vivant une notoriété des plus significatives, est bien cependant ce Fulcanelli qui fut l'intime de la famille Lessseps et de combien d'autres "célébrités du temps."

Bien plus, une approche que je qualifierai volontiers de résolument rationaliste conduit Walter à remettre en question certains invariants du "mythe" Fulcanelli.

C'est ainsi que pour lui l'hypothèse d'un Fulcanelli qui a effacé toutes ses traces n'a aucun fondement. Il ne croit pas, dit-il de plus, en un Fulcanelli plus que centenaire et donc sa thèse présente est qu'Eugène Canseliet a perpétué le mythe selon lequel il était encore vivant en 1952.

waltergrosse.champagne


Tout ceci me rappelle fortement ce qu'André Rolland de Renéville écrivait en février 1953 dans sa critique de la N.R.F. consacrée au Mythe de Rimbaud de René Etiemble:

"Après avoir postulé que tout ce qui est mythe tient de l'erreur à demi-volontaire ou du simple mensonge, Etiemble entreprend de démontrer que chacun des essayistes qui s'est attaché à décrire la vie de Rimbaud ou à expliquer son expérience n'a guère fait que s'interpréter lui-même en terme de fable...

Notre mentor ne serait-il pas à son tour prisonnier d'une illusion? Dans ce cas, la sienne serait le mythe du mythe."

Le mythe alchimique de Fulcanelli devrait donc, selon nous, permettre une approche englobante, qui ne s'interdira pas l'appréhension du mystère dans sa réalité profonde, mystère dont témoigne cette belle illustration de l'alchimiste de Notre Dame, que produit Walter Grosse, illustration dont le héros est très opportunément qualifié de gnome, et qui se trouve de plus frappée au coin de la Rose.

J'ai donc un peu de mal à suivre notre auteur quand il balance à soutenir la véracité du témoignage d'Eugène Canseliet, en assurant après d'autres que son périple marseillais, niçois et aixois des années 1915-1917 serait en fait une habile fiction permettant de voiler la localisation du domicile parisien de Fulcanelli.

Et pourtant, que de pépites issent de ce tamis d'orpailleur aux mailles un peu trop serrées à mon goût! Nous en apprenons plus, grâce à Walter, sur l'histoire de l'usine à gaz de Sarcelles, cher OrnithOrynque, usine où eut lieu la désormais célèbre transmutation de 1922, sur Gaston Sauvage, chimiste de Poulenc qui y assista, sur Mariano Ancon, peintre ami d'Eugène Canseliet et Julien Champagne, sur Henri Steineur, compagnon de ce dernier...

S'agissant de Champagne, d'ailleurs, Grosse formule une hypothèse que je trouve bien intéressante, et qui gagnerait à être davantage étayée: Julien se serait fait passer volontairement pour Fulcanelli afin de brouiller encore les pistes menant à l'Adepte.

Et puis à la fin de son opuscule si instructif, comment ne pas être frappé par cet aréopage de Polytechniciens contemporains de Fulcanelli et tous plus ou moins en relation les uns avec les autres, qui se sont également intéressés peu ou prou, voire adonnés à l'alchimie. Voici qui promet je crois, dans la perspective de la suite que Walter Grosse compte dès à présent donner à "Un secret violé."

En complément plus qu'en opposition à ce travail en devenir, ou si l'on veut en contrepoint, je tiens à signaler à l'attention générale la qualité de l'étude de Leo Krugerman, que d'ailleurs Fulgrosse mentionne sur son site: "Une lecture maçonnique des enseignements de Fulcanelli."

 

Oeuvre d'un chercheur d'Uruguay, cette remarquable vision de la pensée de Fulcanelli, dans une perspective maçonnique spiritualiste, mérite d'être elle aussi connue.

 

Rédigée en 2007, elle a été publiée en ligne en 2008-2009 et se trouve donc désormais à la portée de chacun:

http://www.freemasons-freemasonry.com/fulcanelli-indice.html

 

Après s'être demandé si l'identité de Fulcanelli a une importance quelconque, et y avoir répondu manifestement par la négative, Krugerman évoque brièvement les accointances maçonniques et rosicruciennes de la philosophie de l'Adepte, puis se livre à un examen fouillé des diverses facettes de son oeuvre, sans en oublier ni les références à l'architecture, ni celles à l'eschatologie.

 

Mais surtout, il s'attache à définir et illustrer de façon convaincante tous les aspects de la "chimie spirituelle" que constitue en fait l'alchimie fulcanellienne, et sans négliger l'oratoire nous fait bel et bien pénétrer dans le "légendaire laboratoire" de Fulcanelli.

 

leokrugerman.champagne





ARCHER

Partager cet article

Repost 0
Published by ARCHER - dans archer
commenter cet article

commentaires

Richard Khaitzine 19/09/2012 18:20


Puisque Walter m'a renvoyé sur cette page au sujet du décès de Paul Decoeur, j'en profite pour répondre sur d'autres points soulevés ici. Irène Hillel Erlanger est bien décédée en 1920, 11 mois
après son mari infidèle et ceci d'après le témoignage de Philippe, son fils. Elle avait consulté le Dr Wicart l'année précédente pour des maux de gorge. Il partit donc sans doute d'un cancer;
c'est ce que donne à entendre Germaine Dulac.


Concernant la parole voilé "détenue par l'église" on trouve cette affirmation dans les oeuvres d'Eliphas Levi . Il dit que les maçons la cherchent et ne l'on jamais possédée et que l'Eglise la
possédait mais ne s'en souvient plus. Marcel Proust se montra très précis sur cette fameuse Parole dans "Sodome..."


Fulcanelli et la R+C? ça m'étonnerait à en juger par ce qui est dit dans les Demeures. Il y ait mentionné l'apocryphe Rose-Croix et ces chapelles où l'on prend paresseusement du galon...


Amitiés


Richard

Christophe de Cène 21/04/2011 11:20



Bonjour, Christian a raison : le travail de généalogie n’a évidemment aucun intérêt dans le cadre de ce blog. Ce qui me semble en revanche instructif, c’est le lien étroit qui se dessine entre
Fulcanelli et la Rose+Croix. Je viens de publier un article à ce sujet : http://www.rose-croix.net/fulcanelli-rose-croix.html
Amitiés. Christophe.



ARCHER 21/04/2011 17:19



Oui, Christophe, vous avez raison de nous signaler ce substantiel article sur Fulcanelli et la R+C. 


 


J'avoue qu'il y a de quoi être intrigué, notamment,  par le personnage de Thomas James, et par ses liens avérés avec  Saint-Pol-de-Léon et le mont Saint-Michel, tous deux présents
(grâce à Julien Champagne) sur la couverture des Demeures Philosophales de Fulcanelli.


 


On pourra à ce sujet se référer à notre article Champagne au mont Saint-Michel.


 


Amitiés



Le Vigilant 31/03/2011 11:34



Beau travail de recherche généalogique !


Mais où est passée l'Alchimie dans tout ça ???


Christian



ARCHER 01/04/2011 00:03



Cher Christian,


Merci pour ce commentaire. Je pense simplement que la recherche généalogique peut être utile à celle sur les alchimistes, et qu'il est normal de s'intéresser aux alchimistes si on s'intéresse à
l'alchimie.


 



Christophe de Cène 02/03/2011 10:46



Bonjour Archer,


J'ai ajouté sur ma page "Rose du Ciel" une référence à Joséphin Péladan, qu'admirait Paul Valéry. Le poète est aussi un ami de mon parent Hippolyte Ebrard, qui dit avoir reçu Fulcanelli à la Rose
du Ciel. Tout ceci me semble vraisemblable. Du moins, je ne vois aucune raison de mettre en doute la parole de mon oncle, qui n'avait aucun intérêt à inventer cette histoire. Cordialement.
Christophe de Cène.



ARCHER 07/03/2011 19:48



Bonjour Christophe de Cène. Merci de cette précision, et à mon avis vous avez bien raison, il n'y a aucune raison de douter de la véracité de cette tradition familiale, il s'agit bien plutôt et
tout simplement de continuer à l'étayer.


Cordialement



Christophe de Cène 25/02/2011 14:04



Bonjour Archer,
Pour suivre votre suggestion, j’ai ajouté à ma page « rose du ciel » la photo aérienne Google Earth du vieux port de Marseille, avec les repères suivants : la préfecture, la rue Dieudé, la rue
Sainte qui prend sa source (numéro 1) dans le quartier de la préfecture. Cette rue est cependant longue, surplombe et suit le vieux port, pour aboutir au 140 à la Rose du Ciel et l’abbaye
Saint-Victor (la Vierge noire qui ouvre le Mystère des cathédrales et ferme l’édition 1930 des demeures).
Bien cordialement
Christophe



ARCHER 25/02/2011 19:17



Effectivement, tout ceci semble être crédible, et on va vers un "scoop" si des éléments de preuve peuvent être apportés.


Sur le même sujet, voyez aussi


http://canseliet.over-blog.com/article-6451442.html


Enfin n'oublions pas qu'il semble que ce soit à Marseille, auprès de Fulcanelli, qu'Eugène Canseliet ait fait la connaissance de Julien Champagne.