Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : JULIEN CHAMPAGNE
  • JULIEN CHAMPAGNE
  • : Site consacré à l'artiste français Julien Champagne (1877-1932), à sa vie et à ses oeuvres.
  • Contact

Profil

  • ARCHER
  • hermétiste
  • hermétiste


...consacré à l'artiste français Julien Champagne (1877-1932), à sa vie et à ses oeuvres.


Peintre et dessinateur, Julien Champagne est surtout connu de nos jours pour avoir illustré les ouvrages de Fulcanelli, un mystérieux alchimiste contemporain.

Et pourtant, il figure au Bénézit, la "Bible" internationale des créateurs. Et suivant son ami Eugène Canseliet, il fut bien un maître du pinceau et du crayon.

C'est à la découverte de cet artiste méconnu, mais profondément attachant, que je voudrais vous inviter. Je voudrais aussi vous demander de ne pas hésiter à enrichir mes articles de vos propres commentaires et de vos découvertes personnelles.

Bon voyage donc au pays légendaire de Julien Champagne.

Recherche

18 juin 2006 7 18 /06 /juin /2006 12:53

 

ajpp.champagne

Après Schemit et Lavritch, le troisième éditeur de Fulcanelli et donc de Champagne fut Jean-Jacques Pauvert.

Il est plaisant de constater qu'il partage avec notre artiste de prédilection les initiales de ses prénoms, Jean-Jacques répondant ainsi à Jean-Julien. Il est non moins curieux de se rendre compte que Pauvert est né en 1926, année de parution de l'édition originale du Mystère des
Cathédrales de Fulcanelli.

Editeur que l'on peut qualifier de libertaire, Jean-Jacques a commencé de publier après la seconde guerre mondiale.

Son éclectisme rappelle celui d'un Schemit: Il passe allègrement dans ses éditions de Sade à Hugo, d'André Breton à Erckmann-Chatrian, de la comtesse de Ségur à Georges Bataille.

S'il fallait trouver un fil rouge à son travail, il serait peut-être à rechercher du côté du titre de la revue Bizarre, qu'il reprit en 1955 à Eric Losfeld.

Erotologue, passionné de surréalisme, Pauvert ressuscite ainsi un proche d'Eugène Canseliet et de Julien Champagne, Raymond Roussel.

En 1963, La Doublure précédera donc de peu aux éditions Jean-Jacques Pauvert, Le Mystère des Cathédrales (1964), et les Demeures Philosophales de Fulcanelli (1965).

Pauvert est bien entendu devenu dans le même temps l'éditeur attitré d'Eugène Canseliet; citons Alchimie (1964), Le Livre Muet (1967), L'Alchimie Expliquée (1972), Trois Anciens Traités (1975), Deux Logis Alchimiques (1979).

L'éditeur racontera plus tard l'itinéraire qui fut le sien, dans son Traversée du Livre (Viviane Hamy, 2004), où il évoque sans trop y insister sa relation avec Eugène Canseliet.

 

Il précise cependant dans ce premier recueil de ses mémoires, qui s'arrête à l'année 1968, que c'est André Breton qui lui souffla l'idée, à laquelle il adhéra aussitôt et sans réserve, de reprendre à son compte les ouvrages de Fulcanelli, dont ajoute-t-il Canseliet détenait les droits.

 

"Les deux titres étaient depuis de longues années bloqués, filtrés plutôt à des prix de spéculation, par une officine des Champs-Elysées, l'Omnium littéraire de Paris, appartenant à la Librairie des Champs-Elysées. Ce fut un jeu d'enfant pour Emile-Jean Bomsel, un de mes avocats, de les récupérer après un court simulacre de combat juridique."



Nous avons déjà mentionné le fait qu'avec Pauvert, Champagne tend à s'estomper des Fulcanelli, et ce dès les pages de couverture. Son nom va en disparaître presque totalement.

Ses dessins sont en très grande partie remplacés, de même, par des photos, "la plupart de Pierre Jahan".

En voici une nouvelle illustration, avec ces couvertures des deux éditions des Demeures Philosophales par Pauvert, toutes deux brochées, la première en grand format (1965) et la second en format réduit (1977): Cherchez sinon l'erreur, du moins Julien Champagne!

 

JJPautographe.champagne

 

Soyons juste, cependant,  avec le troisième éditeur de Julien Champagne et Fulcanelli. Dans l'édition 1977 des Demeures par Pauvert, Eugène Canseliet précise:

"La présente édition est aussi la seconde, chez Jean-Jacques Pauvert, qui a voulu qu'y fût reprise une partie des dessins de Julien Champagne.

Ainsi donc l'amateur, qu'il soit curieux ou néophyte, prendra plaisir à retrouver ici les caissons sculptés de Dampierre-sur-Boutonne, dans leur reproduction du beau tirage princeps de 1930."

1930 est, rappelons-le, l'année de l'édition originale des Demeures. Et ajoutons qu'on trouve aussi dans l'édition Pauvert de 1977, une reproduction du dessin de Julien Champagne sur L'engagement secret (Palais Jacques Coeur, Bourges), et de celui de La fontaine du Vertbois (Paris), toujours au chapitre Le merveilleux grimoire du chateau de Dampierre.

Pauvert est donc l'éditeur qui à la fois aura le plus voilé Julien Champagne et dans le même temps en aura entrepris le re-dévoilement.

Alors, à quand un "Julien Champagne"sortant des éditions Pauvert, ou à quand une quatrième édition des Fulcanelli illustrés par Julien Champagne?


En attendant, relevons cette étrange histoire, également rapportée par Eugène Canseliet en préambule à ses préfaces de l'édition 1977 des Demeures:

"Fait éminemment singulier, les originaux du dessinateur Julien Champagne ont disparu, sans explication apparente, de la très riche bibliothèque qui appartenait à notre soeur aînée, Madame Georges Huyart, et qui est devenue, par héritage, la propriété du docteur en médecine Bernard Drain, notre neveu."

Oui, encore une fois, que sont devenus ces dessins de Julien Champagne?


http://maxjulienchampagne.over-blog.it/article-jj-pauvert-et-jj-champagne-83878951.html




ARCHER

Partager cet article

Repost 0
Published by ARCHER - dans archer
commenter cet article

commentaires

cosy ray 09/07/2006 10:04

peut-on faire un rapprochement entre ce réfrigérateur et la bouteille "thermos" de Raymond Roussel?

ARCHER 09/07/2006 11:21

http://www.prismeshebdo.com/prismeshebdo/article-lirexpress-imprim.php3?id_article=477#Peut-être, mais je pense que Jacques Keystone s'est peut-être trompé, de même que Patrick Rivière.Vous avez noté j'imagine à propos de l'article ci-dessus les allusions au Finis Gloriae Mundi et à Julien Champagne.

Walter Grosse 08/07/2006 03:05

    J'ai une théorie sur la localisation des dessins industriels (techniques) de Julien Champagne - dans l'INPI, Institut Nationale de la propriété industrielle. Le traîneau à hélice d'hélicoptère a été une invention, une innovation, et a dû être enregistré avec brevet d'invention.
    Oui, Julien Champagne a fait les dessins techniques d'un réfrigérateur pour Paul de Lesseps, dans son séjour par le château de Léré et je pense que cette frigorifére a été aussi une invention, une innovation, et a dû être enregistré avec brevet d'invention...

ARCHER 08/07/2006 10:04

L'INPI est certainement une piste sérieuse. S'agissant du réfrigirateur, je voudrais bien savoir d'où vous tenez cette information. Notez qu'en 1926 un brevet d'invention a été accordé à la société Electrolux pour un réfrigirateur au gaz.

Walter Grosse 07/07/2006 00:38

   
   Quelqu'un sait de l'endroit des dessins industriels du traîneau et du réfrigérateur dessinés par Julien Champagne ???
   Merci.

ARCHER 07/07/2006 21:35

C'est possible; pour le traineau je pense d'abord à la famille Lesseps avec laquelle nous n'en avons sans doute pas fini. Et puis il y a la famille d'"Hubert" qui n'est peut-être pas éteinte, à ce que l'on m'a dit récemment.Quant au réfrigérateur, de quoi s'agit-il, s'il vous plait, pouvez vous nous en dire plus?Julien Champagne aurait dessiné un "frigo", dans quelles circonstances, et pouvez-vous nous en dire plus, notamment sur vos références ou sources d'information? Merci.

cosy ray 29/06/2006 23:01

Vous semblez bien connaître l'histoire du dessin des "métaux planétaires", vous pouvez donc certainement nous dire sans attendre que Dieu veuille, s'il a été découpé et s'il est sur bristol. On dit qu'ils sont tous sur ce support, est-ce certain?
Une petite remarque, vous êtes-vous demandé ce qu'étaient devenus les plans du traîneau et comment Champagne, qui n'était ni ingégnieur, ni dessinateur industriel, les avaient dessinés.
Ray i cause trop.

ARCHER 30/06/2006 22:10

Dieu veut que je vous réponde sans attendre...Le dessin original reproduit dans mon post du 07 avril 2006: Champagne aux métaux planétaires, a été découpé en ce sens que le bas du dessin a disparu dans la reproduction de la revue Arcadia. Je dirais aussi que c'est la photo qui le rend incomplet.Pour le traineau à hélice, la réponse est oui, et je me pose toujours la question sur le devenir des plans. J. Champagne n'avait pas de formation d'ingénieur, mais les ingénieurs ne manquaient pas dans l'entourage de la famille Lesseps, à commencer par Fulcanelli.Pour le reste, Julien était tout de même très bricoleur, et du dessin au dessin industriel, la marge est parfois mince. Voyez la statuette horlogère reproduite dans le livre de Dubois, voyez également dans le même ouvrage les relevés d'architecture médiévale!

cosy ray 23/06/2006 22:15

Est-ce seulement pour cette si peu reluisante histoire de droit d’auteurs dus à la famille  de Jean-J Champagne que Canseliet décida de le « voiler » dans les éditions Pauvert.
Il faudrait  aussi demander à Madame Dubois quel est l’heureux collectionneur qui possède le dessin des « métaux planétaires » et comment a-t-il pu acquérir  cette œuvre. De plus, pourquoi la reproduction qu’elle nous montre n’est pas dans son intégralité, nous cachant de cette manière le titre et la signature ?
Demain nous devrions aller méditer sur l’inquiétante relique de saint Jean-Baptiste dans la cathédrale d’Amiens, et en hommage à ce chef-d’oeuvre d’architecture, cher à Jean-J  Champagne, ces quelques vers de Louis Seurvat, picard comme plusieurs des protagonistes du mystère qui nous hante :
« Quand os visitez l’vill’d’Amiens
Qu’os soyèch’s juif ou ben chrétien,
 Maroumétan, boin catholique
           Ou z’hérétique ;
Os courez tertous vir d’abord
Et j’prétends qu’os n’avez mi’tort,
El construction monuméntale
         De l’Cathédrale »
Demeurons dans l’ombre de la cathédrale et laissons parler le facétieux Lafleur de « ches Cabotans d’Anmyin » pour qu’il vous souhaite « unne boinne fète et un boin diminche ».
                                                                       c r

ARCHER 24/06/2006 09:51

Merci Cosy Ray pour ce rayon des choses de la vie, et bonne et heureuse fête de Saint Jean Baptiste.Vous avez raison, au demeurant, Amiens est au coeur du Mystère des Cathédrales et la fleur des cabotins, ou des cabalistes, fleurit notamment chez les trouvères picards, comme d'ailleurs souligné par Fulcanelli.Pour en venir au voilement de Julien Champagne, je pense que la théorie du complot ne s'applique pas tout à fait, je vois plutôt un processus en enroulement, qui est en train de s'inverser, et le déroulement de ce blog vise en fait surtout à accompagner un dévoilement de cet artiste, comme vous le savez.La question des droits d'auteurs est hélas sans doute centrale actuellement pour l'oeuvre d'Eugène Canseliet, et explique en partie qu'il soit moins traduit que Fulcanelli. Je ne suis pas sûr que la loi du siècle s'applique de la même façon  à l'oeuvre de Julien Champagne.Une autre question est celle des "disparitions" de certains dessins ou tableaux de cet artiste. Geneviève Dubois n'est pas forcément le propriétaire du dessin des "métaux planétaires" reproduit dans le numéro spécial de la revue Arcadia paru au solstice d'été 2002, et tiré à 222 exemplaires, dont 22 H.C. Mais ce dessin, sur lequel je reviendrai si Dieu veut, appartient bien à une "collection privée".